The Theatre bizarre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > The Theatre bizarre

The Theatre bizarre

Usa, France, Canada - 2011 - 1h54
Etrange festival 2011 Hors compétition Gérardmer 2012
interdit aux moins de 16 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Douglas Buck, Buddy Giovinazzo, David Gregory, Karim Hussain, Jeremy Kasten, Tom Savini, Richard Stanley

scénario : Zach Chassler, Richard Stanley, Scarlett Amaris, Emiliano Ranzani, Buddy Giovinazzo, John Esposito, Douglas Buck, Karim Hussain, David Gregory
direction de la photographie : Eduardo Fierro, John Honoré, Karim Hussain Michael Kotschi
musique ou chansons : Simon Boswell, Susan DiBona, Pierre Marchand, Mark Raskin
avec : Udo Kier (Peg Poett), Virginia Newcomb (Enola Penny), Catriona MacColl (mère Antoinette), Victoria Maurette (Karina), André Hennicke (Axel), Suzan Anbeh (Mo), Debbie Rochon (Carla), Tom Savini (Dr. Maurey)
séances : semaine du mercredi 21 novembre 2012
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
01:00*
séance spéciale :
* dim 25 nov 01:00 présenté par Rurik Sallé, acteur, compositeur et journaliste spécialisé (Mad movies) dans le cadre de la Nuit fantastique organisée en partenariat avec Hidden circle et Tanzi distribution tarif préférentiel 5 films = 12,50 €

synopsis

Un film à sketches en hommage au légendaire “Art du grand guignol” réunissant sept cinéastes de l’horreur : "The Mother of toads" En France, un couple de vacanciers rencontre une sorcière qui prétend posséder une copie du Necronomicon... "I love you" Une femme annonce à son mari qu’elle le quitte... "The Accident" Une mère et sa fille sont témoins d’un accident de la route... "Wet dreams" Une femme blessée se venge de son mari infidèle... "Vision stains" Une tueuse en série extrait les souvenirs de ses victimes à l’aide d’une seringue... "Sweets" Un couple obsédé par la bouffe consume son amour... "Théâtre guignol" Une salle de cinéma se transforme en véritable théâtre de pantins sous l’égide d’un automate...

notes de production

La particularité de cette compilation de sketches horrifiques tient surtout du choix des metteurs en scènes sélectionnés. Tous sont des réalisateurs en marge du système, en raison de leurs visions non formatées du genre. Entre ceux qui n’ont pas tourné depuis plusieurs années (Richard Stanley), et certaines figures du cinéma bis français (Jean-Pierre Putters) ou américain (Tom Savini), le programme propose un large panel de ce qu’est le genre horrifique indépendant et extrême.

Les règles données aux réalisateurs furent les mêmes pour tout le monde : un même budget (évidemment restreint), un calendrier à tenir, une durée (entre 10 et 20 minutes par segment), et la même ligne narrative (inspirée du théâtre du Grand-guignol).

Le réalisateur de l’un des segments (Wet dreams) n’est autre que Tom Savini, le célèbre maquilleur de Vendredi 13 (1), Maniac (2) ou encore Killing Zoe (3).
(1) Friday the 13th est un film d’horreur américain réalisé par Sean S. Cunningham (1980) et est le premier opus d’une saga autour du personnage de Jason Voorhees...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vendredi_13_%28film%29
(2) réalisé par William Lustig (1980)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maniac_%28film%29
(3) réalisé par le canadien Roger Avary (1994) et produit par Quentin Tarantino...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Killing_Zoe

Le segment réalisé par Richard Stanley, The Mother of toads, est une adaptation de la nouvelle éponyme du poète et auteur américain Clark Ashton Smith (4).
(4) écrivain américain de fantasy, horreur et science-fiction, et grand ami de H. P. Lovecraft...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Clark_Ashton_Smith

The Theatre bizarre compte de nombreux producteurs dans ses rangs. Parmi eux, Jean-Pierre Putters (5), producteur du segment The Mother of toads, qui n’est autre que le fondateur de la célèbre revue de cinéma de genre Mad movies !
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Putters

Cette anthologie horrifique s’inspire du théâtre du Grand-Guignol, qui ouvrit ses portes à la fin du 19e siècle dans le 9e arrondissement de Paris. Cette salle, qui ferma en 1963, présentait à l’époque des spectacles d’horreur, particulièrement glauques et sanguinolents, mais également drôles, et dont raffolaient les spectateurs (issus de différentes classes sociales). Le théâtre existe toujours, et est situé au 7 Cité Chaptal, à Paris. Il fut réhabilité en 2004 pour devenir l’International visual theatre.

