Le Repenti - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Le Repenti

Le Repenti

El Taaib
Algérie - 2012 - 1h27
Prix Europa cinema Quinzaine des réalisateurs Cannes 2012 Valois du meilleur acteur et de la meilleure actrice au Film francophone d'Angoulême 2012
film - film francophone
de

Merzak Allouache

scénario : Merzak Allouache
direction de la photographie : Mohamed Tayeb Laggoune
avec : Nabil Asli (Rachid), Adila Bendimered (Djamila), Khaled Benaissa (Lakhdar)
séances : semaine du mercredi 22 août 2012
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
10:30
13:00
20:00*
séance spéciale :
* Vendredi et dimanche salle Nemo (cnéma de la Cité) * Lundi salle Bunuel (espace Franquin)
séances : semaine du mercredi 1er mai 2013
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
19:50*
18:00
19:50
15:45
18:00
séance spéciale :
* présenté par Thierno Ibrahima Dia lun 3 à 18h00 dans le cadre de Cinémétis. Cinémétis est organisé en partenariat avec Musiques métisses, le Conseil général de la Charente, le Pôle régional d’éducation à l’image et Ciné passion 16. tarif unique à chaque séance 3,5 €
séances : semaine du mercredi 8 mai 2013
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
20:00
20:00
16:15
20:00
20:00

synopsis

Algérie, région des hauts plateaux. Alors que des groupes d'irréductibles islamistes continuent à semer la terreur, Rachid, un jeune jihadiste quitte la montagne et regagne son village. Selon la loi de "pardon et de concorde nationale", il doit se rendre à la police et restituer son arme. Il bénéficie alors d'une amnistie et devient "repenti". Mais la loi ne peut effacer les crimes et pour Rachid s'engage (alors) un voyage sans issue où s'enchevêtrent (se mêlent) la violence, le secret, la manipulation...

notes de production

Aujourd’hui, les cinéastes arabes ont un devoir d’engagement dans leurs films. Un cinéaste arabe ne peut pas raconter une histoire d’amour comme ils faisaient les Egyptiens dans les années 1930, en occultant la société, etc. C’est clair.
Merzak Allouache

Merzak Allouache est un metteur en scène franco-algérien ayant notamment mis en scène les comédies Salut cousin ! et Chouchou avec Gad Elmaleh. Depuis quelques années, le cinéaste s’éloigne du registre comique pour un cinéma engagé socialement et politiquement. Ainsi, il a tourné Harragas en 2009, drame sur l’immigration et la jeunesse algérienne en rupture avec le système et continue donc dans cette voie avec Le Repenti, où il s’attaque à la guerre civile algérienne et l’islamisme.

Le Repenti revient sur un moment épineux de l’Histoire algérienne, la guerre civile qui a ensanglanté le pays entre 1988 et 1999 (la décennie noire). Le conflit a pris fin avec l’élection de l’actuel président algérien, Abdelaziz Bouteflika. Celui-ci a mis en œuvre l’adoption de la Loi sur la Concorde civile en 2000. Celle-ci permet à un islamiste repenti de rendre ses armes afin d’être réinséré dans la société et bénéficier d’une amnistie.

En raison du conflit armé ensanglantant l’Algérie, Merzak Allouache n’a pas pu rentrer dans son pays entre 1993 et 1999 : lorsque s’est profilée l’idée d’un arrêt de la violence qui ensanglantait le pays, j’étais très heureux. En 1999, lorsque je suis rentré, j’ai retrouvé un pays où régnait un optimisme étonnant et irréel (...). La presse nous apprenait que des contacts secrets entre l’armée et les islamistes qui se trouvaient dans les maquis allaient permettre très vite le retour de ceux-ci dans leurs foyers et l’arrêt des massacres, des embuscades, des attentats… Les Algériens découvraient un mot nouveau, « repenti » (ta’ib, en arabe), désignant ceux qui abandonnaient la lutte armée et se plaçaient sous l’autorité de l’Etat, confie le metteur en scène.

Le Repenti a été tourné dans la région de El Bayadh, à la limite du Sahara. Merzak Allouache a choisi cet endroit pour sa rudesse afin que celle-ci marque les images et les esprits.

Avec le personnage du repenti, Merzak Allouache poursuit sa critique virulente de la société algérienne bridant la jeunesse et la laissant dans un total désarroi où censure et violence sociale s’entremêlent : ce jeune repenti est sûrement un monstre qui a peut-être tué, mutilé. Mais mon choix dès le départ était de le présenter non pas comme l’archétype du terroriste cliché, mais comme un être humain issu de cette génération sans espoir, sans éducation, prise souvent malgré elle dans le tourbillon de la tragédie qu’a vécu l’Algérie, explique le réalisateur.

Nabil Asli campe Rachid, le djihadiste repenti ; le comédien tourne pour la deuxième fois sous la houette de Merzak Allouache après Normal ! en 2011. Adila Bendimerad (Djamila) avait aussi joué dans Normal ! et retrouve également le cinéaste.

Le Repenti est sciemment oublié dans la presse algérienne, le scénario de Merzak Allouache ayant même été rejeté par la commission de lecture du Ministère de la Culture algérien : j’ai l’impression d’avoir fait un film « honteux », mais cela renforce ma conviction qu’il fallait le tourner, confie le metteur en scène.

Merzak Allouache revendique un droit d’engagement en tant que cinéaste et le fait valoir avec ce film : Le Repenti se veut une tentative de dialogue sociétal, mais malheureusement l’état du cinéma en Algérie, la disparition du public, l’absence de débat démocratique, l’état de déliquescence des associations, font que je n’aurai pas les riches débats que j’ai vécus autour de mes autres films. Alors parler d’un tabou, dénoncer des choix, raconter des souffrances, faire jouer à ce film son rôle, me semble pour l’instant utopique. Ce qui ne signifie pas qu’il faille baisser les bras , affirme le cinéaste.

Merzak Allouache
Né le 6 octobre 1944 à Alger.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Merzak_Allouache

Khaled Benaissa
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=17462

extrait(s) de presse

Rfi - Merzak Allouache comme Nabil Ayouch dans son long métrage "Les Chevaux de Dieu" proposent deux visions d'une même réalité...
L'Expression - L'idée de faire ce film, selon les explications données par Allouache, est née d'une lettre envoyée par un lecteur à un journal national...
La Dépêche - Un récit bouleversant porté par une nouvelle génération d'acteurs algériens au jeu nuancé et percutant...
Jeune Afrique - Pour ce film, Allouache s'est entouré d'une équipe d'acteurs 100% algérienne...
Jeune indépendant - Rage et douleur s’expriment dans ce film poignant...
Le Nouvel observateur - "Le Repenti" : un film pour interroger "l'amnésie et le silence" en Algérie...
Afrik - "Le Repenti" de Merzak Allouache est une critique sans concession de la loi de la concorde civile qui a accordé l’amnistie aux terroristes après la "décennie noire" en Algérie...
Tout le ciné - Un récit bouleversant porté par une nouvelle génération d’acteurs algériens au jeu nuancé et percutant...