juhyun choi - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > la maison des auteurs > résidents et anciens résidents > les anciens résidents > juhyun choi

juhyun choi

en résidence de septembre 2013 à avril 2015

résidence précédente : d’octobre 2006 à janvier 2008

Juhyun Choi, auteure et plasticienne, est née à Gyeongju en Corée du Sud en 1978. Elle est arrivée en France en 2001 pour y suivre des études d’art à l’École Supérieure de l’Image de Poitiers. Ses installations ayant toujours intégré une dimension narrative, elle s’intéresse très vite à la bande dessinée pour mettre en images ses rêves et souvenirs. Ce travail autobiographique voit tout d’abord le jour à travers trois petits livres autoédités dans lesquels elle évoque son enfance, et où se révèle la singularité de sa technique mêlant ombres chinoises, dessin et photographie. Elle initie ensuite diverses collaborations dans différentes revues et réalise plusieurs livres d’artiste. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions collectives notamment au festival City of Women, à Ljubjana en Slovénie (2005), au Lieu Unique à Nantes (2007), à Saint-Pétersbourg l(Boomfest 2011), à Buchon en Corée du sud (2012)…
Ses pièces pour théâtre d’ombres, réalisées en collaboration avec des musiciennes et des danseuses, La main de ma mère (2005), Marthe je m’appelle Marthe (2008), Un homme est mort (2009), Voir rouge (2010), Daladala (2011) ont été présentées à Poitiers, Ljubljana et Bruxelles. Sa dernière création d’après des sonates et interludes pour piano préparé de John Cage, a été présentée au Conservatoire de Poitiers.
Elle a bénéficié d’une première résidence à la maison des auteurs au cours de laquelle elle a réalisé Sous la peau du loup (Cambourakis, 2008). L’album a été suivi chez le même éditeur par Halmé dans lequel elle évoque ses années de jeunesse. Son dernier album Ressac (éd. Tanibis), coréalisé avec L.L. de Mars, lui permet d’explorer avec succès les contraintes oubapiennes. Elle revient à la maison des auteurs pour Le Verger de Kangcheoli, un projet qui évoque à la fois son histoire et celle de son père, paysan coréen.

bibliographie / parutions

livres

- Ressac, avec L.L de Mars, éd. Tanibis, 2013.
- Halme, éd. Cambourakis, 2009.
- Neukdae gajuk aneseo (Sous la peau du loup version coréenne), Ed. Sai comics (Corée du sud), 2009.
- Sous la peau du loup, éd. Cambourakis, 2008.
- Le mois de janvier, Otto T et Choi Juhyun, éd. Groinge, 2005.
- Miniburger : Over the River, éd. Stripburger, 2005.
- Mains, (autoédité), 2004.
- Caches, (autoédité), 2004.

collectifs et revues sélection

- The ochard of good omen, in Strumpet (Etats-Unis), 2012.
- Verger de mon père, in Récit (France), 2011.
- Long hiver de Corée, le Monde Diplomatique en bande dessinée, 2010.
- Halmikot in Goraega Graeseo magazine jeunesse (Corée du sud), 2009.
- Journal de Stockholm in Tecknaren magazine de graphisme (Suède), 2009.
- Carte postale de Séoul in Internazionale, magazine politique (Italie), 2009.
- Le nouveau journal de Judith et Marinette, 2005-2007.
- 40075 km, (collectif), éd. L’employé du moi, Bruxelles, 2006.
- Children in the drawer, Stripburger n°39 (Slovénie), 2005.
- Patate Douce, n°7, éd. du potager moderne, 2005.
- À propos de Pyongyang, Comixclub, Ed Groinge, 20003.
- Warburger, Strip Core Forum Ljubljana, 2003.

webographie

- http://choijuhyun.wordpress.com/