The Theatre bizarre s’ouvre par un prologue tourné dans un vrai théâtre situé à Broadway qui donne immédiatement le ton et servira de fil rouge durant tout le film. Justement baptisé Theatre Guignol, il met en scène une jeune femme qui se retrouve dans une grande salle de théâtre pour assister à un spectacle de pantins, le tout dirigé par un curieux personnage qui va lui faire découvrir plusieurs histoires, mais, peut être aussi bien plus...
http://ziketfilms.canalblog.com/archives/2012/10/09/25280268.html

The Mother of toads de Richard Stanley
Attendu par Hollywood suite au succès de son premier film Hardware, qui fut numéro un au box office en 1990 et devint le premier hit de Miramax, Richard Stanley enchaîna sur Le Souffle du démon (Dust devil), film mutilé devenu instantanément culte et dont le director’s cut n’est disponible que depuis quelques années. Stanley fut ensuite engagé pour mettre en scène le remake de L’Ile du Dr. Moreau, avec Marlon Brando et Val Kilmer, mais, entre les divers caprices de stars et la volonté de la production d’avoir à bord un réalisateur plus malléable, il fut remercié après quelques jours de tournage (6). Fabrice Lambot et Jean-Pierre Putters ont su le convaincre de démontrer qu’il a gardé tout son talent intact en réalisant le premier segment de Theatre bizarre, The Mother of toads, mettant en scène Catriona MacColl (L’Au-delà) et Victoria Maurette (Dying god) dans une monstrueuse histoire lovecraftienne. Richard nous commente ce grand retour : pouvoir travailler avec Catriona sur un lieu de tournage qui est censé être l’une des vraies Sept Portes de l’Enfer était une chance inespérée pour moi de revenir à la mise en scène, après trop d’années passées dans les limbes du film documentaire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stanley
(6) finalement réalisé par John Frankenheimer (1996).
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%8Ele_du_docteur_Moreau_%28film,_1996%29

I love you de Buddy Giovinazzo
Buddy Giovinazzo a fait fureur en 1986 avec son premier long métrage Combat shock, véritable cauchemar filmique sur la guerre du Vietnam, distribué par Troma Films aux USA et Haxan Video en France. Buddy G. a ensuite dirigé Tim Roth dans No way home et est revenu sur le devant de la scène l’an passé avec Life is hot in cracktown, adaptation réussie de son roman culte. Basé à Berlin, il a également tourné de nombreux téléfilms et séries pour la télévision allemande. Comme il le dit lui-même, I love you est une histoire d’amour tordue et poussée à son extrême, qui va trop loin et explose en une psychose sanglante. C’est un plaisir rare que de pouvoir tourner en aussi bonne compagnie, avec des réalisateurs que je respecte et admire, où nous pouvons faire ce que nous voulons, exprimer nos idées et visions sans aucun filtre ou censure .
http://www.imdb.fr/name/nm0320546/

Wet dreams de Tom Savini
Connu mondialement et vénéré comme l’un des plus grands spécialistes en effets spéciaux de maquillage – on lui doit notamment les effets gore de Zombie de George A. Romero, de Creepshow, de Carnages et de dizaines d’autres, Tom Savini revient pour The Theatre bizarre à la réalisation, poste qu’il avait occupé sur le remake de La Nuit des morts-vivants en 1990. On a pu également le voir tout récemment en comédien dans Machete de son ami Robert Rodriguez, pour lequel il avait déjà fait l’acteur dans Une Nuit en Enfer. Avec son segment ultragore Wet dreams, pour lequel Greg Nicotero est venu lui prêter main forte, Tom Savini ne décevra pas ses fans qui trouveront là leur compte de cruauté, d’hémoglobine…et de sexe ! D’autant plus que la belle Debbie Rochon (Gutterballs) y tient l’un des rôles principaux. Comme le déclare Tom Savini : je fais là un retour fracassant et sanglant sur la chaise de réalisateur, avec cette histoire choquante au-delà des limites. Je suis ravi de faire partie de ce projet haut-de-gamme qui va assurément assaillir les sens des fans de films d’horreur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Savini

The Accident de Douglas Buck
Réalisateur de l’anthologie Family portraits (qui inclut son premier court-métrage Cutting moments), auréolé de nombreux prix partout dans le monde, Douglas Buck reste l’un des grands espoirs du cinéma indépendant américain, où on le perçoit comme le nouveau David Cronenberg. Son travail sur la déconstruction de la famille américaine et sa vision auteurisante du cinéma de genre en font l’un des réalisateurs les plus brillants de la nouvelle génération. En 2006, il a réalisé pour le producteur Edward Pressman Sisters, remake du film de Brian de Palma (7), avec Lou Doillon, Chloe Sevigny et Stephen Rea. Il a effectué récemment le montage des longs métrages The Offspring et Territoires d’Oliver Abbou. Douglas Buck prépare actuellement le tournage de son prochain long-métrage, l’ambitieux film d’eco-horreur The Broken imago, produit par Metaluna Productions & Amérique Films. Pour Theatre bizarre, il nous entraîne dans une de ces histoires dérangeantes dont il a le secret, The Accident, tourné en novembre 2010 à Montréal.
http://www.imdb.fr/name/nm0118348/
(7) datant de 1973, Sisters est sorti en France en 1977 sous le titre Soeurs de sang suite au succès de Phantom of the paradise (sorti en France en 1975)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C5%93urs_de_sang

