Gremlins - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Gremlins

Gremlins

Usa - 1984 - 1h45
film - version originale sous-titrée en français
de

Joe Dante

scénario : Chris Columbus
direction de la photographie : John Hora
musique ou chansons : Jerry Goldsmith
avec : Zach Galligan (Billy Peltzer), Phoebe Cates (Kate), Hoyt Axton (Rand Peltzer), Polly Holliday (Ruby Deagle), Glynn Turman (Roy Hanson), Dick Miller (Murray Futterman), Corey Feldman (Pete F.), et ... Steven Spielberg
séances : semaine du mercredi 10 octobre 2012
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
18:30*
séance spéciale :
* mardi fantastique : Joe Dante inferno tarif préférentiel 2 films = 7€ (avec "The Hole" à 21:00) soirée organisée en partenariat avec Hidden circle

synopsis

Randall Rand Peltzer est un inventeur farfelu aux créations des plus douteuses. De la ville fictive de Kingston Falls, il se rend dans le quartier de Chinatown à New York, pour tenter de vendre ses inventions et dénicher un cadeau de Noël original pour son fils Billy. Un jeune garçon chinois l'emmène au magasin de son grand-père, M. Wing. Rand, faute d'arriver à placer une de ses inventions comme "la salle de bain de poche" ou "le cendrier sans fumée", se prend d'intérêt pour une petite créature à fourrure, un Mogwaï (qui en chinois se traduit littéralement par "esprit malin"). Mais Mr. Wing refuse catégoriquement de vendre le Mogwaï. Finalement, le jeune Chinois se laisse convaincre par Rand, et il accepte de lui vendre le Mogwaï à l'insu de son grand-père. Mais il insiste sur certaines précautions à respecter impérativement : ne pas exposer l'animal à la lumière (et plus spécialement à celle du soleil qui le tuerait), ne pas le mouiller, et ne jamais lui donner à manger après minuit ; sinon...

Gremlins - Blanche-Neige par evalilou

notes de production

La notion de gremlins s’est développée pendant la seconde guerre mondiale. Murray Futterman l’aborde d’ailleurs dans le film. En 1943, Roald Dahl publie The Gremlins, roman mettant en scène des créatures espiègles. Les Gremlins apparaîtront également dans certains cartoons de la Warner.

Gremlins est le dernier franc succès de Joe Dante, qui faisait alors partie (comme Robert Zemeckis) des metteurs en scènes qui travaillaient sous la production de Steven Spielberg. Le film contient d’ailleurs de nombreux clins d’œil à Spielberg : le meneur des gremlins pousse une peluche d’E.T. l’extra-terrestre dans un rayonnage de grand magasin pour observer Billy ou l’apparition du metteur en scène lui-même conduisant une petite voiture au salon des inventeurs. De plus, lorsque Billy appelle sa mère pour lui dire de partir de la maison car les gremlins ont éclos, l’un d’entre eux coupe la communication en disant téléphone maison.

Bien avant l’apparition et l’utilisation du numérique, le film représente à l’époque un véritable tour de force au niveau des effets spéciaux, notamment grâce à l’utilisation de l’animatronique (1).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Animatronique

Joe Dante, trublion d’Hollywood, a visiblement pris beaucoup de plaisir à organiser la mise à sac de la petite ville. Les autorités en prennent pour leur grade puisque la police se refuse à intervenir et ne pense qu’à fuir lorsque les gremlins s’emparent de la ville.

Le message de la fin, qui avait été assez mal perçu par les critiques de l’époque, comme quoi l’humanité n’est pas prête pour les mogwaïs, et qu’elle les traite comme elle a traité les autres bienfaits de la nature, semble être aujourd’hui plus pertinent où la dégradation de l’environnement par l’activité humaine entraîne de véritables bouleversements climatiques.

Il va réaliser pour Dreamworks en 1998 Small soldiers, à l’origine destiné à la promotion de jouets. Mais son intéressante vision du film, pas assez promotionnelle des marionnettes justement, et pas assez blockbuster, fait qu’il entre en conflit avec Dreamworks, et que de plus le film sera un nouvel échec public. Il lui faudra attendre cinq ans avant de pouvoir tourner à nouveau pour le cinéma (Les Looney tunes passent à l’action - 2003).

