rencontre : créer sous les bombes, liban, israël - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > rencontre : créer sous les bombes, liban, israël

rencontres de l’auditorium

rencontre : créer sous les bombes, liban, israël

vendredi 1er février 2013 à partir de 16h30, auditorium du musée de la bande dessinée

Elle raconte les exploits d’une femme super-héros qui agit pour le bien de son pays, le Liban ; il transpose la réalité de la société israélienne, névrosée et vivant dans l’angoisse permanente de la guerre ; il retrace les instantanés d’une enfance, d’une jeunesse et d’une vie passées dans l’ombre de la Shoah ; son récit rappelle l’âpreté de la condition des citoyens libanais, sujets et souvent victimes d’un conflit qui les dépasse largement. Ils se nomment Joumana Medlej, Asaf Hanuka, Michel Kichka, Joseph Safieddine, ils sont israëliens, libanais et auteurs de bande dessinée. Une rencontre sur le thème de la création en temps de guerre animée par Didier Pasamonik.

asaf hanuka
est né en 1974. Il a fait des études de bande dessinée à l’école Émile Cohl à Lyon. Il a participé à la création des séquences oniriques du film Valse avec Bachir et a notamment publié Pizzeria Kamikaze avec le romancier israélien Edgar Keret (Actes Sud, nominé aux Eisner Awards en 2007).
Il est également un illustrateur de renommée internationale travaillant pour Rolling Stone, Fortune, New York Times, Time, Wall Street Journal, Forbes, Newsweek
Marié à l’illustratrice Hilit Shefer, il vit à Tel Aviv où il enseigne l’illustration et la bande dessinée.
Avec KO à Tel Aviv ( Steinkis) Asaf Hanuka transpose toute la réalité de la société israélienne : formidablement dynamique, mais en même temps névrosée, partagée entre diverses identités, et vivant dans l’angoisse permanente de la guerre. Dans cette environnement, il s’occupe de sa famille, dessine des bandes dessinées et projette sur cette réalité son imaginaire ultra-créatif.

_ michel kichka
est né en 1954 à Liège en Belgique. Sa famille a survécu aux camps de concentration de la seconde guerre mondiale. Après une première année d’architecture en 1973 à Liège, il décide de s’installer en Israël et intègre, dès 1974 l’Académie des Beaux-Arts « Bezalel » à Jérusalem dans le cursus design graphique. Une fois diplômé, en 1978, il travaille comme
illustrateur free-lance pour la presse et les livres d’enfants.
Il devient enseignant en illustration et dessin de presse à Bezalel en 1982. En 1997, il se tourne vers la télévision et devient caricaturiste politique pour la deuxième chaine Israélienne. En 2009 il reçoit le prix « Dosh Award » qui récompense son travail de dessinateur en Israël. Ses dessins ont été publiés dans des journaux internationaux comme Courrier international, Herald Tribune ou L’Arche, ainsi qu’à TV5 Monde et dans de nombreux sites internet. Michel Kichka s’est également beaucoup investi dans des associations telles que « Cartooning for Peace », aux côtés de Plantu.
Il est conseiller scientifique du Musée du Cartoon de de la BD de Holon (près de Tel Aviv). Il vit aujourd’hui à Jérusalem avec sa femme et leurs trois enfants. En 2012 il publie Deuxième génération, ce que je n’ai pas dit à mon père (Dargaud). Cette bande dessinée n’est pas un règlement de comptes avec l’Histoire. C’est un récit autobiographique à travers lequel Michel Kichka retrace les instantanés décisifs d’une enfance, d’une jeunesse et d’une vie passées dans l’ombre de la Shoah, du plat pays à la terre promise, entre cauchemars, souvenirs drôles, moments joyeux et actes de délivrance.

joumana medlej
née le 11 septembre 1979 à Beyrouth, elle est à la fois graphiste, illustratrice de livres éducatifs sur le Liban pour les enfants , calligraphe, conceptrice de jeux vidéo et auteur de bandes dessinées. Elle est l’auteure et l’éditrice de Malaak, l’ange de la paix, une série de bande dessinée proche de l’univers des super-héros dans un contexte libanais et féminin (prix du Meilleur album au Festival international de la bande dessinée d’Alger en 2010). Cette série qui connait un très beau succès au Liban est publié simultanément en Français, Anglais et Arabe.
Joumana Medlej a également conçu et édité La conduite au Liban , un petit guide de survie humoristique trilingue sur la circulation dans les rues de Beyrouth.

joseph safieddine
est issu d’une famille libanaise vivant entre Beyrouth et Tyr. Après une école de commerce à Lyon et une école de publicité à Paris, il part faire un projet d’étude à Beyrouth, mais un conflit éclate... Revenu à Paris, il écrit des bandes dessinées. Un jour, son scénario est pris par un éditeur. Depuis, il est scénariste professionnel. Il est l’auteur de Que j’ai été (Les Enfants Rouges) avec Charlotte Blazy et Renart et collabore avec Tom Viguier sur l’ouvrage Le Monstre (Manolosanctis). Paraîtront ensuite L’Homme sans rêve (avec Olivier Bonhomme), Paco (avec Zaffiro et Lenny), et Vivre Dessous (le tout chez Manolosanctis). En 2012 il publie Les Lumières de Tyr chez Steinkis (dessins Xavier Jimenez).

créer sous les bombes, liban, israël
vendredi 1er février 2013 de 16h30 à 18h

la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
auditorium du musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême