The Deep blue sea - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > The Deep blue sea

The Deep blue sea

Gb, Usa - 2012 - 1h38
film - version originale sous-titrée en français
de

Terence Davies

scénario : Terence Davies
d'après l'oeuvre de : Terence Rattigan
direction de la photographie : Florian Hoffmeister
musique ou chansons : Samuel Barber
avec : Rachel Weisz (Hester Collyer), Tom Hiddleston (Freddie Page), Simon Russell Beale (Sir William Collyer), Ann Mitchell (Mme Elton), Jolyon Coy (Philip Welch), Karl Johnson (M. Miller), Harry Hadden-Paton (Jackie Jackson), Sarah Kants (Liz Jackson), Barbara Jefford (mère de Collyer), Oliver Ford Davies (père de Hester)
séances : semaine du mercredi 26 septembre 2012
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 1er mardi 2
17:45
17:45
17:45
17:45
16:30
17:45
17:45

synopsis

Hester Collyer, épouse de Sir William Collyer, haut magistrat britannique, mène une vie privilégiée dans le Londres des années 1950. A la grande surprise de son entourage, elle quitte son mari pour Freddie Page, ancien pilote de la Royal Air Force, dont elle s'est éperdument éprise. Sir William refusant de divorcer, Hester doit choisir entre le confort de son mariage et la passion...

notes de production

The Deep blue sea est l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme du célèbre auteur britannique Sir Terence Rattigan, jouée pour la première fois en 1952. Elle avait déjà été adaptée au cinéma en 1955 par Anatole Litvak (1) avec Vivien Leigh et Kenneth More dans les rôles principaux.
(1) Sorti en France en 1955 sous le titre L’Autre homme.

Ce n’est pas Terence Davies qui est à l’origine du projet d’adaptation de la pièce de théâtre The Deep blue sea en film. L’idée vient de la Fondation Rattigan qui, à l’occasion du centenaire de la naissance du dramaturge, a contacté le producteur Sean O’Connor. Ce dernier a, à son tour, pensé à quelqu’un en particulier pour mettre en images cette histoire : Terence Davies. En effet, O’Connor a tout de suite dressé un parallèle dans la façon que Davies et Rattigan ont eu d’aborder, dans leurs œuvres, la position de la femme dans la société britannique d’après-guerre.

Le tournage de The Deep blue sea s’est déroulé à la fin de l’année 2010 et le film est sorti au Royaume-Uni en 2011, dans le but de coïncider avec le centenaire de la naissance de Terence Rattigan, l’auteur de la pièce de théâtre à l’origine du film.

Comme en témoignent les différentes époques traitées dans chacun de ses films, tout porte à croire que le réalisateur Terence Davies est un grand nostalgique : Distant voices (1988), The Long day closes (1992), Of time and the city (2008) et The Deep blue sea se déroulent dans les années 50, La Bible de néon (2000) dans les années 40, tandis que Chez les heureux du monde évoque l’année 1905.

The Deep blue sea se centre sur un triangle amoureux, dans les années 50, entre une femme, son riche mari, et son amant, cela étant : le scénario de The Deep blue sea, au-delà du triangle amoureux ; raconte une nation qui émerge des décombres de la guerre et qui cherche à s’en sortir. La guerre a façonné tous les personnages et aucun n’en est sorti totalement indemne, déclare le producteur Sean O’Connor.

The Deep blue sea se déroule dans le Londres des années 50, au sein duquel le réalisateur Terence Davies a grandi : nous étions en faillite après la guerre et tout était morne. On ne voyait de couleurs primaires que dans les comédies musicales d’Hollywood et grâce au rouge à lèvres que portaient les femmes. Si une femme portait une robe avec de la couleur, elle ressemblait à une star de cinéma américaine, se souvient-il. Il a donc fallu recréer ce monde, chose peu évidente puisque Londres a beaucoup évolué depuis. C’est notamment le cas de Ladbroke Grove, la zone du quartier de Kensington dans laquelle se déroule la pièce de Terence Rattigan, autrefois délabrée mais aujourd’hui très prisée dans la capitale. Finalement, c’est une maison du quartier d’Islington qui a accueilli une partie du tournage, cette habitation étant restée la même depuis les années d’après-guerre.

Après de nombreuses apparitions dans des téléfilms et des séries télévisées, l’anglais Tom Hiddleston s’est fait connaitre en interprétant le vicieux Loki, frère de Thor dans le film du même nom (2011) réalisé par Kenneth Branagh, qu’il avait côtoyé dans la série Les Enquêtes de l’inspecteur Wallander. Il a aussi tenu le rôle de F. Scott Fitzgerald dans Minuit à Paris de Woody Allen et celui d’un capitaine dans Cheval de guerre (2012) de Steven Spielberg, avant de retrouver son personnage de Loki pour Avengers. The Deep blue sea lui permet d’être, pour la première fois, en tête d’affiche d’un film.

