Imprimer : le film : parodies, du bon usage de l'irrévérence
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
http://www.citebd.org/spip.php?article2136
le film : parodies, du bon usage de l’irrévérence
exposition : parodies /

Le film Parodies : du bon usage de l’irrévérence (dans la collection « Phylactère ») est diffusé en boucle dans l’exposition. Il propose une analyse des mécanismes de la parodie à travers les œuvres de trois auteurs emblématiques. Il aborde successivement la parodie d’une œuvre littéraire avec Les aventures de Madame Bovary (tirés de Panique au bout du fil) de Daniel Goossens, le croisement entre deux univers (La Métamorphose de Kafka et les Peanuts de Schulz) avec Good ol’ Gregor Brown de Robert Sikoryak, enfin la parodie de genre (en l’espèce : la science-fiction) avec Bienvenue aux terriens de René Pétillon.

Ci-dessous à gauche : Robert Sikoryak, Good ol’ Gregor Brown pl. 1, d’après Schulz et Kafka. © Drawn & Quarterly et l’auteur. A droite : Yves Chaland, Mme Bovary ou « La Fureur de vivre » paru dans Métal hurlant hors série n° 49 bis, spécial classiques avril 1980. © Isabelle Beaumenay-Joannet.
Robert Sikoryak, Good ol' Gregor Brown pl. 1, d'après Schulz et Kafka. © Drawn & Quarterly et l'auteur Yves Chaland, Mme Bovary ou « La Fureur de vivre » paru dans Métal hurlant hors série n° 49 bis, spécial classiques avril 1980. © Isabelle Beaumenay-Joannet

Parodies : du bon usage de l’irrévérence
documentaire en animation (palette graphique), durée 26 minutes
auteur Thierry Groensteen
réalisateur Marc Faye
producteurs délégués Christophe Camoirano et Marc Faye
production Girelle Production et Novanima
coproduction TV Tours / Bip TV
avec le soutien financier de CNC / Centre Images Région Centre / Région Aquitaine - ECLA / PROCIREP-ANGOA

La collection « Phylactère » a pour objet de raconter l’histoire de la bande dessinée, non de façon linéaire et chronologique, mais à travers une multiplicité d’entrées thématiques ou problématiques. Chaque épisode de 26 minutes traitera d’un genre narratif (le récit d’aventures, le western, la science-fiction, les super-héros, la BD animalière, etc.), d’une question historique particulière (les origines de la bande dessinée, l’irruption de la bande dessinée asiatique dans la culture occidentale), d’une « école » ou d’un fait de style (la ligne claire, la picturalité, le clair-obscur, la narration sans paroles). Chacun de ces sujets sera plus particulièrement exploré à travers l’oeuvre de trois artistes majeurs, d’hier ou d’aujourd’hui, français ou étrangers (en moyenne trois séquences de 8 minutes par film, reliées par une cohérence thématique). De façon plus précise encore, pour chacun de ces artistes, c’est un livre – un album – qui sera privilégié, considéré comme exemplaire de leur démarche artistique et comme porte d’accès au reste de l’œuvre.
Le deuxième film de la collection, Les écritures du moi, sera consacré à l’autobiographie dans la bande dessinée.