Imprimer : ma vie d'auteur : jean-luc loyer
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
http://www.citebd.org/spip.php?article10544
ma vie d’auteur : jean-luc loyer
pendant et après le confinement

« Ma vie d’auteur ». Toutes les semaines, la Cité vous propose des rencontres spéciales, en vidéo, avec des auteurs du territoire, parce qu’Angoulême, pendant et après le confinement, est et demeure la Capitale Mondiale de la Bande dessinée ! Cette semaine c’est l’auteur Jean-Luc Loyer qui nous parle de son actualité.

jean-luc loyer

Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Douai en 1984 et de l’École des Beaux-Arts d’Angoulême (ÉESI), il intègre l’atelier de bande dessinée Sanzot avec Mazan, Isabelle Dethan, Cécile Chicault... Après quelques années passées à travailler dans le dessin animé, il décide finalement de s’adonner à la bande dessinée. Son premier ouvrage, Les Mangeurs de cailloux où il relate ses souvenirs d’enfance dans le nord de la France, est sélectionné au festival d’Angoulême en 1998, dans la catégorie Coup de Cœur. Le second tome de sa série pour enfants Victor (éditions Delcourt) reçoit le Prix Jeune Public au festival BD Boum de Blois en 1999. Tout en continuant à narrer les aventures de Victor, Jean-Luc Loyer signe une nouvelle série destinée aux petits, toujours chez Delcourt : Madame La Lune, avec Nathalie Ferlut au dessin. Avec la série pour enfant Le Parc fantastique (dessins de Muriel Sevestre), il décrit l’univers magique de la fête foraine. Après la réalisation du premier tome de Mordichaï aux éditions Soleil avec Vincent Sauvion au dessin, Jean-Luc Loyer réalise sa première "bande dessinée documentaire" en 2006 avec Noir métal (éditions Delcourt) qui aborde l’usine Metaleurop SA mise en liquidation judiciaire. L’auteur publie en 2013 son second livre documentaire et social, Sang Noir, 1906, la compagnie de Courrières, puis en 2016 avec Xavier Bétaucourt Le Grand A, aux éditions Futuropolis. C’est chez ce même éditeur que parait Cintré(e). en 2018

Interview confinée avec Jean-Luc Loyer, par Sébastien Bollut :