ciné mardi : inland - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2010 des rendez-vous de la Cité > ciné mardi : inland

c i n é m a

ciné mardi : inland

mardi 30 novembre 2010 à 20h30

Le cinéma de la Cité présente Inland, film franco-algérien de Tariq Teguia, qui reçut le Prix Fipresci (prix de la critique internationale) au Festival de Venise en 2008. La projection sera suivie d’une rencontre avec Frédéric Lemaigre, directeur de Captures (Royan) et coproducteur du film, présentée par Jean-Claude Rullier, dans le cadre d’un partenariat avec le Pôle régional d’éducation à l’image.

le film

Après un premier long métrage très prometteur en 2008, Rome plutôt que vous, Inland salue de l’entrée de Tariq Teguia dans la cour des grands réalisateurs. Film remarquable sur l’Algérie contemporaine, dont l’auteur trace une topographie singulière.
Pour le réalisateur Tariq Teguia, l’objectif avec Inland a été de tracer des lignes, des lignes esquissées dans les paysages de l’après-guerre, maintenant que l’Algérie émerge d’une guerre livrée par l’islamisme à la société… Parce que les cohortes ont toujours été là, innombrables, théories répétitives et vives d’êtres humains, inscrites dans l’histoire et la géographie profondes d’un espace, lignes circulantes, en mouvement sur une terre devenant l’Algérie. Un pays fabriqué de ces hordes barbares venues des confins de l’Europe, de ces armées romaines échouées sur ces premiers rivages africains, un pays s’inventant lors des retraites hasardeuses de pillards nomades, dans le sillage des conquérants arabes essoufflés a mi-chemin d’un Eden inventé par d’autres plus à l’Ouest, lignes de conquêtes et d’échecs passés aujourd’hui renouvelés…

résumé

Alors qu’il vit en quasi reclus, Malek, un topographe d’une quarantaine d’années, accepte, sur l’insistance de son ami Lakhdar, une mission dans une région de l’Ouest algérien. Le bureau d’études oranais, pour lequel il travaillait il y a encore peu, le charge des tracés d’une nouvelle ligne électrique devant alimenter des hameaux enclavés des monts Daïa, une zone terrorisée il y a à peine une décennie par l’islamisme. Arrivé sur le site après plusieurs heures de route, Malek commence par remettre en état le camp de base - une cabine saharienne délabrée ayant déjà abrité une précédente équipe, venue à la fin des années 90, mais décimée lors d’une attaque des intégristes. Dans la nuit, son sommeil est perturbé par de puissantes déflagrations...

+ d'info sur le film