ciné métis : téza - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2010 des rendez-vous de la Cité > ciné métis : téza

c i n é m a

ciné métis : téza

mardi 18 mai 2010 à 20h30

En prélude au Festival Musiques Métisses, la Cité, en partenariat avec Ciné Passion 16, Musiques Métisses, le Conseil Général, le Pôle d’éducation à l’image de la région Poitou-Charentes, présente le remarquable film éthiopien, Teza.En présence de Thierno Ibrahima Dia, animateur du site Africiné.com, et de Jean-Paul Largeron de Musiques Métisses.


Téza de Haile Gerima
France, Allemagne, Ethiopie 2008. 2h20
Grand prix festival panafricain Ouagadougou 2009 - Grand prix Carthage 2008.
Prix meilleur scénario Venise 2008 - Grand prix festival international du film Amiens 2008

l’histoire
Anherber revient dans son village natal d’Ethiopie. Cet homme fatigué est amputé d’une jambe et désillusionné. L’univers de son enfance lui semble étranger et, en cette fin des années 80, la junte communiste recrute brutalement ses troupes parmi les jeunes. Pourtant Anherber a lui aussi cru aux idéaux marxistes, lors de ses études en Allemagne de l’Est. Mais la réalité du racisme en Europe et la violence de son pays africain en guerre civile perpétuelle vont le déchirer au plus profond de son être...

à propos de Téza
Le regard jeté sur cette époque par Haile Gerima est crû, sans concession aucune, mais il est aussi empreint d’une profonde humanité car il est fait de chair et de sentiments et il nous montre aussi un Anberber qui saura réagir et reprendre vie. En faisant ainsi œuvre de mémoire, Teza est un film qui se révèlera bien vite indispensable. Paradoxalement, on aura rarement éprouvé autant ce sentiment d’urgence, cette volonté cathartique, à raconter l’histoire. Mais cet aspect ne doit pas nous faire oublier que Gerima est avant tout, un cinéaste. Sa maîtrise de l’image et de la direction d’acteurs font ici merveille, où les plans majestueux sont capables de saisir à la fois la poésie des espaces de la campagne éthiopienne et le drame des sentiments que vivent les personnages qui l’habitent. La tragédie d’Anberber, de ses amis et de sa famille prend ainsi, par la magie d’une mise en scène généreuse, la dimension de l’épopée émouvante de toute une génération.
Martial Knaebel - Trigon film

- mardi 18 mai à 20h30