santa sangre, el topo, la montagne magique - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
le pass sanitaire est obligatoire à partir de 12 ans pour l’accès au musée, à la bibliothèque et au cinéma
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2013 des sélections de la Cité > les vidéos coups de cœur 2013 de la Cité > santa sangre, el topo, la montagne magique

santa sangre, el topo, la montagne magique

films d’Alejandro Jodorowsky (Wild Side)

Dans le sillage de son dernier long-métrage La danza de la realidad, et alors que paraît le neuvième tome de Bouncer dessiné par François Boucq, la filmographie iconoclaste et culte d’Alejandro Jodorowsky se voit dûment célébrée par trois rééditions très attendues.

Dans l’attente d’une hypothétique sortie en salles du passionnant documentaire Jodorowsky’s Dune (ou la frustration prolongée autour de l’un des plus pharaonesques projets avortés de l’histoire du septième art...), l’éditeur Wild Side rend hommage à un seigneur de l’étrangeté filmique, icône underground des années 1970, demeuré une référence légitime chez les amateurs raréfiés d’authentique contre-culture. Alejandro Jodorowsky n’a signé que quelques longs métrages en un peu plus de quarante ans, se consacrant de façon plus prolixe à la littérature et la bande dessinée. Sa mondiale notoriété d’inclassable créateur visionnaire et rock’n’roll, cinéaste subversif et métaphysique, n’avait sans doute pas besoin de davantage de racines, comme l’illustre le choc de trois (re)découvertes trop longtemps attendues .

Sorti en 1970, El topo est un western sombre et coup de poing (augurant de ses futurs scénarios de Juan Solo), mais aussi un voyage halluciné de mysticisme (Le lama blanc n’est pas loin) plébiscité en son temps par les exégètes du cinéma de genre comme les hippies du monde entier. Vite statufié en classique par les séances de minuit naissantes, ce succès mérité et le soutien de célèbres admirateurs parmi lesquels John Lennon, Yoko Ono et George Harrison, incite « Jodo » à pousser plus loin ses audaces novatrices. La Montagne sacrée sera en 1973 une ambitieuse superproduction poétique entrechoquant profane et sacré, succession enivrante de tableaux apocalyptiques et baroques qui mène finalement à la quête de l’immortalité. Délire spectaculaire et splendeur onirique, le culte en technicolor connaîtra un semblant d’écho, certes moins ésotérique, avec un film d’épouvante sous-estimé car plus accessible : Santa sangre en 1989 (également disponible en Blu-ray). Drame psychologique et thriller fantastique, orgie d’hémoglobine, ce chapitre plus horrifique ne déteint pas dans une filmographie n’oubliant jamais de croiser magie et religion. Ou l’une des plus excitantes fenêtres librement ouvertes, sur la folie créatrice, les obsessions telles des exorcismes, et les arts – oubliant enfin leurs numéros – interpénétrés comme une indispensable ambition... (GCo)

acheter le double DVD collector dEl topo.
acheter le double DVD collector de La Montagne sacrée.
acheter le double DVD collector de Santa sangre.
acheter le Blu-ray de Santa sangre.