archives 2018 des rendez-vous de la cité - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
le restaurant la table à dessin est actuellement fermé pour travaux.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2018 des rendez-vous de la cité

archives 2018 des rendez-vous de la cité

Retrouvez les rendez-vous proposés par la Cité en 2018.

Après avoir accueilli Dario Argento en personne le mois dernier, le cinéma de la Cité prolonge la (re)découverte d’une carrière inégalée dans le cinéma de genre, avec deux chefs d’œuvre du réalisateur et scénariste italien à redécouvrir en versions restaurées. Les frissons de l’angoisse (Profondo rosso) sorti en 1975, hisse au rang d’art horrifique majeur les codes du giallo, à la frontière du policier, de l’épouvante et de l’érotisme. Deux ans plus tard, le magistral Suspiria, thriller surnaturel et sensoriel poursuivant sa fructueuse collaboration sonore avec le groupe de rock progressif Goblin, inscrit définitivement le cinéaste romain dans les annales de l’histoire du septième art. Une soirée exceptionnelle présentée par deux exégètes « argentiens » : Etienne Oburie, dessinateur de bande dessinée, et Matthias Simonet de l’association Sisyphe vidéo, en partenariat avec Hidden Circle. Tarif préférentiel : 2 films pour 7€, interdit aux moins de 16 ans.

En écho à l’exposition Nouvelle génération, la bande dessinée arabe aujourd’hui, présentée jusqu’au 4 novembre 2018 au musée de la bande dessinée, le cinéma de la Cité présente une sélection de nouveaux talents du septième art, émergés ou confirmés, dans le sillage des printemps et révolutions dans les pays du Maghreb et du Levant. Après l’Algérie dans Les bienheureux de Sofia Djama, c’est en France depuis la Tunisie que nous transporte Corps étranger de Raja Amari, à découvrir dès mercredi 21 février : la réalisatrice de Satin Rouge livre une œuvre forte et plurielle, abordant l’immigration, l’intégration, le désir, le rejet, la trahison… Une sortie nationale à ne pas manquer, produite par Dominique Besnehard et Michel Feller, et interprétée par Hiam Abbass, Sara Hanachi et Salim Kechiouche.

Une évasion outre-Pyrénées un soir de janvier : c’est le programme du cinéma de la Cité proposant deux des meilleurs longs-métrages espagnols de l’année écoulée. Avec Psiconautas adapté de sa bande dessinée éponyme (éditions Rackham), Alberto Vázquez entraîne son coréalisateur Pedro Rivero dans une réinvention poétique et cauchemardesque de l’animation baroque, telle une rencontre entre René Laloux et Martin Winshluss fantasmée par Lewis Carroll et Guillermo Del Toro. De son côté, Rodrigo Sorogoyen détourne brillamment les codes du thriller et offre à Roberto Álamo le Goya 2017 du meilleur acteur, avec Que dios nos perdone, polar poisseux et haletant dans la moiteur d’un été madrilène où se croisent les « indignés », le pape Benoît XVI et un insaisissable serial-killer… Deux perles sombres interdites aux moins de 12 ans, au tarif préférentiel de 7€ pour toute la soirée.