pierre wininger (1950-2013) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > nos ressources > ressources documentaires > actualités de la bd > archives des actualités de la bande dessinée > archives des actualités de la bande dessinée 2013 > archives des actualités de la bande dessinée - décembre 2013 > pierre wininger (1950-2013)

disparition

pierre wininger (1950-2013)

Un temps présenté comme un talentueux épigone de Jacques Tardi, Pierre Wininger s’était rapidement détaché du style du père d’Adèle Blanc-Sec pour développer un univers plus personnel. Trop rare en bande dessinée, Pierre Wininger est mort à Brest, le 25 décembre dernier.

Né le 8 septembre 1950 à Saint-Mandé, Pierre Wininger, maquettiste publicitaire, doit à Henri Filippini de collaborer au magazine Circus à partir de 1976 où il lance la série d’investigation hommage à Gaston Leroux, Victor Billetdoux marquée par deux influences manifestes : l’Égypte et Tardi (trois albums publiés chez Glénat entre 1978 et 1982). Toujours pour Circus, il réalisera encore quelques récits complets dont Terminus Crusoë ou Le Goût de l’Agout écrit par Jean Léturgie.
En 1979, Filippini lui écrit le scénario du Jardin sanglant qui parait dans Pilote. L’année suivante, il entame une collaboration avec le magazine Okapi sur la série Nicéphore Vaucanson. Entre 1985 et 1996 Wininger se consacre à l’adaptation de nombreux romans, d’abord pour Hachette (Le Cristal fou de Michel Rioux), en 1980, puis pour le mensuel Je bouquine des éditions Bayard où il transpose Oscar Wilde, Sir Arthur Conan Doyle, Italo Calvino, Mary Shelley. Durant les années 1990, Wininger disparait pratiquement du champ du 9ème art, en dehors de brèves apparitions dans des revues de bande dessinée. En 2003, il tente un retour avec la série Les Miroirs du temps, publiée dans la collection « La Loge noire » des éditions Glénat. Une série malheureusement interrompue après le premier épisode.