Trois soeurs - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Trois soeurs

Trois soeurs

Abrir puertas y ventanas
Argentine, Suisse - 2011 - 1h38
Léopard d'or et prix de la meilleure interprétation féminine (María Canale) Locarno 2011 Prix Mademoiselle Ladubay (long métrage européen ou français) Angers 2012
film - version originale sous-titrée en français
de

Milagros Mumenthaler

scénario : Milagros Mumenthaler
direction de la photographie : Martín Frías
avec : María Canale (Marina), Martina Juncadella (Sofia), Ailín Salas (Violeta), Julián Tello (Francisco)

synopsis

Buenos Aires à la fin de l'été. Marina, Sofia et Violeta sont seules dans la maison familiale alors que leur grand-mère, qui les a élevées, vient de mourir. Chacune cherche, à sa manière, à combler cette absence. Marina se concentre sur ses études tout en prenant soin du foyer, tandis que Sofia est obnubilée par son apparence et sort avec des amis. Quant à Violeta, elle erre de la chambre au salon où elle reçoit, de temps à autre, la visite d'un homme. Désaccords, fou-rires, mesquineries et signes d'affection rythment cette période d'incertitude, jusqu'à ce jour d'automne où Violeta disparaît sans crier gare...

notes de production

En espagnol, Trois sœurs s’intitule Abrir puertas y ventanas, que l’on pourrait traduire par ouvrir les portes et les fenêtres. Empruntée à un dialogue de La Maison de Bernarda Alba de Federico Garcia Lorca, l’expression dit avec justesse la grâce très finement chevillée du premier long-métrage de l’Argentine Milagros Mumenthaler.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/07/17/trois-s-urs-entre-deux-airs_1734728_3246.html

Trois sœurs est le premier long-métrage de la réalisatrice argentine Milagros Mumenthaler. Diplômée en réalisation de l’université de Buenos Aires, elle a réalisé quatre courts-métrages, intitulés ¿ Cuándo llega papá ?, Cape cod, El Patio et Amancay.

La réalisatrice du film, Milagros Mumenthaler, explique qu’elle s’est inspirée de sa propre vie et des expériences qu’elle a vécues pour écrire Trois sœurs : [le film] s’inspire de choses dont j’ai été témoin lorsque je vivais en Argentine ou d’événements vécus par mes propres sœurs ou moi-même.

Le casting des trois actrices principales du film a duré plusieurs mois et la réalisatrice Milagros Mumenthaler a vu passer devant elle des centaines de jeunes femmes. L’essentiel pour elle était ensuite d’apprendre à les connaître : les actrices avaient 16, 17 et 21 ans et c’était important qu’elles soient enthousiastes vis-à-vis du projet et qu’elles comprennent plus ou moins le film que je voulais faire. Nous avons travaillé trois mois en amont. Tout au début, le but était qu’elles passent du temps ensemble pour mieux se connaître, ensuite nous avons fait des improvisations et dès que les personnages ont commencé à apparaître, en surface, nous avons travaillé sur le scénario, en profondeur. Il fallait qu’elles comprennent ce qu’il y avait entre les lignes. Et peu à peu les scènes ont pris de l’ampleur. C‘était important, vu leur âge, qu’elles soient sûres d’elles au moment de tourner, se rappelle-t-elle.

Entre l’absence nouvelle de la grand-mère des Trois sœurs et celle de leurs parents, le film fait largement le tour de cette thématique. Une absence que la réalisatrice a choisi de matérialiser par le biais de la caméra : pour moi depuis le début elle devait être représentée par la caméra. Mettre la caméra au service de ce que les personnages pensent et ressentent. Les trois sœurs ont besoin de sentir la présence de leur grand-mère : qu’elle soit encore parmi elles... C’est pour ça que la caméra par moment est autonome, elle bouge sans qu’il y ait un personnage qui dicte ses allées et venues, explique Milagros Mumenthaler.

Dans Trois sœurs, le décor principal est la maison d’Alicia, la grand-mère récemment décédée. Cet élément, essentiel au film, a été très difficile à trouver pour la réalisatrice et scénariste du film Milagros Mumenthaler, qui avait en tête une idée très précise de ce qu’elle voulait. La maison du film ne lui plaisait pas du tout au départ : quand j’ai vu pour la première fois la maison où nous avons tourné, j’ai été catégorique : c’était non. La cuisine n’avait pas de fenêtres, l’entrée était trop majestueuse... Mais pourtant j’aimais beaucoup l’entrée du premier étage, la disposition symétrique des chambres, ça permettait de jouer avec la profondeur de champ.
Pour la cinéaste, cette maison est au final comme un quatrième personnage principal, dont la fonction primaire serait de représenter les absents : dans le film, qui parle de relations fraternelles en crise, elle est aussi, d’une certaine manière, le pilier familial.

Liée au thème très présent de l’absence, la musique du film permet de combler un vide. En effet, certains choix musicaux servent à en apprendre plus au spectateur sur le personnage d’Alicia, la grand-mère décédée, selon la réalisatrice Milagros Mumenthaler : je pense que le choix de la musique parle avant tout d’Alicia, la grand-mère. À travers ses disques on peut deviner un peu plus qui elle était. En Argentine, à la fin des années 60 et au début des 70, ce n’était pas si commun de connaître Linda Perhacs, Vashty Bunyan ou Bridget St John. La musique marque une époque, accompagnée d‘une idéologie. Alicia l’a transmise à ses petites filles.

Entretiens avec Milagros Mumenthaler
L’histoire se passe aujourd’hui mais en quoi, selon vous, la mémoire de la dictature pèse sur le film ?
Il est vrai que dans le film les parents ne sont plus là et que la tutelle de ces trois sœurs a été confiée à la grand-mère. Ce qui est, à mon avis, tout à fait logique. L’Argentine a subi une dictature et je pense qu’elle reste dans la mémoire collective. Je n’ai pas cherché le lien. Je crois qu’à l’étranger, quand on parle de l’Argentine, le souvenir de la dictature est tout de suite présent. Je n’ai pas voulu justifier la mort des parents par respect envers les personnages. Le préciser allait à l’encontre de la manière dont je voulais raconter ce film...
http://www.filmdeculte.com/people/entretien/Entretien-avec-Milagros-Mumenthaler-14301.html
http://www.commeaucinema.com/interviews/trois-soeurs,221349-note-99675

Milagros Mumenthaler
http://es.wikipedia.org/wiki/Milagros_Mumenthaler

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - Milagros Mumenthaler révèle de grand talents de cinéaste, dans la mise en scène comme dans la direction d'acteur...
Première - "Trois Soeurs" révèle une actrice de tempérament en la personne de Maria Canale...
Film de culte - Avec ce long métrage élégant et incarné, Milagros Mumenthaler se signale comme un nom à suivre.
Tout le ciné - n drame pertinent et finement réalisé, de façon à ce qu'il vous hante bien après la projection...
Le Monde - C'est l'émergence d'une nouvelle voix de cinéma...
L'Express - On parle peu dans ce film très lent et pétri d'absence, où la musique joue un rôle essentiel et où les relations sont sans tendresse...
Slate - "Trois sœurs" est un film déroutant à partir d’une situation dramatique qui semblait conventionnelle...