4h44 dernier jour sur terre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > 4h44 dernier jour sur terre

4h44 dernier jour sur terre

4:44 last day on earth
Usa, France, Suisse - 2011 - 1h22
Mostra de Venise 2011 Festival du cinéma américain Deauville 2011
film - version originale sous-titrée en français
de

Abel Ferrara

scénario : Abel Ferrara
direction de la photographie : Ken Kelsch
musique ou chansons : Francis Kuipers
avec : Willem Dafoe (Cisco), Shanyn Leigh (Skye), Natasha Lyonne (Tina), Paul Hipp (Noah), Anita Pallenberg (Diana), José Solano (Javi), Paz de la Huerta (la fille dans la rue), Pat Kiernan (le présentateur)
séances : semaine du mercredi 20 février 2013
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
14:00
16:15
19:45
14:00
16:15
19:45
18:30
14:00
16:15
19:45

synopsis

New York. Cisco et Skye s'apprêtent à passer leur dernier après-midi ensemble. C'est l'heure des adieux, l'occasion d'une ultime étreinte. Comme la majorité des hommes et des femmes, ils ont accepté leur destin. Demain, à 4h44, le monde disparaîtra...

notes de production

L’idée de base de 4h44 dernier jour sur terre vient du producteur Peter Danner. Après avoir vu le documentaire d’Al Gore, Une Vérité qui dérange, Danner a décidé d’en parler à Abel Ferrara afin de développer le projet : en tant que film, ce n’était pas génial mais il décrivait un tel scénario catastrophe pour l’humanité qu’on s’est mis ensemble à y réfléchir, confie Ferrara à propos du film d’Al Gore.

Le film met en avant des conversations virtuelles via Skype, le célèbre logiciel de visioconférence. Abel Ferrara confie qu’il peut s’agir d’une sorte de métaphore d’un monde déjà froid et mort de l’intérieur où les conversations deviendraient virtuelles sans jamais aller plus loin, sorte d’apocalypse à la fois morale et physique.

Le personnage de Skye est de confession bouddhiste dans le film. Abel Ferrara est lui-même adepte de cette religion, tout comme Shanyn Leigh, sa compagne dans la vie : je suis bouddhiste, maintenant. Je suis dedans, et le film en est évidemment marqué. C’est ma copine qui m’a initié, elle suit l’enseignement de façon très consciencieuse, comme le film le montre, révèle le cinéaste. C’est par ailleurs la quatrième collaboration entre le cinéaste et sa muse après Chelsea hotel, Napoli, Napoli, Napoli et Go go tales.
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=797&alpha=7&a=2013&m=2#film

Depuis sa conversion au bouddhisme, Abel Ferrara s’est sorti de ses addictions à la drogue et à l’alcool et prône la réconciliation et l’amour à travers ce film sur fond d’apocalypse : je suis sorti de toute cette merde, définitivement. Je ne suis plus du tout accro. Un deal, qu’il soit avec l’alcool ou avec la poudre, repose sur le mal-être que tu portes en toi. (...) Le sujet du film est aussi la compassion, et cette bataille qu’il faut se livrer à soi-même pour faire admettre l’amour. Le soir de la fin du monde, tu peux t’envoyer en l’air ou te défoncer. Ok. Tu peux tout aussi bien téléphoner à ta mère et lui dire que tu l’as aimée. C’est un cliché ? Pas moins que celui de montrer des gens qui n’ont qu’une dernière fiesta en tête le dernier soir. Il fait admettre qu’un peu de beauté nous ferait du bien, affirme le metteur en scène.

4h44 dernier jour sur terre marque la 10ème (!) collaboration entre le cinéaste Abel Ferrara et le chef opérateur Ken Kelsch. En effet, les deux hommes travaillent régulièrement ensemble depuis 1979 et The Driller killer. Par la suite, Kelsch a ainsi signé la lumière de la plupart des films de Ferrara (Bad Lieutenant, Nos funérailles, New rose hotel, Chelsea hotel...).

