Léo, roi de la jungle - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Léo, roi de la jungle

Léo, roi de la jungle

ciné môme
Janguru taitei
Japon - 1997 - 1h40
accessible aux enfants à partir de 5 ans
film d'animation - version française
de

Yoshio Takeuchi

scénario : Yoshio Takeuchi
d'après l'oeuvre de : Osamu Tezuka
musique ou chansons : Isao Tomita
séances : semaine du mercredi 8 août 2012
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
14:30
14:30
14:45
14:45*
séance spéciale :
* dernière séance dimanche 12 août à 14h30

synopsis

Léo, un lion blanc, fait régner la loi dans la jungle. Il aide aussi sa femme Laia à élever ses deux lionceaux, Louné et Lukio. Le lion est secondé dans sa tache par les autres animaux, même par les éléphants qui sont pourtant peu travailleurs. Quand un groupe d'hommes pénètre dans la jungle à la recherche de l'introuvable mont de la Lune dont les pierres sont très prisées car source d'énergie, Léo s'efforce de maintenir l'ordre malgré cette irruption. Mais il se retrouve confronté à un étrange virus dévastateur et à un gigantesque incendie ! Léo, avec son allié le professeur Moustache, décide de se rendre sur le site des pierres du Mont de la Lune... Pendant ce temps, les lionceaux, échappant à la vigilance des parents s'éloignent imprudemment, et Louné le male, très intrigué par le monde des humains, décide de quitter la jungle...

notes de production

L’histoire du Roi Léo voit le jour au Japon en 1951 dans le magazine Manga shônen, et connaît très vite un immense succès. En 1965, une série télévisée de 52 épisodes de 23 minutes est lancée, et sera plus tard diffusée dans le monde entier. C’est la première série Tv d’animation japonaise en couleur. Le réalisateur du film, Yoshio Takeuchi, raconte que beaucoup de professionnels de la bande-dessinée japonaise se sont proposés pour participer à son adaptation sur grand écran. Certainement en l’honneur du père des mangas, Osamu Tezuka, créateur du Roi Léo.

Lors de la sortie du Roi lion de Disney en 1994, une violente polémique s’engagea pour déterminer à quel point les studios Disney s’étaient inspirés du manga d’Osamu Tezuka, créé bien avant la sortie de ce film. Walt Disney lui-même avait d’ailleurs déclaré être un grand admirateur du travail de Tezuka... Quelques années plus tard, le studio aux grandes oreilles tenta de racheter les droits du Roi Léo, en vain. On sait également que la série japonaise eut dans les années 60 et 70 aux Usa un impact comparable à celui de Goldorak en France (le show fut renommé : Kimba the white lion, le héros du long métrage de Disney s’appelle Simba)... La politique de Disney fut de nier en bloc toute influence. Quant à la société de production qui gère les droits de la plupart des oeuvres d’Osamu Tezuka, elle ne porta pas plainte devant les tribunaux internationaux. En effet, Osamu Tezuka ayant été toute sa vie un grand fan des oeuvres de Walt Disney, ses héritiers jugèrent que leur père aurait été extrêmement flatté que le mythique studio américain décide de s’inspirer de l’une de ses oeuvres pour mettre en scène un film aussi révolutionnaire que Le Roi lion .

Dans chacune de ses oeuvres, Osamu Tezuka traite des problèmes de société, mais toujours en se mettant à la portée des enfants. Pour être juste, le mangaka se sent obligé d’être pessimiste. Il explique, à propos du Roi Léo : ce parti pris n’a pas du tout dérangé les enfants. Au contraire, ils sont très rapidement conscient des injustices sociales et naturelles. Le danger c’est d’essayer de leur faire oublier cette réalité de manière artificielle. Le film de Yoshio Takeuchi essaie d’adapter fidèlement l’oeuvre de Tezuka, malgré l’impossibilité de retranscrire toute la complexité d’une bande dessinée de 600 pages. Notons d’ailleurs que la série télévisée comporte des morceaux de comédie musicale qui n’ont pas été réutilisés dans le film.

