dominique goblet : histoires invérifiables - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2011 > dominique goblet : histoires invérifiables

e x p o s i t i o n

dominique goblet : histoires invérifiables

du 27 janvier au 3 avril 2011

Prix 2010 de l’Ecole européenne supérieure de l’image, Dominique Goblet succède à Jochen Gerner, Kiriko Nananan, Ben Katchor...
Née en 1967, Belge, Dominique Goblet se signale au début des années 1990 dans la revue Frigo, fondée par quelques anciens condisciples de l’Institut Saint-Luc de Bruxelles. Ils associent étroitement la bande dessinée et les arts plastiques et s’écartent résolument du modèle belge. Dominique Goblet publie son premier livre Portraits cachés aux éditions Fréon en 1997, puis son premier long récit en 2001 intitulé Souvenir d’une journée parfaite.
Plasticienne polymorphe, Dominique Goblet se caractérise par des travaux de longue haleine, souvent autobiographiques, comme les très remarqués Faire semblant c’est mentir (L’Association, 2008) et Chronographie (L’Association, 2010), suite de portraits croisés avec sa fille Nikita, de son enfance à l’âge adulte, et Les Hommes-loups (Frémok 2010).
Dominique Goblet enseigne à l’ERG de Bruxelles.

dominique goblet : histoires invérifiables
prix de l’ÉESI 2010

du 27 janvier au 3 avril 2011
co-production EESI – la Cité
commissariat Dominique Hérody
lieu la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image - site Castro, niveaux un et deux

acheter les livres de Dominique Goblet.