restauration des œuvres - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > collections > collection du musée de la bande dessinée > restauration des œuvres

restauration des œuvres

la politique du musée de la bande dessinée

De nombreuses œuvres doivent, malgré le respect des règles de conservation, faire l’objet de campagnes de restauration. Chaque année, le musée de la bande dessinée soumet à une commission inter-régionale des propositions d’œuvres à restaurer.
+ d'info sur les règles de conservation des œuvres

Comme tout musée labellisé Musée de France, le musée de la bande dessinée a pour mission de conserver au mieux sa collection. Chaque année, le conservateur de l’établissement soumet à une commission interégionale des propositions de restauration.

La sélection des œuvres est réalisée selon plusieurs critères.
En priorité sont traitées les dégradations :
- pouvant se propager (infestation, insectisation) ;
- (étant) actives et évolutives (comme la colle et l’adhésif des scotchs qui jaunissent peu à peu) ;
- qui mettent en danger l’intégralité de l’œuvre (comme un coin déchiré qui peut facilement s’égarer) ;
- visant à consolider le support (planche pliée ou papier extrêmement fin et peu résistant).

À ces critères s’ajoutent :
- les œuvres que nous projetons d’exposer ;
- les œuvres des artistes majeurs.

Nous veillons à rassembler le plus d’informations possibles sur l’histoire de l’objet. La restauration ne doit pas faire disparaître les traces d’usage de la planche, comme les tampons mis au moment de l’impression, mais prolonger au mieux sa durée. En effet, les planches originales ont été conçues pour être imprimées et non pour rentrer dans un musée. Si leurs matériaux utilisés sont antagonistes, qu’ils s’autodégradent ou se dégradent entre eux, nous ne pouvons que limiter le processus.

Nous tenons à homogénéiser les restaurations qui s’effectuent par lot : toute la série de planches est restaurée par la même personne dans un laps de temps réduit.
Diplômés d’une école reconnue par l’état (Institut National du Patrimoine ou MASTER professionnel de Conservation et Restauration des Biens Culturels à la Sorbonne), les restaurateurs sont sélectionnés par rapport à leur expérience et sur la base des protocoles décrits dans leur devis.

Au regard de l’importance de notre collection (un tiers des planches rencontre des problèmes liés à l’adhésif), nous choisissons des restaurations minimalistes sans réintégration de la couche picturale. Elles sont réalisées avec des produits stables dans le temps, restent réversibles et lisibles, conformément à la norme en rigueur dans les musées de France.