mécénat 2013 : le rotary aide les acquisitions de la cité - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > nos ressources > collections > vie des collections > mécénat 2013 : le rotary aide les acquisitions de la cité

mécénat 2013 : le rotary aide les acquisitions de la cité

le club d’Angoulême Val de Charente accompagne le musée et la bibliothèque

L’association caritative Rotary Club d’Angoulême Val de Charente a souhaité cette année faire bénéficier la Cité de sa libéralité, en lui permettant d’accroître ses collections. Elle a ainsi financé l’acquisition d’une planche originale de Laureline Mattiussi pour le musée et d’ouvrages exceptionnels pour la bibliothèque.
L’ensemble de ces documents a été remis solennellement le jeudi 16 mai 2013 par Mme Annie Gautreau, présidente du Rotary Val de Charente entourée d’adhérents venus en nombre, à Gilles Ciment, directeur de la Cité, Catherine Ferreyrolle, directrice de la bibliothèque et Marie-José Lorenzini, directrice du musée.
Annie Gautreau, présidente du Rotary Club d'Angoulême Val de Charente, Gilles Ciment, directeur de la Cité, Laureline Mattiussi, Catherine Ferreyrolle, directrice de la bibliothèque de la bande dessinée, Marie-José Lorenzini, conservatrice-directrice du musée de la bande dessinée
Contribuer au développement des collections patrimoniales du musée et de la bibliothèque de la bande dessinée, c’est entretenir le dynamisme de lieux institutionnels vivants et ouverts à tous, constitutifs de l’identité culturelle locale et nationale. Il s’agit là d’une initiative éminemment appréciable, pour laquelle le Rotary Club doit être chaleureusement remercié.

laureline mattiussi au musée de la bande dessinée

En ce qui concerne le musée, le Rotary a fait appel à une dessinatrice parmi les plus prometteuses de sa génération qui porte le prénom d’une célèbre héroïne de bande dessinée : Laureline Mattiussi, bien partie pour se faire en propre un nom dans le monde de la bande dessinée. Ancienne étudiante des Beaux-arts de Nancy (où elle est née en 1978) et surtout de l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême (ÉESI), elle n’a publié qu’un seul ouvrage (Petites hontes enfantines, 2006) lorsque paraît L’Île au poulailler.
Cette histoire de piraterie, éditée en 2009 et 2010, frappe autant par la liberté de son ton – entre hommage au genre, fable sans réelle morale et réappropriation ironique – que par la virtuosité de son dessin épuré, servi par une mise en couleur pleine de hardiesse (assurée par Isabelle Merlet, qui travaille également avec Pascal Rabaté, David Prudhomme, Bastien Vivès…).
L’Île au poulailler raconte avec faconde les relations paradoxales entre une piratesse pleine de morgue et un pirate velléitaire et désenchanté, au sein d’un monde rêvé, bouffon et subtilement mélancolique. Ils se narguent et s’affrontent pour mieux ensuite s’étreindre, sans jamais s’expliquer sur les ressorts profonds de leur attirance mutuelle. Saluée par la critique (le diptyque remporte le prix Artemisia 2010), cette œuvre a occupé une place de choix au sein de l’exposition L’Île aux pirates, présentée en 2011 au musée de la bande dessinée.
Laureline Mattiussi<br>par Nicolas GuérinLaureline Mattiussi a fait paraître en 2012 le premier volet de sa nouvelle série La Lionne (sur scénario de Sol Hess), qui met en scène un autre personnage de femme puissante, cette fois dans le contexte de la Rome antique. Elle en achève actuellement la seconde partie, dont elle a entamé la réalisation en résidence à la maison des auteurs d’Angoulême, avec le soutien de la bourse SAIF.

Grâce au mécénat du Rotary Club, le musée de la bande dessinée a acquis la planche 19 du premier tome de la saga flibustière de Laureline Mattiussi, ainsi que plusieurs pages de travaux préparatoires en couleur, qui éclairent le processus de création d’une œuvre novatrice.

+ d'info sur Laureline Mattiussi.
voir Laureline Mattiussi parle de L’Île au poulailler dans une vidéo sur le site de la Cité (été 2011).
acheter les livres de Laureline Mattiussi.

kramers ergot à la bibliothèque de la bande dessinée

En ce qui concerne la bibliothèque, le soutien du Rotary a permis de compléter ses collections par deux fonds pluriels, modernes et anciens, français et étrangers, mettant ainsi en valeur la pluralité des collections de la bibliothèque de la Cité.
Kramers ergot est une revue d’avant-garde américaine, publiée par Buenaventura Press, en Californie. De nombreux auteurs parmi la jeune génération ou les auteurs confirmés de bande dessinée (S. Harkham, Ron Rege Jr., Kevin Huizenga, Chris Ware, Gabriel Bell, Gary Panter….) ont pu publier leurs œuvres dans cette revue, qui par ces différents formats tient à la fois du fanzine, du livre et du livre d’art. Art Spiegelman a qualifié cette revue de « nouveau RAW », reconnaissant la qualité exceptionnelle des œuvres publiées. La bibliothèque de la Cité possédait déjà les numéros 3 (2003), 6 (2006) et 7 (2008). Le Rotary Club a permis de compléter cette collection par l’acquisition des numéros 1 (2000), 2 (2001), 4 (2003), 5 (2004) et 8 (2011).

la guerre en images à la bibliothèque

La guerre en images : récits de combats et épisodes héroïques, Tableaux extraits de l’Étoile Noëliste. Maison de la bonne presse, [1931].
Le journal L’Étoile Noëliste vit le jour en 1914 édité par la Bonne Presse, d’influence catholique. Il s’adressait aux jeunes filles de 6 à 14 ans. Il est la suite de Le Noël lancé en 1885 qui s’adressait, quant à lui, aux fillettes comme aux petits garçons.
Les trois volumes acquis contiennent des extraits des récits de la première guerre mondiale publiés dans le journal entre 1914 et 1919.
Cette acquisition permet de compléter le corpus des œuvres qui seront numérisées dans la perspective d’une exposition virtuelle sur les représentations de la Grande Guerre dans la bande dessinée, qui sera mise en ligne par la Cité pour les commémorations de 2014.

le rotary club d’angoulême val de charente

Le Rotary Club d’Angoulême Val de Charente, créé en 1998, est actuellement placé sous la présidence d’Annie Gautreau. Ses actions sont dirigées vers la Banque alimentaire, Espoir en tête, Student Exchange, Mon Sang Pour Les Autres...

Merci à Stéphane Cabannès pour son reportage photographique.

Annie Gautreau, Gilles Ciment

Annie Gautreau, Laureline Mattiussi, Catherine Ferreyrolle et Marie-José Lorenzini

Annie Gautreau, Catherine Ferreyrolle

Catherine Ferreyrolle, Gilles Ciment

Les ouvrages acquis pour la bibliothèque

Annie Gautreau, Marie-José Lorenzini

Annie Gautreau, Laureline Mattiussi

Laureline Mattiussi signe sa planche acquise pour le musée