regards d’école 2011, premier volet : les ateliers de bande dessinée - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2011 > regards d’école 2011, premier volet : les ateliers de bande dessinée

regards d’école 2011, premier volet :
les ateliers de bande dessinée

travaux des étudiants de l’ÉESI
du 5 juillet au 2 octobre 2011

À nouveau Regards d’école s’installe à la Cité. Cette exposition présente les travaux des étudiants de l’École européenne supérieure de l’image (ÉESI) réalisés durant des ateliers et master class organisés tout au long de l’année et dirigés par des artistes invités de renom qui renouvellent et élargissent les approches. Regards d’école 2011 comporte deux volets. Le premier présenté de juillet à octobre à la Cité est consacré aux ateliers de bande dessinée dirigés par Sergio Aquindo, Benoit Jacques, Alexios Tjoyas et Stéphano Ricci, ainsi que deux ateliers franco-américain et franco-vietnamien. Le deuxième volet qui ouvrira cet hiver, sera consacré aux ateliers d’arts plastiques.

l’atelier de sergio aquindo

« Tentative d’épuisement graphique » : les étudiants étaient invités à choisir une image (parmi trois photographies du photographe Weegee) qu’ils devaient ensuite reproduire, répéter et réinterpréter, en déclinant les styles graphiques et les techniques (trait, lavis, tamponnage…). Ce travail en profondeur, conduit du 16 au 19 mai 2011 par Sergio Aquindo, permettait de s’approprier graphiquement l’image originelle, ses détails, sa composition, ses incertitudes aussi. La relation d’intimité que chacun développe avec son image favorise l’apparition progressive d’une histoire. Une seule image peut engendrer une histoire.

l’atelier de benoît jacques

"À la recherche du dessin perdu". du 15 au 17 février 2011, Benoît Jacques s’est appliqué, sans application aucune, tout au long de ces joyeuses journées à faire oublier pour mieux se rappeler. Où s’est enfui le dessin que chaque enfant porte si haut après que l’âge adulte s’est emparé de lui ? Où est-il donc enfoui ? Oublions tout ce que nous avons appris pour mieux dessiner, que nous dessinions « mieux » ou beaucoup plus « mal ». C’est tous ensemble, en équipe, sous la forme de la ronde, du relais, dans la complicité, au-delà de ses petites vanités, avec des outils de fortune, que tous ont oublié ce savoir (souvent acquis dans notre école, revendiquons ce paradoxe), peut-être jamais suffisant pour ne pas être encombrant.

l’atelier de stefano ricci

Vivement attendu par les étudiants, l’atelier de Stefano Ricci a, cette année encore, été un événement créatif intense. En deux semaines, chacun des participants a produit une histoire muette ancrée dans un souvenir réel mais imprégnée de fantastique ou d’impossible. En ne fixant pas de limite au nombre de pages, tout en imposant une contrainte de forme (pas de couleur et seulement deux cases par page), Stefano Ricci force les auteurs à donner le meilleur d’eux même : libérer le récit tout en maîtrisant la narration.

l’atelier d’alexios tjoyas

« Mémoire fictive » était le thème de cet atelier de trois jours animé par Alexios Tjoyas qui a proposé de délaisser un temps l’art séquentiel de la bande dessinée pour une autre approche du récit dessiné : celui de l’image unique.
Que raconter et illustrer en une seule image à partir de la notion de « mémoire fictive », autrement dit d’un souvenir faux inexact ou totalement inventé ? Ce thème ouvre de possibles explorations de sa propre mémoire, Avec l’honnêteté que requiert le récit intime. Il laisse aussi la liberté de tricher et de glisser vers un imaginaire délibérément mythomane.

l’atelier franco-américain

La proposition consistait à réaliser des « portraits narratifs » de personnes rencontrées à Lacoste, village provençal dans lequel le Savannah college of art and design (Scad, basé aux États-unis) tient chaque année son université d’été. Six étudiants de l’Éesi (Sarah Bouvier, Lei Fang, Wei Li, Guillaume Maroncle, Julien Sogorb et Shuo Wang) se sont associés à douze étudiants du Scad, sous la conduite de Thomas Lyle (Scad) & Gérald Gorridge (ÉESI). Cette initiative a été proposée et soutenue par le Pole Image Magelis.
À l’issue d’un travail de repérages et de rencontres et d’une phase de restitution en commun, les groupes de trois étudiants (un de l’Éesi et deux du Scad) ont préparé collectivement plusieurs scénarios possibles. Le découpage des bandes dessinées était ensuite pris en charge individuellement.