La fin du monde est décidément un sujet qui intéresse les cinéastes. Les films sur fond d’apocalypse fleurissent ces derniers temps. Outre 4h44 dernier jour sur terre, on peut notamment citer Melancholia de Lars von Trier ou Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare de Lorene Scafaria. De là à y voir un lien avec la prophétie maya du 21 décembre 2012, il n’y a qu’un pas.
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=739&alpha=13&a=2013&m=2#film

L’acteur Willem Dafoe tourne sous la direction d’Abel Ferrara pour la troisième fois après New rose hotel et Go go tales. Le metteur en scène nie toutefois que le comédien soit une sorte d’alter-ego : tout le monde pense que Willem Dafoe, parce qu’on travaille ensemble depuis la fin des années 90, et qu’on partage plein de choses, est tout simplement mon alter-ego. Et là encore, c’est plus prosaïque et plus compliqué que ça. Je suis moi, il est lui, et entre les deux il y a le film, et un film ça repose sur un personnage, et un personnage ça s’écrit, ça se construit, ça ne peut pas venir que de moi. Pour être honnête, il y a plus de moi dans son personnage à elle [Shanyn Leigh] que dans son personnage à lui, admet le cinéaste.

Décidément, Willem Dafoe aime les étreintes passionnées sur les affiches. Celle de 4h44 dernier jour sur terre où l’on voit l’acteur et sa partenaire Shanyn Leigh passionnément enlacés, les yeux fermés, dans une position lascive, est quasiment la même que celle d’Antichrist de Lars von Trier avec Charlotte Gainsbourg à la place de Shanyn Leigh.
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=19&alpha=1&a=2013&m=2#film

Les fans de séries tv, et particulièrement ceux de Boardwalk empire, reconnaitront Paz de la Huerta dans le film. Cette actrice avait en effet campé Lucy Danziger, la petite amie délurée d’Enoch Thompson (Steve Buscemi) pendant les deux premières saisons.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Boardwalk_Empire

Le film a été projeté dans de nombreux festivals, dont la 68ème Mostra de Venise présidée par le cinéaste Darren Aronofsky, le New York International Film Festival 2011, le Festival du film américain de Deauville 2011 ou le Festival International du Film de La Roche-sur-Yon 2012.

Entretien avec Abel Ferrara et Shanyn Leigh.
http://www.culturopoing.com/Cinema/Entretien+avec+Abel+Ferrara+et+Shanyn+Leigh+a+propos+de+4h44+-5252

Abel Ferrara
Né le 19 juillet 1951 à New York.
Commence en réalisant des films amateurs en Super 8 sous le pseudonyme de Jimmy Boy L...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abel_Ferrara

Ken Kelsch
http://www.toutlecine.com/star/biographie/0006/00060301-ken-kelsch.html
http://www.cinemotions.com/Ken-Kelsch-nm66526

Francis Kuipers
Né en 1941 à Woking (Gb).
http://en.wikipedia.org/wiki/Francis_Kuipers

Willem Dafoe
Né le 22 juillet 1955 à Appleton (Wisconsin).
Obtient son premier rôle au cinéma dans le film La Porte du paradis (1980) de Michael Cimino...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Willem_Dafoe

Shanyn Leigh
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shanyn_Leigh
http://www.cinemovies.fr/personnalite/shanyn-leigh_e497329

Natasha Lyonne
Née le 4 avril 1979 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Natasha_Lyonne

Paul Hipp
Né le 17 juillet 1963 à Philadelphie.
Débute comme acteur dans China girl (1987) de Abel Ferrara...
http://en.wikipedia.org/wiki/Paul_Hipp

Anita Pallenberg
Née le 25 janvier 1944 à Rome.
Connue pour avoir été la maîtresse de trois des membres des Rolling Stones : Brian Jones, Keith Richards, et Mick Jagger...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anita_Pallenberg

Paz de la Huerta
Née le 4 septembre 1984 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paz_de_la_Huerta

extrait(s) de presse

Cahiers du cinéma - "4h44" n'est pas un film de plus sur l'apocalypse, mais le plus beau jamais réalisé sur l'apothéose...
Les Inrocks - Un film bouleversant pour accompagner l’apocalypse...
Mad movies - Le film d'Abel Ferrara s'imposant comme le plus bel opus de la vague actuelle aux côtés de "Melancholia"...
Fiches du cinéma - L'apocalypse selon Abel : le parfait contrepied du "Melancholia" de Lars von Trier...
Libération - On peinait à le croire, c’est pourtant vrai, Ferrara a changé, viré complètement baba...
Télérama - Ce parti pris anti spectaculaire, confère au film une forme de sérénité, de gravité, qui rend ces derniers gestes encore plus précieux...
Critikat - Le film de Ferrara a quelque chose d’un pied de nez...