planche du mois : man-thing, de gray morrow - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > planche du mois : man-thing, de gray morrow

planche du mois : man-thing, de gray morrow

en décembre au musée de la bande dessinée

Chaque mois, le musée de la bande dessinée met à l’honneur une planche tirée de sa prestigieuse collection, l’occasion pour le visiteur de (re) découvrir une œuvre emblématique de l’histoire du 9ème art ou au contraire injustement méconnue. Ce mois-ci c’est une planche extraite de la série de science-fiction Man-Thing dessinée par Gray Morrow, qui est ainsi proposé aux visiteurs du Musée durant tout le mois de décembre.

Paru dans la revue destinée aux adultes, Savage Tales, Man-Thing met en scène une créature végétale dotée de conscience, dont l’apparition est due à la mort d’un scientifique ayant absorbé une substance toxique avant de sombrer dans un marais boueux des Everglades et de revenir à la vie sous la forme d’une imposante créature mi végétale mi boueuse, dotée d’une conscience très rudimentaire. Man-Thing est en quelque sorte la conscience du marais qui l’abrite, n’hésitant jamais à attaquer ceux (et en particulier les super-héros) qui le menacent. Bien qu’insensible aux balles et même au feu, Man-Thing évite de quitter le marais, environnement indispensable à sa survie. Gray Morrow et ses scénaristes animent la série quelques temps avant qu’elle passe entre d’autres mains.
Né en 1934 et mort en 2001, Gray Morrow a été un artiste quasi autodidacte qui s’est lancé dans la carrière après avoir exercé une kyrielle de métiers improbables. Il débute en 1955 à New York, en dessinant des pages (une histoire sentimentale et un western) qui ne paraîtront jamais, les éditeurs qui devaient les publier ayant mis la clé sous la porte. Il travaille alors comme assistant pour ses amis Al Williamson et Wallace Wood. Jusqu’à sa retraite relative dans les années 1990 il travaillera pour un nombre incalculable de revues, comic books, et magazines, ainsi que pour des séries de dessins animés TV. Parmi ses contributions remarquables, on peut citer ses reprises de Buck Rogers et Tarzan dans la presse quotidienne, ses travaux dans le genre de l’horreur, l’heroic fantasy, la science-fiction.

la planche du mois de décembre 2013


la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême