A la merveille - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > A la merveille

A la merveille

To the wonder
Usa - 2012 - 1h52
compétition officielle Venise 2012
film - version originale sous-titrée en français
de

Terrence Malick

scénario : Terrence Malick
direction de la photographie : Emmanuel Lubezki, Paul Atkins
musique ou chansons : Hanan Townshend
avec : Ben Affleck (Neil), Olga Kurylenko (Marina), Rachel McAdams (Jane), Javier Bardem (père Quintana), Tatiana Chiline (Tatiana), Romina Mondello (Anna), Charles Baker (Charles)
séances : semaine du mercredi 6 mars 2013
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
14:00
16:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
14:00
16:15
18:30
21:00
14:30
16:45
19:00
18:30
21:00
18:30
21:00
séances : semaine du mercredi 13 mars 2013
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
14:00
16:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
14:00
16:15
18:30
21:00
14:30
16:45
19:00
18:30
21:00
18:30
21:00
séances : semaine du mercredi 20 mars 2013
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
21:30
21:00
21:35
21:35

synopsis

Même s’ils se sont connus sur le tard, la passion qu’ont vécue Neil et Marina à la Merveille - Le Mont-Saint-Michel - efface les années perdues. Neil est certain d’avoir trouvé la femme de sa vie. Belle, pleine d’humour, originaire d’Ukraine, Marina est divorcée et mère d’une fillette de 10 ans, Tatiana. Désormais, le couple est installé dans l’Oklahoma. Leur relation s’est fragilisée : Marina se sent piégée. Dans cette petite communauté américaine, elle cherche conseil auprès d’un autre expatrié, un prêtre catholique nommé Quintana. L’homme a ses propres problèmes : il doute de sa vocation… Marina décide de retourner en France avec sa fille. Neil se console avec Jane, une ancienne amie à laquelle il s’attache de plus en plus. Lorsqu’il apprend que rien ne va plus pour Marina, il se retrouve écartelé entre les deux femmes de sa vie. Le père Quintana continue à lutter pour retrouver la foi. Face à deux formes d’amour bien différentes, les deux hommes sont confrontés aux mêmes questions.

notes de production

The Tree of life est sorti en mai 2011, À la merveille en mars 2013, soit deux ans plus tard. Il s’agit de l’écart le plus court entre deux films de Terrence Malick. Le plus long écart étant entre Les Moissons du ciel (1) et La Ligne rouge (20 ans).
(1) http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=518&alpha=13&a=2013&m=2#film

Christian Bale a d’abord été approché pour le rôle de Neil mais a finalement abandonné. Ben Affleck l’a remplacé.
Rachel Weisz, Jessica Chastain, Michael Sheen, Amanda Peet et Barry Pepper ont tous participé au film mais leurs scènes ont finalement été coupées au montage, rigueur malickienne oblige.

Le titre doit son nom au Mont Saint-Michel (2), surnommé également La Merveille. Terrence Malick a choisi cet endroit pour tourner une partie du film car il représente un espace entre ciel et terre, entre rêve et réalité, le lieu parfait pour situer une histoire d’Amour.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mont-Saint-Michel

Pour aider les acteurs à appréhender leurs rôles et les mettre dans l’ambiance poético-lyrique du film, Terrence Malick les guidait en leur montrant des films, œuvres d’art, chansons, morceaux musicaux... Cette technique d’immersion est très différente des tournages traditionnels.

Terrence Malick et Ben Affleck se connaissent depuis de nombreuses années et n’avaient pas encore eu l’occasion de travailler ensemble. Après avoir terminé Argo, Ben avait prévu de partir en vacances quand Malick lui a demandé de jouer dans A la merveille ; l’acteur n’a pas pu refuser cette chance : il a été mon mentor, me guidant grâce à son expérience, jusqu’à encore récemment, alors que nous travaillions sur la postproduction de nos projets respectifs. J’ai donc été ravi lorsqu’il m’a demandé de rejoindre la distribution de A la merveille, confie le comédien.

Afin d’incarner avec justesse Neil, cette homme bienveillant, sincère et tendre, Ben Affleck a lu les oeuvres d’auteurs tels que Léon Tolstoï, Dostoievski ou F. Scott Fitzgerald et s’est inspiré de Gary Cooper dans ses films. Pour Ben, ce personnage rejoint Hamlet de Shakespeare : le film dépeint Neil en train de se découvrir tel qu’il est vraiment, et amène les spectateurs à s’interroger sur les obligations que nous avons tous les uns envers les autres, celles que nous avons envers le monde, par-delà nos intérêts personnels égoïstes, déclare-t-il.

Ben Affleck à propos de son rapport avec Terrence Malick : j’ai plus appris en sept semaines sur A la merveille avec Terrence que dans tout le reste de ma vie auprès d’autres réalisateurs, explique-t-il, en poursuivant : Terrence a un esprit tellement riche, tellement éclectique, avec des connaissances tellement étendues que la conversation aborde tous les domaines, de la musique à la philosophie en passant par la religion, les arts, la littérature... Son approche du cinéma s’inscrit dans la plus grande tradition des arts.

