Room 237 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Room 237

Room 237

Usa - 2012 - 1h42
Quinzaine des Réalisateurs Cannes 2012 Deauville 2012 Gérardmer 2013
documentaire - version originale sous-titrée en français
de

Rodney Ascher

direction de la photographie : Rodney Ascher
musique ou chansons : Jonathan Snipes, The Caretaker
avec : Buffy Visick
séances : semaine du mercredi 12 septembre 2012
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
16:30*
séance spéciale :
* Avant première Séance organisée en partenariat avec le Gncr (Groupement national des cinémas de recherche) et Wild bunch distribution. Tarif unique : 3.50 €
séances : semaine du mercredi 31 juillet 2013
mercredi 31 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
16:15
20:15
16:15
20:15
16:15
20:15
16:15
20:15
16:30
16:15
20:15
16:15
20:15
séances : semaine du mercredi 7 août 2013
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
20:30
18:30
20:30
18:30
19:00

synopsis

En 1980, Stanley Kubrick signe Shining, qui deviendra un classique du cinéma d'horreur. A la fois admiré et vilipendé, le film est considéré comme une oeuvre marquante du genre par de nombreux experts, tandis que d'autres estiment qu'il est le résultat du travail bâclé d'un cinéaste de légende se fourvoyant totalement. Entre ces deux extrêmes, on trouve cependant les théories du complot de fans acharnés du film, convaincus d'avoir décrypté les messages secrets de "Shining". "Room 237" mêle les faits et la fiction à travers les interviews des fans et des experts qui adhèrent à ce type de théories, et propose sa relecture du film grâce à un montage très personnel. "Room 237" ne parle pas seulement de fans d'un film mythique – il évoque les intentions de départ du réalisateur, l'analyse et la critique du film...

notes de production

Room 237 se focalise sur les théories de cinq amateurs de Shining. Le réalisateur Rodney Ascher explique qu’au moment où les recherches ont été entreprises pour réaliser le film, son producteur, Tim Kirk, et lui-même, ont été confrontés à des centaines de théories interprétatives différentes, qu’il a fallu pour la plupart éliminer. Les idées qui ont été retenues dans le film sont celles qui sont apparues comme étant à la fois les plus récurrentes et ayant eu le plus d’impact dans la vie de leurs auteurs. Pendant le tournage, des théories inédites ont encore émergé sur Internet, une nouvelle génération de passionnés prenant le relais.
http://www.lafermedubuisson.com/IMG/pdf/room237_dp.pdf

Les cinq personnes à l’origine des théories explorées dans Room 237 n’apparaissant pas à l’image dans le film, et la manière dont les créateurs du documentaire ont réuni leurs témoignages rappelle, selon le cinéaste Rodney Ascher, le processus de préparation d’une émission de radio : entretiens réalisés par Skype, enregistrement par chaque témoin de ses propres commentaires, etc.

La première mondiale de Room 237 a eu lieu au festival de Cannes 2012, lors de la quinzaine des réalisateurs, en présence de Rodney Ascher et de Tim Kirk, le producteur. Le film a également fait partie de sélections prestigieuses à Sundance, Locarno, Deauville ou Toronto.

Rodney Ascher s’est déjà intéressé à interroger des personnes marquées par une expérience cinématographique/télévisuelle commune dans son précédent court métrage documentaire The S from hell (1), revenant sur un logo de télévision terrifiant pour toute une génération d’enfants. Dans Room 237, les interventions des spécialistes de Shining sont entrecoupées par des extraits du film lui-même afin de mettre en perspective les théories évoquées.
(1) http://www.capturemag.net/etat-critique/lart-de-la-memoire/

Rodney Ascher est lui-même un passionné du Shining de Stanley Kubrick, qui n’a cessé de l’obséder depuis qu’il l’a vu enfant au cinéma. Le réalisateur revient sur ce moment marquant : quand j’étais petit, je suis sorti en courant, vingt minutes après y être entré, d’une salle de cinéma qui passait Shining de Stanley Kubrick. Depuis, je suis obnubilé par ce film. Après l’avoir vu à de nombreuses reprises, c’est devenu un de mes films préférés, même s’il a conservé sa part de mystère et d’ambiguïté.

Rodney Ascher a envisagé un temps d’interroger des collaborateurs et proches de Kubrick pour en apprendre davantage sur l’écriture de Shining, avant de se raviser et de laisser la parole exclusivement aux fans du film ayant élaboré les théories les plus saugrenues.

En plus de Shining, Room 237 comporte des extraits d’autres films de Kubrick tels que Orange mécanique, Barry Lyndon, 2001, l’odyssée de l’espace, ou encore Eyes wide shut.