Vision stains de Karim Hussain
Karim, en compagnie de son partenaire Mitch Davis, a créé en 1997 le festival Fantasia de Montréal, qui est devenu le plus important festival de cinéma fantastique d’Amérique du Nord. Mais Karim Hussain est surtout connu pour être l’un des réalisateurs canadiens les plus originaux et transgressifs, comme il a pu le montrer sur ses 3 longs métrages, Subconscious cruaulty (2000), Ascension (2003) et La Belle bête (2007). Il a également co-écrit, avec Richard Stanley, le scénario du film d’horreur espagnol Abandonné, de Nacho Cerda. Karim est également l’un des chefs opérateurs les plus en vue actuellement, ayant signé la photo des longs métrages Territoires d’Olivier Abbou et Hobbo with a shotgun de Jason Eisener tout récemment, ainsi que celle du court-métrage Dolorosa produit par Metaluna Productions. Le segment de Karim, pernicieux et malsain, a été tourné en décembre 2010 à Montreal. Comme le dit Karim, The Theatre bizarre est pour moi une chance de travailler avec des amis, dans un contexte de liberté créative totale, où les seules contraintes sont nos budgets et notre imagination. Comme réalisateur sur Vision stains et aussi comme chef opérateur sur Mother of toads et The Accident, l’idée est de repousser les limites, en matière d’images, de concepts et d’attentes… Pour surprendre et choquer !
http://www.imdb.fr/name/nm0403963/

Sweets de David Gregory
Bien établi dans la communauté du cinéma horrifique grâce à ses documentaires Texas chainsaw massacre - The Shocking truth, The Godfathers of mondo, Ban the sadist videos et The Spaghetti west, David Gregory est passé à la mise en scène avec le controversé Plague town, réalisé en 2009, qui a été diffusé dans de nombreux festivals de par le monde et a été très bien accueilli par les revues spécialisées. Il était également l’un des producteurs de The Manson family de Jim Van Bebber, qui fit scandale à sa sortie. Fondateur du label Severin Films, avec lequel il a notamment sorti les dvds de Hardware et Inglorious basterds (l’original), David Gregory est l’initiateur de The Theatre bizarre. Pour David, Sweets est un conte gastronomique horrifique, dans lequel les efforts d’un couple pour combattre leurs addictions à toutes sortes de fétichismes autour de la nourriture vont se retourner contre eux en un cauchemar obsessionnel. J’adore les films à sketches et je suis ravi que des réalisateurs renégats puissent avoir la chance de donner libre cours, sans limites, à leurs fantasmes filmiques .
http://www.commeaucinema.com/personne/david-gregory,184759

Theatre guignol de Jeremy Kasten
Réalisateur de Wizard of gore, le remake aussi sanglant et déjanté que l’original d’H.G. Lewis, Jeremy à tourné The Dead ones, et est aussi l’un des grands ordonnateurs de spook shows et autres spectacles de magie underground de Los Angeles. Quoi de plus normal donc que de lui confier la mise en scène du fil rouge de The Theatre bizarre, qui prend place bien entendu dans un théâtre du Grand Guignol pour le moins étrange, et qui nous accompagne donc tout au long des six segments du film.
http://www.cinemotions.com/Jeremy-Kasten-nm340058
http://www.imdb.fr/name/nm0440948/

Udo Kier
Né Udo Kierspe le 14 octobre 1944 à Cologne.
Commença sa carrière en tant que protégé de Rainer Werner Fassbinder...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Udo_Kier

Virginia Newcomb
http://www.imdb.com/name/nm1233662/

Catriona MacColl
Née le 3 octobre 1954 à Londres.
A joué au théâtre, au cinéma et la télévision dans différents pays d’Europe...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catriona_MacColl

Victoria Maurette
http://www.imdb.fr/name/nm1228240/

André Hennicke
Né le 21 septembre 1959 à Johanngeorgenstadt (Saxe).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Hennicke

Suzan Anbeh
http://www.imdb.fr/name/nm0025774/

Debbie Rochon
Née le 3 novembre 1968 à Vancouver.
Spécialisée dans le cinéma fantastique et la série B...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Debbie_Rochon

extrait(s) de presse

Ecran large - Si la menace de l'inégalité plane sur "Theatre bizarre", la générosité et la sincérité de l'entreprise finissent d'emporter la sympathie et l'adhésion...
Excessif - "The Theatre bizarre" doit avant tout être vu comme un hommage aux marchands d'illusion rendu extrêmement sympathique par l'amour du métier et la franchise...
Le Monde - "The Theatre bizarre" : un Grand guignol numérique...
Libération - Un film, une idée, un style singulier et une émotion forte...
Critikat - "The Theatre bizarre" ravive la tradition de l’anthologie horrifique...
Première - "The Theatre bizarre" : le film devant lequel tout le monde s'évanouit...
Sinistre mag - "The Theatre bizarre" est une anthologie que tous fans de cinéma d’horreur se doit de voir.
Horreur - "The Theatre bizarre" mérite d’être vu à de multiples reprises...