Amer béton - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Amer béton

Amer béton

ciné môme
Tekkon kinkreet
Japon - 2006 - 1h51
accessible aux enfants à partir de 8 ans
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Michael Arias, Hiroaki Ando

scénario : Anthony Weintraub
d'après l'oeuvre de : Taiyo Matsumoto
musique ou chansons : Plaid
voix : Kazunari Ninomiya (Kuro), Yû Aoi (Shiro), Yusuke Iseya (Kimura), Kankurô Kudô (Sawada), Min Tanaka (Nezumi), Rokuro Naya (Jiccha), Tomomichi Nishimura (Fujimura), Mugihito (Yakua)
séances : semaine du mercredi 19 septembre 2012
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
14:45
14:45
14:45

synopsis

Blanc et Noir, deux orphelins, sèment la terreur dans les rues de Takara, la ville "trésor". Rackettant bandits, yakuzas et fanatiques religieux, les deux gamins, surnommés “les chats” pour leur agilité, sont pourtant très différents. Alors que Noir apparaît dur et enragé, Blanc est innocent et lunaire. Tout bascule le jour où un puissant yakuza décide de les éliminer afin de refaçonner la ville à son image. Mais le pire danger pour les deux frères pourrait venir de leurs démons intérieurs qui menacent de broyer leurs âmes...

notes de production

Amer béton est l’adaptation du manga Tekkon kinkreet de Taiyo Matsumoto, édité en France à partir de 1996.

Le réalisateur Michael Arias s’est d’abord fait un nom dans le monde des effets visuels grâce à son travail pour James Cameron dans Abyss. Expatrié au Japon, il intègre le Studio Ghibli où il participe à la production de Princesse Mononoké. Il utilise alors le procédé Toon shaders qu’il a lui-même créé. C’est également au Japon qu’il découvre le manga Amer béton, une oeuvre qu’il va s’efforcer d’adapter pendant plusieurs années. Entre temps, il participe à la série des Animatrix qui lui permet de se faire un nom dans l’animation et de récolter des fonds pour s’atteler à la réalisation de son premier long-métrage Amer béton.
C’est la première fois qu’un Américain réalise un long-métrage d’animation au Japon.

Le réalisateur Michael Arias évoque sa réaction lorsqu’il a découvert le manga Amer béton dans les années 90 : un de mes amis et moi observions longuement les immenses chantiers de démolition situés de l’autre côté de la rue. Il possédait une importante collection de mangas et j’ai fini par lui demander de m’en recommander quelques-uns. Il m’en a aussitôt tendu un. En découvrant la première image, qui montre les deux garçons en train de contempler la ville, juchés sur un poteau téléphonique, j’ai eu comme un choc : c’était nous ! Vers la fin du manga, lorsque c’est au tour des yakuzas de se retrouver au sommet d’un immeuble à discuter des changements inéluctables que subit la ville, j’ai de nouveau ressenti cette impression. L’ambiance qui régnait à l’époque à Tokyo était très étrange. Les attaques au gaz empoisonné avaient eu lieu dans un voisinage proche et nous voyions trois hélicoptères patrouiller en permanence au-dessus de nous. C’était aussi l’époque du tremblement de terre de Kobé. Tout cela mis bout à bout, j’avais le sentiment que le sol était en train de disparaître devant nous. J’aime la façon dont l’histoire d’Amer béton questionne notre vision de l’avenir, nos convictions et ce qui compte réellement à nos yeux. Ces thématiques m’ont semblé très ancrées dans la réalité.

Un premier court-métrage inspiré du manga Amer béton avait été réalisé en 1999 par Koji Morimoto sous l’impulsion de Michael Arias. Primé dans plusieurs festivals, ce pilote n’avait alors pas donné de suite. C’est après avoir produit la série des Animatrix que Michael Arias a pu réunir suffisamment de talents et de fonds pour aller au terme du projet.

Si l’idée de réaliser un film à partir du manga Amer béton a germé très tôt dans l’esprit de Michael Arias, la production du long-métrage a duré en tout près de 40 mois. Le tournage du film a débuté en décembre 2004, une fois les story-boards achevés.