Le message de Tezuka n’était évidemment pas de dire que rien ne change mais, au contraire, qu’il faudra toujours des êtres humains ou animaux, pour poursuivre les rêves de ses prédécesseurs et pour continuer à construire l’avenir. C’est cela que symbolisent les trois générations de lions se succédant dans le manga, explique Yoshihiro Shimizu, l’ancien directeur de Tezuka Productions. L’important est d’avoir tenté d’améliorer, ne serait-ce qu’un peu, le monde au cours de son passage sur Terre.

En 1966, un premier film adapté de la série Le Roi Léo fut réalisé par Osamu Tezuka lui-même. Dans une série télévisée, on est obligé de conserver un ton léger, de manière à amuser tous les publics, analysait Osamu Tezuka. Mais, grâce à un film, comme dans une bande-dessinée, on peut augmenter ses ambitions narratives. C’est cela qui m’a rendu le plus heureux lors de la production du long métrage. Je pense aussi que c’est pour cette raison qu’il fut sélectionné au festival de Venise et qu’il remporta le Lion d’argent.

Un des signes distinctifs des mangas sont les gros yeux de leurs personnages. Ce qui est intriguant, car les yeux des japonais sont en général plutôt fins. On peut alors se demander d’où vient cette fantaisie dans leurs dessins ? D’Osamu Tezuka bien-sûr ! En réalité, il les avait empruntés à Disney pour rendre ses héros plus expressifs. Au final : tout le monde s’inspire de tout le monde...

Le Roi Léo est à l’origine un manga d’Osamu Tezuka débuté en 1950. Il s’est vu décliné par son créateur en deux séries télévisées animées (chanson notoire interprétée par Isabelle Pierre) de 52 épisodes entre octobre 1965 et septembre 1966. Puis d’une troisième série de 26 épisodes, produite en 1967 sous le nom de Shin janguru taitei susume reo.
En 1989, année de la mort de Tezuka, une nouvelle série en 52 épisodes fait son apparition. Le réalisateur Yoshio Takeuchi (Cobra, Cat’s eye) en réalise un nouvel anime en 1997, trois années seulement après le succès planétaire du Roi lion de Disney, en partie inspiré de l’œuvre de Tezuka.
Une pétition signée par 1 100 fans, artistes et dessinateurs de mangas fut adressée à Disney en 1994 pour protester contre l’adaptation sans autorisation du travail de Tezuka. En effet, Le Roi lion serait en partie inspiré du Roi Léo, sans que Disney ne le reconnaisse. Disney fit toutefois des excuses en 2001.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Roi_L%C3%A9o

Yoshio Takeuchi
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=97719.html
http://www.cinemotions.com/Leo-roi-de-la-jungle-tt10866

Osamu Tezuka
Né le 3 novembre 1928 à Toyonaka, décédé mort le 9 février 1989 à Tōkyō.
Son œuvre adopte souvent des allures de méditation sur la nature et la destinée humaine...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Osamu_Tezuka

Isao Tomita
Né le 22 avril 1932 à Tōkyō.
Sa version de l’Arabesque n° 1 de Debussy fut utilisée comme générique par la chaîne de télévision française Fr3...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Isao_Tomita

extrait(s) de presse

Le Monde - Takeuchi prend le parti de plonger le jeune spectateur dans un univers résolument plus sombre que celui du "Roi lion", et s'adresse aux enfants sans verser dans l'optimisme béat qui est le revers du savoir-faire Disney...
Télérama - A voir, pour le charme d'animaux plus humains que les vrais...
Comme au cinéma - Un film qui s'adresse principalement aux grands fans de l'animation japonaise...
Abus de ciné - le film de Takeuchi possède un message bien plus écologiquement appuyé que l’approche américaine...
Film de culte - Aventure et suspense garantis.
Les Inrocks - Réponse nippone au "Roi lion" des studios Disney. Plus dur, plus noir...
Présences - Un film d'animation d'une bonne qualité graphique...