Durant la production, le script du film est passé par plusieurs changements. La version originale était plus sombre, incluant des scènes plus macabres, dont la mort de la mère de Billy par décapitation, son chien dévoré par les gremlins et ces derniers attaquant un McDonald’s pour manger les consommateurs au lieu de burgers. La production a finalement supprimé ces scènes, estimant que ça rendait le film trop sombre et préférant s’axer sur l’humour noir que le gore. De même, le chef des gremlins, La Raie, n’était initialement pas présent dans le script : Gizmo lui-même se transformait pour devenir le gremlins à la mèche blanche. Spielberg modifia le scénario sur ce point, estimant que Gizmo était suffisamment mignon pour attirer la sympathie des spectateurs et qu’ils préfèreraient qu’il reste le long du film.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gremlins

Robby le Robot, l’androïde vedette du classique Planète interdite (1957), fera deux apparitions pour le cinéaste Joe Dante, dans Gremlins (1984), puis dans Les Looney tunes passent à l’action, lors de la séquence de la Zone 52.
Le robot vedette et le vaisseau spatial furent également présents dans plusieurs épisodes de La Quatrième dimension.

Joe Dante
Né le 28 novembre 1946 à Middletown (New Jersey).
Appartient à la génération des réalisateurs américains formés à la New World Pictures (studio créé par Roger Corman en 1970)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Dante

Chris Columbus
Né le 10 septembre 1958 à Spangler (Pennsylvanie).
Sous la tutelle de Steven Spielberg, trois scénarios originaux, Gremlins, Les Goonies et Le Secret de la pyramide l’imposent rapidement parmi les jeunes talents les plus en vue de sa génération...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Columbus

John C. Hora
Né le 16 février 1940 à Pasadena.
http://en.wikipedia.org/wiki/John_Hora
http://www.imdb.com/name/nm0394494/

Jerry Goldsmith
Né Jerrald K. Goldsmith le 10 février 1929 à Los Angeles, décédé le 21 juillet 2004 à Beverly Hills.
Son invention orchestrale et l’intensité, la violence de sa musique ont naturellement fait de lui le grand illustrateur musical de l’action, du fantastique et de la science-fiction...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jerry_Goldsmith

Zach Galligan
Né le 14 février 1964 à New York.
N’a tourné dans aucun film notable ; il est surtout au générique de séries Tv...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zach_Galligan

Phoebe Cates
Née Phoebe Belle Katz le 16 juillet 1963 à New York.
Devient célèbre en 1982 pour son rôle dans Ça chauffe au lycée Ridgemont (Fast times at Ridgemont high) dans lequel on la voit enlever le haut de son bikini...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Phoebe_Cates

Hoyt Axton
Né le 25 mars 1938 à Duncan (Oklahoma), décédé le 26 octobre 1999 à Helena (Montana).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hoyt_Axton

Polly Holliday
Née le 2 juillet 1937 à Jasper (Alabama).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Polly_Holliday

Glynn Turman
Né le 31 janvier 1946 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Glynn_Turman

Dick Miller
Né le 25 décembre 1928 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dick_Miller

Corey Feldman
Né le 16 juillet 1971 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Corey_Feldman

Steven Spielberg
Né le 18 décembre 1946 à Cincinnati.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Steven_Spielberg

extrait(s) de presse

Strange movies - "Gremlins" reste un des chefs d’œuvre du fantastique que toutes les générations découvrent ou revoient avec plaisir...
Horreur - Un conte de Noël qui n'est pas réservé qu'aux enfants! Un film très ancré dans les années 80 qui demeure toujours un classique...
àVoir-àLire - Un savoureux mélange d’horreur et d’humour burlesque...
Le Jour du saigneur - Le film de Joe Dante possède au fond le charme et l’universalité de ces histoires que les enfants se racontent pour se faire peur dans le noir avant de s’endormir…
Avenue de l'horreur - Culte, à voir et à revoir !
Wordpresse - Joe Dante persiste à faire un cinéma référentiel presque trop culturel pour le public du samedi soir, trop personnel pour les studios, et pas assez sérieux pour la critique...
Film de culte - Un chef-d'oeuvre de création et d'authenticité filmique...
Sens critique - Je crois déceler dans ce film, outre son aspect divertissant, un genre de parabole qui nous enjoindrait à nous méfier des enfants, enfin, du laxisme de l'éducation des enfants...