master-classe franco-vietnamienne

« Tranche de vie » : il s’agissait pour chacun de raconter et mettre en scène une histoire vécue, récente ou ancienne, comportant un enjeu visuel fort. Ce point de départ permettait d’échapper aux stéréotypes et aux standards des mangas en invitant les apprentis auteurs à puiser dans leur expérience personnelle et à rechercher notamment des équivalents graphiques et narratifs pour traduire les émotions.
Ce travail a été réalisé au cours d’une master-classe de deux semaines qui a concerné trois étudiants de l’ÉESI, Guillaume Berrut, Tony Manent et HyunJoo Kim avec une dizaine d’étudiants de l’École supérieure des beaux-arts du Viêt Nam à Hanoï puis une douzaine d’étudiants de l’École supérieure des beaux-arts de Hué.
À Hanoï, ce travail a été accompagné pédagogiquement par l’auteur Nguyên Thành Phong qui a été étudiant de quelques master-classes antérieures.
Intervenants : Nguyên Thành Phong et Gérald Gorridge (ÉESI)
Partenariat : CulturesFrance, Éditions Kim Dông, Éesi Angoulême-Poitiers, Région Poitou-Charentes, Écoles supérieures des beaux-arts de Hanoï et de Hué.

l’école européenne supérieure de l’image

Placée sous la tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, l’École européenne supérieure de l’image (ÉESI) est une école d’art née de la volonté des villes d’Angoulême et de Poitiers d’unir leurs ressources pour créer un établissement supérieur artistique à échelle régionale ouvert sur l’international.
Son ambition est de développer un enseignement fondé sur la connaissance de l’histoire de l’art et des civilisations qui interroge, à l’heure de la globalisation, les enjeux les plus actuels de la création. Dans ce cadre, les différentes dimensions du cursus privilégient l’exploration des rapports entre pensée critique, production plastique et recherche dans l’ensemble des domaines de la création contemporaine, notamment le cinéma et ses multiples avatars, le devenir des écritures numériques, la bande dessinée ou l’édition.
Plusieurs grands domaines génériques sont enseignés : la scénarisation des récits, les relations entre l’image et le son, l’écriture documentaire, l’animation, la scénographie, les pratiques interactives ou collaboratives. La pédagogie offre à l’étudiant le cadre méthodologique et les moyens de développer ses capacités de création comme la possibilité de prospecter des champs artistiques originaux en privilégiant les démarches expérimentales, le souci de l’actualité liée à l’art contemporain, le dialogue avec les sciences humaines, les questions relatives au genre et aux "études culturelles" (cultural studies).
L’ÉESI attache un intérêt particulier aux relations que les étudiants peuvent établir dès leur scolarité avec le milieu professionnel. C’est pourquoi les stages, notamment au sein d’équipements culturels, sont favorisés tout au long du cursus ainsi que la participation des étudiants à des événements ou festivals nationaux ou internationaux. Enfin, l’ÉESI fait également bénéficier les étudiants d’une politique internationale particulièrement active à travers les accords d’échanges mis en place avec des écoles d’art étrangères de référence, dans chacun des champs enseignés.
L’ÉESI délivre un Diplôme national d’arts plastiques en 3 ans (DNAP) ainsi qu’un Diplôme national supérieur d’expression plastique, option Art en 5 ans (DNSEP). En outre, l’école propose également deux Masters (Bande dessinée ;Arts et Sciences).

production École européenne supérieure de l’image et Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
lieux
site Castro, niveau zéro, 121 rue de Bordeaux
musée de la bande dessinée, 1 quai de la Charente
visuel de l’affiche
Emma Vakarelova

JPEG - 3.5 ko

Pierre Frampas

Maxime Jeune

Antoine Maillard

Mosaïque1

Mosaïque2

Charles Nogier

Charles Nogier