Antiviral - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Antiviral

Antiviral

Usa, Canada - 2012 - 1h50
Un certain regard Cannes 2012 Etrange festival 2012
film - version originale sous-titrée en français
de

Brandon Cronenberg

scénario : Brandon Cronenberg
direction de la photographie : Karim Hussain
musique ou chansons : E.C. Woodley
avec : Sarah Gadon (Hannah Geist), Malcolm McDowell (Dr. Abendroth), Douglas Smith (Edward Porris), Caleb Landry Jones (Syd March), Joe Pingue (Arvid), Nicholas Campbell (Dorian), James Cade (Levine), Lara Jean Chorostecki (Michelle)
séances : semaine du mercredi 21 novembre 2012
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
23:00*
séance spéciale :
* sam 24 nov 23:00 avant première dans le cadre de la Nuit fantastique organisée en partenariat avec Hidden circle et Ufo distribution tarif préférentiel 5 films = 12,50 €

synopsis

Dans la société de l'avenir, la drogue populaire est de s'injecter des maladies ayant appartenu à des célébrités. Le marché est lucratif et la demande est forte. C'est ce que fait Syd March pour gagner sa vie. En dehors de ses heures de travail, il s'adonne au trafic de virus et n'hésite pas non plus à tester la marchandise, étant junkie à ses heures. Mais lorsqu'une vedette meurt d'une façon mystérieuse, l'existence de Syd est menacée...

notes de production

On l’attendait au tournant le premier film de Brandon Cronenberg, fils de vous savez qui, venu présenter sur la Croisette son premier film, dans la section Un Certain Regard, quelques jours avant que son paternel nous livre l’adaptation très attendue de Cosmopolis. Un évènement inédit à Cannes, attendu des festivaliers, qui se sont logiquement rués à la projection du 19 mai. Une convergence d’intérêts et de curiosités qui joue le plus souvent contre les artistes, attendus au tournant, et jamais épargnés par un public réputé pour être un des plus imprévisible et difficile qui soit. Antiviral semble donc voué aux gémonies, en dépit d’indiscutables qualités, et d’une proposition de cinéma en forme d’alléchante promesse.

Thierry Frémaux l’avait lui-même annoncé le 19 avril, la mise en scène de Brandon devait nous évoquer clairement celle de son torturé papounet. Las, nous voyons là un raccourci que beaucoup brandiront pour délivrer une critique facile, et factuellement fausse. Seuls trois plans, répartis dans autant de séquences évoquent directement l’œuvre de Cronenebrg l’Aîné, sur le mode de l’hommage pur et simple. Une volonté de liquider l’héritage familial, qui déborde de malice et touche toujours juste, même si elle ne manquera pas d’être utilisée en dépit du bon sens par les détracteurs du long-métrage. Ce dernier arpente des territoires contigus aux terrains de jeu paternels (contamination, transformations physiques, entropie...), mais trace un sillon propre, autonome.

On a souvent disserté sur la fascination de David Cronenberg pour la chair et ses altérations, soit la figure centrale de son cinéma. Or Brandon Cronenberg s’avère contre toute attente un cinéaste que la chair repousse, un parti pris qui amène Antiviral dans des sphères inattendues. Caleb Landry Jones y interprète Syd March, un Vrp laborantin-commercial qui a définitivement intégré la logique de l’ultralibéralisme, et considère ses semblables comme autant de pétris auxquels il doit inoculer ou prélever des pathologies-produits. En allant jusqu’à utiliser son corps comme incubateur, il deviendra à son tour un objet consommable particulièrement convoité, et découvrira toute l’horreur de sa nouvelle condition. Ici, nulle fascination pour les tourments de la chair, juste un calcul froid, qui virera progressivement à l’horreur viscérale. Chez Brandon Cronenberg, le cannibalisme n’est plus une transgression régénératrice, mais une communion sécularisée, tandis que la plèbe engloutit des steaks à base de muscles de star reconstitués, filandreux et grisâtres. L’utopie carnassière de la nouvelle chair a été balayée par une chair terminale, horizon gris et indépassable d’un monde arrivé à la faim de l’histoire.

C’est ici qu’apparaît le seul parallèle tout à fait pertinent entre père et fils, tant Antiviral évoque et pousse plus avant la réflexion entamée dans deux œuvres de jeunesse de Cronenberg père : Stereo et Crime of the future. Les corps y déambulent dans d’anxiogènes espaces stérilisés, où flottent les personnages comme autant de globules mus par les à-coups d’un moteur invisible. D’où le sentiment que chaque caractère est réduit à une pure fonction, un concept ; ce qui était un défaut d’écriture chez David prend tout son sens dans l’univers dépeint par Brandon (au risque de provoquer la même exclusion du spectateur), où l’humain a disparu, phagocyté par ses propres pulsions.

On le voit, les circonstances de sa découverte et le contenu du film interdisent de l’envisager autrement que par le prisme de l’œuvre qui l’a précédé, pour autant, il s’en différencie notablement, et mérite que l’on se penche avec sérieux sur son cas déviant. Ses défauts sont ceux d’un premier film, qui hésite, expérimente et se cherche. Une poignée de séquences s’avèrent dispensables, trop longues, inabouties, quelques personnages auraient gagné à bénéficier d’une meilleure caractérisation. Autant de griefs mineurs pour qui ne craint pas de se plonger dans une ascèse anthracite déployée sans filet. Enfin, combien de metteurs en scène sont capables de proposer une réflexion sur les dérives de notre société aussi perturbante et visuellement maîtrisée ? Suffisamment peu pour ne pas bouder le plaisir vénéneux d’un Cronenberg 2.
Ecran large

Brandon Cronenberg
Né en 1985.
Débute sa carrière cinéma en travaillant sur les effets spéciaux du film de son père EXistenZ (1999)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brandon_Cronenberg

Karim Hussain
http://www.imdb.fr/name/nm0403963/

Sarah Gadon
http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/cannes2012/articles/deux-ou-trois-choses-a-savoir-sur-sarah-gadon/14427

Malcolm McDowell
Né Malcolm John Taylor le 13 juin 1943 à Leeds.
Le rôle emblématique de sa carrière demeure celui d’Alex DeLarge dans Orange mécanique de Stanley Kubrick...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Malcolm_McDowell

Douglas Smith
Né le 22 juin 1985 à Toronto.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Douglas_Smith_(acteur)

Caleb Landry Jones
Né le 7 décembre 1989 à Garland (Usa).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Caleb_Landry_Jones

Joe Pingue
http://www.commeaucinema.com/personne/joe-pingue,117266

Nicholas Campbell
http://www.imdb.fr/name/nm0132757/

Lara Jean Chorostecki
http://www.imdb.fr/name/nm1892299/

extrait(s) de presse

Cinoche - C'est une ébauche, un véritable premier film...
Filmosphère - "Antiviral" nous place précisément face à nos pires faiblesses et filme notre monde tel qu’il l’est déjà, déshumanisé, vampirique et anthropophage...
Film de culte - Au final, un premier essai prometteur.
Films horreur - Avec ce premier long-métrage, Brandon rend tout de même hommage aux premiers pas de son papa...
Oblikon - Brandon Cronenberg s’en sort avec les honneurs...
Vodkaster - Les obsessions de papa sont bel et bien présentes : la chair, la contagion, la conspiration...
Cinéma teaser - "Antiviral" affirme sa propre identité : là où les films de papa vomissaient la chair en la transformant, fiston s’en délecte en l’ingérant...
Clap mag - "Antiviral" ressemble à un film de fantômes: tous les lieux sont d’une blancheur sépulcrale...