La cinéphilie est-elle une maladie ? C’est la question posée en substance par ce film d’un genre nouveau. Ni making of, ni évocation d’un film au sein de l’œuvre d’un cinéaste, Room 237 donne la parole à quelques furieux de Shining, spectateurs compulsifs des courses du petit Danny dans les couloirs de l’hôtel Overlook. Il fait même plus que cela. Il offre à ces fans particulièrement constructifs – voir par exemple ces reconstitutions en 3D des plans du fameux hôtel, élaborées à force de visionnages – l’occasion de poser leur empreinte sur le film, de se l’approprier en lui donnant leurs propres voix.

Avec l’accord de Warner bros. le réalisateur Rodney Ascher a pu prélever à sa guise les images de Shining, et les monter sur une bande-son privilégiant en off les analyses de ses intervenants. Ils ne parlent pas du film, ils font parler le film, et n’apparaissent jamais à l’écran, comme s’ils étaient devenus eux-mêmes les fantômes de l’hôtel à force de le hanter (un spectateur peut-il faire partie d’un film à force de le voir ? C’est une question aussi posée par le film d’Alain Resnais, Vous n’avez encore rien vu) (2). Ils y ont élu domicile, à force d’en examiner tous les recoins, d’en lister les faux raccords forcément lourds de sens – nous parlons d’un cinéaste au QI supérieur à 200 rappelle quelqu’un pour exclure par avance toute négligence de Kubrick -, de détailler affiches et tableaux, et même de céder à la numérologie. Chambre 237 : 2 x 3 x 7 = 42. 1942 : année de l’industrialisation du génocide nazi contre les juifs. Et quelle est la marque de la machine à écrire de Jack Torrance alias Jack Nicholson ? Allemande. Et avec qui Kubrick a-t-il entretenu une correspondance dans les années 70 ? Avec un historien auteur d’un ouvrage important sur le rôle considérable de la bureaucratie et des listes dans l’extermination de masse. Encore quelques associations d’idées, et Shining ne recèle plus seulement une évocation souterraine de la Shoah, mais du génocide en général : les boîtes de levure rangées dans le garde-manger de l’hôtel sont de la marque Calumet, c’est donc qu’il est aussi question d’indiens…
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film919

Aux spectateurs français qui seraient surpris de découvrir des scènes inédites de Shining dans Room 237, il faut signaler que le documentaire s’appuie sur la version américaine du film, plus longue que la version européenne...
http://www.accreds.fr/2012/05/22/room-237-de-rodney-ascher.html

Shining
Film d’horreur britannico-étatsunien réalisé par Stanley Kubrick en 1980, avec Jack Nicholson, Shelley Duvall et Danny Lloyd dans les rôles principaux. Il est sorti en salles aux États-Unis le 23 mai 1980. Onzième long-métrage de Kubrick, il est inspiré du roman éponyme The Shining de l’écrivain américain Stephen King...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shining_%28film%29

Stanley Kubrick
Réalisateur étatsunien né le 26 juillet 1928 à New York, décédé le 7 mars 1999 à Londres.
Ses treize longs métrages l’imposent comme un cinéaste majeur du XXe siècle. Quatre de ses films sont classés dans le top 100 de l’American film institute.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stanley_Kubrick

Entretien avec Rodney Ascher
Selon vous, quelle est l’importance à accorder à "The Shining" dans l’oeuvre de Kubrick ?
C’est comparable à l’effet de la première drogue, même ceux qui ne sont pas fans de Kubrick connaissent le film par cœur. The Shining est incroyablement dense, d’une influence majeure, il se situe à mi-chemin entre l’art et le divertissement...
http://www.rockyrama.com/une-interview-ping-pong-avec-le-realisateur-de-room-237/

Rodney Ascher
http://www.evene.fr/celebre/biographie/rodney-ascher-949858.php

extrait(s) de presse

Libération - Le bonheur de ce documentaire tient à la générosité de son auteur qui ne montre jamais le visage des théoriciens en roue libre....
Grand écart - Un film sur un délire obsessionnel qui en engendre un autre.
Film de culte - C'est un film passionnant sur le rapport à l'image, sur la cinéphilie, sur le fétichisme celluloïd...
Olivier Père - "Room 237" se révèle presque aussi fascinant que "Shining" lui-même.
Laterna magica - C’est donc un film intelligent, ludique, tour à tour amusant et fascinant que nous propose Rodney Ascher...
Cinéma teaser - "Room 237" un documentaire imparable et terriblement divertissant...
Abus de ciné - Kubrick à brac de théories, parfois passionnantes, autour du film "Shining"...
Le Nouvel obs - "Room 237" donne en tout cas une furieuse envie de revoir le film de Kubrick, encore et toujours.