Le réalisateur Terence Davies, qui voulait absolument faire appel aux services de Rachel Weisz (après être tombé sous son charme dans Au cœur de la tourmente), n’avait jamais entendu parler d’elle avant de contacter son agent. Lors d’un entretien téléphonique, le cinéaste demanda à ce dernier s’il connaissait bien sa protégée, et il répondit simplement qu’elle avait gagné l’Oscar du Meilleur second rôle féminin en 2006 pour The Constant Gardener  !

La comédienne principale, Rachel Weisz, parle du film et de son personnage : c’est l’histoire existentielle d’une femme qui tente de définir sa propre vie contre les diktats de son père, un pasteur à cheval sur la morale, et contre ceux de son mari, un magistrat à cheval sur les convenances. Elle commet un acte terriblement immoral, et même s’il ne nous choque pas aujourd’hui, cet acte est radical car il s’agit d’une femme qui tente de forger sa vie par ses propres moyens.

Tom Hiddleston revient sur son rôle de Freddie : l’Angleterre d’après-guerre est difficile pour Freddie, il vit le moment présent, c’est un esprit libre qui ne censure pas ses émotions. La tentative de suicide d’Hester le prend au dépourvu et l’oblige à contempler la mort d’un autre œil. Le fait qu’elle accorde si peu de valeur à la vie le rend fou de rage, car la plupart de ses amis sont morts à la guerre. On prend alors conscience de sa vulnérabilité. Il ne saurait supporter d’avoir la mort d’Hester sur la conscience, mais il est incapable d’envisager une relation suivie, explique le comédien.

L’ombre centenaire de Terence Rattigan
Il écrivait sur des profs douloureux (La Version de Browning) et des solitaires aux secrets trop lourds (Tables séparées). On tirait des films de ses pièces fines et délicates : le plus célèbre (et le plus raté) fut Le Prince et la danseuse, réalisé par Laurence Olivier, peu inspiré face à une rayonnante Marilyn... Au début des années 1960, les jeunes gens en colère (John Osborne, Joe Orton) précipitent Terence Rattigan (1911-1977) dans un purgatoire dont il émerge à peine. Ce n’est qu’en 2005 que Didier Bezace remonte au théâtre avec succès La Version de Browning. Et Terence Davies vient d’adapter à l’écran The Deep blue sea, écrit en 1952, à la suite du suicide d’un ex-amant du dramaturge, quitté par son nouveau petit ami...
Pierre Murat - Télérama

Terence Davies
Né à Liverpool le 10 novembre 1945.
Compose ses films comme des symphonies avec des structures symétriques...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Terence_Davies

Terence Rattigan
Né Terence Mervyn Rattigan à Londres le 10 juin 911, décédé à Hamilton (Bermudes) le 30 novembre 1977.
La plupart de ses pièces ont pour cadre social la haute bourgeoisie...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Terence_Rattigan

Florian Hoffmeister
Né en 1970 à Brunswick (Allemagne).
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-81162/filmographie/

Samuel Barber
Né le 9 mars 1910 à West Chester (Usa), décédé le 23 janvier 1981 à New york.
La popularité de son Adagio a quelque peu occulté le reste de son œuvre...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Barber

Rachel Weisz
Née le 7 mars 1970 à Londres.
Décroche ses premiers rôles dans des téléfilms et séries, dont Inspecteur Morse...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_Weisz

Tom Hiddleston
Né le 9 février 1981 à Westminster.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Hiddleston

Simon Russell Beale
Né le 12 janvier 1961 à Penang (Malaisie).
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=97483.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Simon_Russell_Beale

Harry Hadden-Paton
http://www.imdb.fr/name/nm2227000/

Barbara Jefford
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-687/filmographie/

Oliver Ford Davies
Né le 12 août 1939 à Londres.
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=60217.html
http://www.imdb.fr/name/nm0203882/

extrait(s) de presse

Le Monde - On peut discerner dans The Deep Blue Sea, non seulement le portrait d'une société à bout de souffle, mais aussi les premiers signes d'un retour à la vie.
Le Point - À ne manquer sous aucun prétexte.
Positif - Il est des histoires d'amour qui sont autant de leur époque que de l'éternité. Celle que raconte "The Deep blue sea", dernier chef-d'oeuvre de Terence Davis, en fait partie...
Télérama - La beauté, chez Terence Davies, tient au mouvement permanent : les personnages semblent constamment muer sous nos yeux...
Critikat - "The Deep blue sea" est un film déroutant : son atmosphère feutrée et oppressante marque les esprits longtemps après la fin de la projection...
Ecran large - "The Deep blue sea", c’est d’abord un film sur une époque...
Les Inrocks - Heureusement, il reste quelques gardiens inspirés du temple du mélo hollywoodien. Comme Todd Haynes aux Etats-Unis, Wong Kar-wai en Chine ou Terence Davies en Grande-Bretagne...
L'Humanité - Le romantisme est une victime de guerre...