ma vie d’autrice : annick kamgang - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
pour la sécurité sanitaire de tous, nous vous informons que le port du masque est obligatoire dans nos espaces pour les personnes de plus de 11 ans.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > ma vie d’autrice : annick kamgang

ma vie d’autrice : annick kamgang

dans l’intimité des créateurs de bande dessinée

« Ma vie d’auteur/trice ». La Cité vous propose d’aller à la rencontre des artistes le temps d’un entretien vidéo. Durant ce court échange vous pénétrez l’intimité des auteurs et découvrez leurs réalisations en cours. Dans ce cadre nous avons rencontré l’autrice franco-camerounaise Annick Kamgang qui nous parle de son actualité.

Annick Kamgang dite "KAM", est dessinatrice de presse et autrice BD franco-camerounaise, née à Yaoundé, Cameroun. Ayant grandi entre la Centrafrique de Bokassa et les Antilles de Maryse Condé ou Aimé Césaire, elle collabore régulièrement avec la revue Jeune Afrique et anime des ateliers avec Cartooning For Peace. En 2018 elle publie Lucha, chronique d’une révolution sans armes au Congo, en lice pour le prix Artémisia.
Son prochain roman graphique s’intitulera Main basse sur le Cameroun.

lucha, chronique d’une révolution sans armes au congo
Écrit par Justine Brabant et dessiné par Kam, Lucha, Chronique d’une révolution sans armes au Congo, est l’histoire du mouvement du même nom, créé par de jeunes Congolais de tous milieux qui ont choisi de mener un combat pacifique dans un pays où les choses se règlent souvent par les armes, le clientélisme ou la corruption. C’est en janvier 2012 que ce mouvement citoyen voit le jour à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo (Kivu).
Animé par le désir d’un pays nouveau, véritablement indépendant et démocratique, la Lucha milite, à travers des actions non violentes pour l’accès à l’eau, à l’éducation, la fin de l’impunité des groupes armés et la tenue d’élections présidentielles. Ce mouvement très populaire sera régulièrement réprimé par les autorités. Découpé en neuf chapitres l’ouvrage en noir et blanc bénéficie d’un trait simple mais efficace.

Interview par Jean-Philippe Martin, 17 juillet 2020