Contrairement aux réalisateurs traditionnels, Terrence Malick n’impose pas les mouvements et les déplacements à ses acteurs, ils peuvent bouger comme bon leur semble et la caméra est au service du mouvement : les méthodes de Terrence sont souvent l’antithèse de celles employées par des réalisateurs plus traditionnels. Vous pouvez faire tout ce qui vous semble juste pour trouver la vérité du personnage. Il vous demande juste de vivre le rôle, de l’explorer, déclare l’actrice Rachel McAdams.

Javier Bardem campe le Père Quintana dans A la merveille, un homme d’Eglise torturé et en pleine crise de Foi. Pour l’incarner, Terrence Malick a demandé à l’acteur espagnol de suivre le photoreporter Eugene Richards afin de discuter avec des prisonniers (comme le fait le Père Quintana), rencontrer des prêtres et s’imprégner de leurs histoires. Bardem a effectué cette préparation dans la ville de Bartlesville en Oklahoma, un des décors réels du film : leurs histoires, ce que les gens m’ont confié et ont accepté de partager avec moi, était incroyablement puissant, confie le comédien.

L’Amour est au centre de A la merveille et Olga Kurylenko en parle très bien : dans la vie, on aime certaines personnes plus que d’autres, mais il arrive parfois qu’on soit incapable de vivre avec celles que l’on aime le plus, déclare la comédienne qui forme avec Ben Affleck un couple tourmenté dans A la merveille.

A l’instar de The Tree of life, A la merveille parle également de Foi, de doute, du combat difficile entre l’Esprit et la Chair : le film met en lumière la lutte constante pour faire en sorte que l’amour et la foi continuent à rester vivants dans les relations entre hommes et femmes, une lutte qui se reflète aussi dans le combat du prêtre, le Père Quintana pour garder la foi. Le film reste ouvert à l’interprétation de chacun, mais pour moi, il porte vraiment sur les différentes sortes d’amour et de foi, qui parfois en viennent à se confondre, analyse la comédienne Rachel McAdams.

Ben Affleck résume A la merveille de la manière suivante : ce film m’évoque davantage le souvenir, la réminiscence d’une vie qu’une histoire au sens où on l’entend d’ordinaire, comme une succession d’événements en temps réel dans l’existence des personnages. C’est un amalgame de moments impressionnistes ; le récit ricoche d’un moment à un autre dans la vie des personnages et les événements s’agencent d’une façon non linéaire - et cela reflète bien, je crois, la façon dont on se souvient des choses de sa vie. Cela a quelque chose d’hypnotique, d’étourdissant, c’est plus fluide que ne l’est la vie réelle, explique le comédien.

Terrence Malick
Né Terrence Frederick Malick le 30 novembre 1943 à Ottawa (Illinois) ou à Waco (Texas) !
La rareté, l’originalité et la vision très personnelle de son cinéma a marqué aussi bien le public que la critique...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Terrence_Malick

Emmanuel Lubezki
Né Emmanuel Lubezki Morgenstern à Mexico en 1964.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Lubezki
http://www.imdb.fr/name/nm0523881/

Paul Atkins
http://en.wikipedia.org/wiki/Paul_Atkins_(cinematographer)

Hanan Townshend
http://www.cinezik.org/critiques/affcritique.php?titre=to-the-wonder

Ben Affleck
Né le 15 août 1972 à Berkeley.
Dès sa jeunesse, il joue des rôles dans des films tv...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ben_Affleck

Olga Kurylenko
Née le 14 novembre 1979 à Berdiansk (Ukraine).
Débute sa carrière de mannequin à Paris, où elle pose pour plusieurs marques de luxe, de cosmétiques et parfums...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Olga_Kurylenko

Rachel McAdams
Née le 17 novembre 1978 à London (Ontario).
Débute sa carrière à la télévision canadienne...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_McAdams

Javier Bardem
Né le 1er mars 1969 à Las Palmas (Îles Canaries).
Bigas Luna le fait débuter dans Les Vies de Loulou ...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Javier_Bardem

Romina Mondello
Née le 1er mars 1974 à Rome.
http://it.wikipedia.org/wiki/Romina_Mondello

Charles Baker
Né le 27 février 1971 à Washington.
http://www.zoom-cinema.fr/people/charles-baker/15154/

extrait(s) de presse

Critikat - Malick nous interroge, nous perturbe, nous énerve, mais son film reste certainement, pour l’instant, l’objet le plus curieux, le plus délirant, le plus bizarroïde...
Première - La puissance picturale de certaines images évoque les grands peintres américains, comme Andrew Wyeth avec qui Malick partage cette idée que derrière l’apparente beauté de la nature se cache une dimension plus grande et plus cruelle...