J’ai toujours pensé que les Français, les Anglais et peut-être les Américains aimeraient le film, ne serait-ce que parce que son message est très universel explique le réalisateur. Mais je ne me doutais pas qu’au Japon, il plairait autant aux femmes, tout particulièrement dans la tranche des 25-35 ans. Etant donné la violence de certaines scènes, je m’attendais à ce qu’il touche un public plus adolescent. En même temps, la violence y est suffisamment réaliste pour ne jamais paraître stylisée. C’est une violence qui fait mal. Nous avons beaucoup médité cet aspect durant la production car nous ne voulions pas d’une violence cool.

La musique d’Amer béton a été composée par le groupe de musique électronique Plaid. Formé par Andy Turner et Ed Handley, le duo s’est fait connaître dans les années 90 et au début des années 2000 grâce à leur collaboration avec les chanteuses Mara Carlyle, Nicolette et Björk. Ils ont passé un an à composer la musique du film depuis leur studio de Londres.

Michael Arias a commencé à travailler sur le film alors qu’il n’était que célibataire. C’est au cours de la production qu’il s’est marié et a eu un premier enfant : un changement dans sa vie personnelle qui a changé sa propre vision des personnages de Blanc et Noir.

Pour réaliser Amer béton, Michael Arias s’est inspiré de La Cité de Dieu de Fernando Meirelles. Il a encouragé toute son équipe à le visionner afin qu’elle se familiarise avec la technique de tournage en caméra portée.

Dans la scène où Nezumi (Le Rat) quitte son repaire pour rejoindre Kimura, on peut voir que ses hommes de main regardent la télévision. Or le programme diffusé est un extrait du film Mind game, produit lui aussi par le studio d’animation 4°C.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amer_B%C3%A9ton
http://fr.wikipedia.org/wiki/Studio_4%C2%B0C

Amer béton a été projeté au Festival du Film Asiatique de Deauville (section panorama) en 2007. Il a également été présenté dans le cadre de la Berlinale en février de la même année.

Entretiens avec Michael Arias
Est-ce que l’adaptation a été difficile ?
Très. Mais c’était très excitant et très agréable en même temps. Faire un film est ce qu’il y a de plus extraordinaire au monde, c’est pourquoi la souffrance devient supportable. Quand vous avez la chance de faire ce que vous aimez, cela en vaut vraiment la peine...
http://www.cinemovies.fr/fiche_info-14837-prod.html
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/dossier/298/

Michael Arias
Né en 1967.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Arias
http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Arias
http://www.commeaucinema.com/personne/michael-arias,77810

Anthony Weintraub
http://www.commeaucinema.com/personne/anthony-weintraub,77820

Taiyo Matsumoto
Né le 25 octobre 1967 à Tokyo.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taiy%C5%8D_Matsumoto
http://www.babelio.com/auteur/Taiyou-Matsumoto/6476

Plaid
Groupe de musique électronique britannique...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Plaid_%28groupe%29

Kazunari Ninomiya
Né à Tōkyō le 17 juin 1983.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kazunari_Ninomiya

Yû Aoi
Née le 17 aout 1985 à Kasuga (Japon).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Y%C5%AB_Aoi

Yusuke Iseya
Né le 29 mai 1976 à Tokyo.
http://en.wikipedia.org/wiki/Y%C5%ABsuke_Iseya

Kankurô Kudô
Né le 19 Juillet 1970.
http://en.wikipedia.org/wiki/Kankur%C5%8D_Kud%C5%8D

Min Tanaka
Né Tanaka Shōji à Tōkyō le 10 mars 1945.
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=52542.html

extrait(s) de presse

Le Monde - "Amer béton" arbore son extrême modernité avec panache...
Télérama - Mariage réussi des animations japonaises et occidentales, le film panache aussi les genres...
Anime-kun - Une réalisation exemplaire et un design très inventif couronnent le tout et font de ce film une petite perle...
Tf1 news - Une vraie fraîcheur se dégage de ce film mélancolique aux images splendides...
Critikat - Splendide, doté d’une mise en scène magnifique et novatrice, audacieux...
Les Inrocks - Un film atypique dans le paysage de l’animation japonaise...
Il était une fois le cinéma - Porteur d’humanisme, ce manga surprend et innove. A ne pas manquer.