Gangs of Wasseypur (part 2) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Gangs of Wasseypur (part 2)

Gangs of Wasseypur (part 2)

Inde - 2012 - 2h40
Quinzaine des réalisateurs Cannes 2012
Interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Anurag Kashyap

scénario : Akhilesh Jaiswal, Anurag Kashyap, Sachin K. Ladia, Syed Zeeshan Qadri
direction de la photographie : Rajeev Ravi
musique ou chansons : Sneha Khanwalkar
avec : Nawazuddin Siddiqui (Faizal Khan), Huma Qureshi (Mohsina), Vineet Singh (Danish Khan), Anurita Jha (Shama Parveen), Aditya Kumar (Perpendiculaire), Zeichan Quadri (Définitif), Richa Chadda (Nagma Khatun), Reemma Sen (Durga)
séances : semaine du mercredi 20 février 2013
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
18:00
18:30
19:30
18:00

synopsis

Les clans de Shahid Khan et Ramadir Singh continuent de s'affronter dans la région de Wasseypur. Et c'est maintenant au petit fils de Shahid, Faizal de reprendre la tête du clan Khan. Fumeur depuis son plus jeune âge et timide, personne, surtout sa mère, ne croient en son potentiel de chef de gang. Mais bientôt Faizal va marquer les esprits par son intelligence et son incroyable soif de vengeance qui ne semble pas trouver de fin. Aidé de ses frères et inspiré des héros de Bollywood, il va étendre le pouvoir du clan Khan comme jamais, combattre Ramadir sans relâche et enfin peut-être connaitre le repos du vainqueur ?

notes de production

Gangs of Wasseypur (part 2) est le deuxième volet du diptyque du cinéaste indien Anurag Kashyap. Ce drame sur fond de vengeance et de guerre des gangs, grand succès en Inde, a été distribué en Europe en 2 parties de 2h40 chacune. Le premier opus, Gangs of Wasseypur (part 1) est sorti en France le 25 juillet 2012.

Anurag Kashyap est une figure emblématique du renouveau du cinéma indien. Son style visuel et narratif l’a amené à être rapidement considéré comme le modèle de la nouvelle vague du cinéma indien. A noter qu’il arrive au cinéaste de passer devant la caméra. En effet, on a pu le voir récemment dans Trishna de Michael Winterbottom aux côtés de Freida Pinto.
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=872&alpha=20&a=2013&m=2#film

Gangs of Wasseypur relate l’histoire d’une famille sur 3 générations et ne manque pas d’épingler une triste réalité, celle d’une guerre des gangs qui fait rage et qui gangrène ce milieu. Encore tabou en Inde, ces histoires de mafia commencent à émerger et les langues se délient petit à petit.

La ville de Wasseypur, située dans l’État de Jharkhand en Inde, est considérée comme la capitale du charbon. C’est pour ce minerai que les guerres de clans entre mafieux ont commencé dans les années 40 et se sont amplifiées à partir de 1947, année de l’indépendance de l’Inde. Le film d’Anurag Kashyap n’est donc pas dénué de critique sociale et politique.

Anurag Kashyap a été très marqué par la ville de Wasseypur et l’ambiance qui s’en dégageait : cet endroit m’a ramené à mes racines et à mon évolution, j’ai revécu mes rendez-vous avec Bollywood et avec les politiques de ma région, j’ai soudain compris les raisons qui expliquaient la dégénérescence de ce lieu qui ressemble aujourd’hui à un véritable brasier : la bataille du charbon et la façon dont cette guerre a été menée en sont la cause. De l’extraction du charbon au meurtre d’une personne, d’une bagarre inoffensive à une vengeance héréditaire, tout prenait sens, explique le cinéaste indien.

Gangs of Wasseypur tranche avec le style exubérant des productions Bollywoodiennes classiques en affichant un style réaliste pour une fresque épique. Nombre de critiques ont situé le film entre Le Parrain de Francis Ford Coppola et Gangs of New York de Martin Scorsese, une consécration pour le réalisateur Anurag Kashyap.

Gangs of Wasseypur a su s’imposer en Inde et internationalement parmi plus de 1 200 longs-métrages produits par an à Bollywood ! A titre de comparaison, la France en produit environ 200 par an.

extrait(s) de presse

Les Inrocks - On se retrouve quasiment dans une configuration à la Elephant d’Alan Clarke, avec des meurtres se succédant sans répit...
L'Humanité - Un polar essoufflant, d'une générosité et d'une truculence rares...
Positif - "Gangs of Wasseypur" est un modèle de mise en scène...
Critikat - La démarche iconoclaste entamée [dans l'épisode précédent] confirme toute sa fermeté et la portée de son regard culturel et social.
Le Monde - "Gangs of Wasseypur 2" continue sur sa belle lancée et se déploie de vengeance en vengeance, avec la même énergie rare et le même sens du spectacle.
Fiches du cinéma - Sur la lancée du premier opus, "Gangs of Wasseypur" nous replonge dans un tourbillon de couleurs et de coups de feu.
Télérama - Un film dingue aux constantes trouvailles de mise en scène.
Tf1 news - La chair meurtrie et le désir charnel se mêlent donc dans au plus grand romantisme pour un très long-métrage qui prend aux tripes et embrase l'âme.