le jour le plus court : une apocalypse qui finit bien - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > le jour le plus court : une apocalypse qui finit bien

le jour le plus court : une apocalypse qui finit bien

le jury a choisi la lauréate du marathon du scénario de court métrage

Aurite Kouts, jeune scénariste parisienne, est la première lauréate du marathon du scénario de court-métrage organisé à Angoulême par Charente Libre en partenariat avec la Cité.

Aurite Kouts est une jeune scénariste parisienne à l’affût des bonnes histoires. Le marathon du scénario de court métrage, organisé en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image dans les locaux de Charente Libre le 21 décembre 2011, dans le cadre de la manifestation nationale initiée par le CNC Le jour le plus court, était une bonne idée qu’elle a su saisir au bond. Le jury du marathon a récompensé son scénario d’une prime de 500€, la dotation du Centre national du Cinéma pour cette première épreuve.
Apocalypse un jour, apocalypse toujours s’est parfaitement terminé pour Aurite, auteur d’un scénario qui mettait en scène un prophète de rue annonçant l’Apocalypse pour le 21 décembre 2012, sujet soumis à la réflexion des sept forçats de l’écriture réunis de minuit à minuit au journal. La lauréate, déja primée dans un festival à Zagreb et qui prépare un long métrage, ne manque pas d’humour. Découvrant sur le site de Charente Libre l’histoire d’une mamie de Rochefort qui avait « pété un cable » à force d’entendre les chants de Noël dans la rue, Aurite Kouts imaginait déjà tout le parti qu’il y
aurait à tirer d’une telle histoire. Ce sera (peut-être) le conte de Noël de l’année prochaine.
Le jury a apprécié la pointe d’humour du scénario d’Aurite Kouts. Il s’est aussi torturé les méninges, comme les concurrents, pour rentrer dans les apocalypses très personnelles des uns et des autres.
Charlotte Peluchon, jeune Angoumoisine étudiante à Poitiers et féroce mordue de cinéma, s’en est bien tiré. Elle a reçu une mention spéciale pour son Apocalypse sonne toujours deux fois.
Ce sera aussi le cas de ce marathon qui aura permis à des « fous » de cinéma de se faire un petit film perso bien calé au rayon des bons souvenirs, en attendant de voir ce qui se passera le 21 décembre 2012.
(avec Charente Libre)

le jury (de gauche à droite) : Jean-Louis Hervois, rédacteur en chef de Charente Libre, Gilles Marchal, responsable du cinéma de la Cité, Marie-Aimée Bonnefoy, critique cinéma de Charente Libre, Denis Bourgeois, directeur de Créadoc et Christophe Stupar, producteur-réalisateur-scénariste (photo Majid Bouzit - Charente Libre)