projection-rencontre : edmond baudoin, portrait - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez une petite laine pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > projection-rencontre : edmond baudoin, portrait

projection-rencontre : edmond baudoin, portrait

vendredi 1er février 2013 de 17h à 18h, cinéma de la Cité, salle Nemo

La réalisatrice de documentaires Laetitia Carton a rencontré l’auteur Edmond Baudoin il y a sept ans, par un de ces hasards dont la vie fait parfois cadeau. Elle lui a montré son premier court métrage, D’un chagrin, j’ai fait un repos, le genre de film qu’Edmond Baudoin aimerait faire, s’il en faisait. Très naturellement est née l’idée de faire un film autour du créateur Baudoin. Produit par Kaleo Films, ce documentaire devrait sortir en 2013. En avant première, la Cité vous propose de découvrir ce travail en cours, suivi d’une rencontre avec Edmond Baudoin et Laetitia Carton.

edmond baudoin, portrait


extrait d’un documentaire sur Edmond Baudoin en cours de réalisation
10 min.
documentaire de Laetitia Carton
production Kaléo Films
sortie prévue en 2013

le sujet
Le portrait tient une grande place dans le travail d’Edmond Baudoin : Couma aco, Eloge de la poussière, Piero… « Peut-être une manière de ne faire que des auto-portraits. »
Selon Edmond Baudoin, « Ce que Laetitia essaie de dire, ce quelle cherche, sa musique, ressemble à mon chemin, et à ses cailloux. Elle cherche au centre d’elle, en faisant un portrait, la part de l’autre. Ça me plait. Il se trouve qu’en plus, avoir été "son modèle", pendant cette année de tournage, ce fut encore une autre manière, une autre façon de voyager.
Je me rends compte, voyant ces images, que ma vie, mes voyages, mes enfants, mes amours, mes livres, mes questionnements... il y a effectivement, là, matière à faire un film... »
Laetitia Carton l’a filmé tous les jours et partout. Baudoin à ses yeux est un passeur, et elle a marché sur ses pas, lors de ses voyages : signant dans des festivals, expliquant sa manière de dessiner dans des conférences, dansant avec un pinceau dans des performances avec des musiciens, des danseurs, racontant sa vie à des élèves, des lycéens, dans des classes, offrant leur portrait à des hommes, des femmes, des enfants dans des fêtes. Des moments où, elle le devine, il prend un grand plaisir à transmettre. Mais transmettre quoi ?
Pendant ce tournage, elle a cherché quelque chose d’essentiel et il lui est difficile d’y mettre des mots. Est-ce cela qu’il appelle l’impuissance ? Mais je dirais quelquechose d’une humanité, de la vie à l’état pur.
Cet homme a fait au monde de la bande-dessinée un don précieux, celui de la liberté. Cette liberté qu’il a lui-même conquise en s’arrachant à une morne carrière de chef comptable dans un bureau, en choisissant de devenir et de demeurer comme le dit Jacques Samson : « Un homme délivré de toute attache, et submergé par la troublante ivresse de son temps de vie. »

projections


vendredi 1er février 2013 de 17h à 18h
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
cinéma de la Cité (salle Nemo)
vaisseau mœbius
60 avenue de Cognac
Angoulême