dans la chaleur de la nuit - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > dans la chaleur de la nuit

dans la chaleur de la nuit

ciné répertoire
In the heat of the night
Usa - 1967 - 1h49
Oscar 1968 du meilleur film (Walter Mirisch), du meilleur acteur (Rod Steiger)
film - version originale sous-titrée en français
de

Norman Jewison

scénario : Stirling Silliphant
d'après l'oeuvre de : John Ball
direction de la photographie : Haskell Wexler
musique ou chansons : Quincy Jones
avec : Sidney Poitier (détective Virgil Tibbs), Rod Steiger (Bill Gillepsie), Warren Oates (Sam Wood), Lee Grant (Mme Leslie Colbert), Larry Gates (Eric Endicott), Beah Richards (Mme Bellamy), William Schallert (Webb Schubert), Scott Wilson (Harvey Oberst), Quentin Dean (Dolores Purdy), James Patterson (Lloyd Purdy, le frère de Dolores), Kermit Murdock (H.E. Henderson, le banquier), Peter Whitney (George Courtney), Anthony James (Ralph Compton), Arthur Malet (Ted Ulam), Fred Stewart (Dr Stuart), Larry D. Mann (Tom Watkins), Phil Adams (un des quatre voyous), Matt Clark (Packy Harrison)
séances : semaine du mercredi 25 juillet 2012
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
19:50
19:50
19:50
16:45
19:50
14:45*
19:50*
séance spéciale :
* dernière séance mardi 31 juillet à 19h50

synopsis

Un meurtre crapuleux a eu lieu dans la petite ville de Sparta, dans l'Etat du Mississipi. Le corps d'un ingénieur, qui résidait momentanément en ville pour travailler à la mise en place d'une usine, a été découvert mort par un adjoint du shérif qui effectuait sa tournée. Son argent lui a été dérobé, la police est en alerte. Sur le quai de la gare, un homme noir qui attendait tranquillement son train est arrêté sans ménagement ; la couleur de sa peau est déjà un premier élément suspect dans cette petite bourgade où le racisme est quasiment un mode de vie...

notes de production

Dans la chaleur de la nuit fut nominé sept fois aux Oscar en 1968 (1) et rafla cinq statuettes dont celle du meilleur film, meilleur acteur (Rod Steiger), meilleur montage (Hal Ashby) (2). Le film fut également récompensé aux British academy awards (3) et aux Golden globes (4).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/40e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film1196
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/21e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_British_Academy_Film_Awards
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/25e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Golden_Globes

Avec ce film, Norman Jewison traite de la discrimination raciale à une époque où elle est encore monnaie courante aux États-Unis. Concernant l’acteur qui devait incarner le détective Virgil Tibbs, son choix s’est rapidement porté sur Sidney Poitier, habitué à défendre la cause noire dans nombre de films qu’il a interprétés (La Chaîne (5), Pleure, ô pays bien-aimé (6) ou encore Devine qui vient dîner...) (7). Ce dernier fut d’ailleurs le premier noir américain à remporter l’Oscar du meilleur acteur en 1964 (8) pour sa prestation dans Le Lys des champs (9).
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cha%C3%AEne_(film)
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pleure,_%C3%B4_pays_bien-aim%C3%A9_(film,_1952)
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Devine_qui_vient_d%C3%AEner...
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/36e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Lys_des_champs

- c’est Ray Charles (10), grand collaborateur du compositeur Quincy Jones, qui interprète In the heat of the night (11), la chanson du générique.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ray_Charles
(11) https://www.youtube.com/watch?v=rRGY_LuqqB0
- Norman Jewison dirige ici pour la première fois Rod Steiger. Tous deux collaboreront à nouveau sur Fist (12) et Hurricane Carter (13).
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/FIST_(film)
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hurricane_Carter_(film)
- Dans la chaleur de la nuit marque la seconde collaboration entre Norman Jewison et le producteur Walter Mirisch (14). Tous deux avaient auparavant travaillé ensemble sur Les Russes Arrivent, Les Яusses Aяяiveиt (15).
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Mirisch
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Russes_arrivent
- c’est la première fois que Norman Jewison travaille avec le chef opérateur Haskell Wexler. Tous deux collaboreront par la suite sur L’Affaire Thomas Crown (16) et Larry le liquidateur (17).
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Affaire_Thomas_Crown_(film,_1968)
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Larry_le_liquidateur
- le film a été tourné 3 ans seulement après l’adoption de la loi sur les droits civiques (18), loi qui devait en théorie mettre un terme à la ségrégation raciale aux États-Unis. Un élément qui montre encore une fois la capacité du cinéma à interagir avec l’actualité, aussi houleuse soit-elle.
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Civil_Rights_Act_de_1964
- l’action de Dans la chaleur de la nuit est censée se dérouler dans le Mississippi, mais le film a en fait été tourné dans l’Illinois et le Tennessee, pour des raisons de sécurité notamment, les acteurs noirs n’étant pas forcément les bienvenus dans le Deep south (19).
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sud_profond
- le tournage s’est déroulé du 26 septembre jusqu’au mois de décembre 1966 à Belleville, Chester, Dyersburg, Freeburg et Sparta.
- le film a donné lieu à deux suites : Appelez-moi Monsieur Tibbs (20) et L’Organisation (21) où Sidney Poitier reprend le rôle de Virgil Tibbs.
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Appelez-moi_Monsieur_Tibbs
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Organisation_(film,_1971)
- Dans la chaleur de la nuit fut décliné en série télé (22). Ce sont les comédiens Howard E. Rollins Jr. (23) et Carroll O’Connor (24) qui reprirent respectivement les rôles du détective Virgil Tibbs et du policier Bill Gillespie.
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dans_la_chaleur_de_la_nuit_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Howard_E._Rollins_Jr.
(24) http://www.citebd.org/spip.php?film1995
- c’est le premier film étatsunien interdit aux moins de treize ans lors de sa sortie en salles à avoir obtenu l’Oscar (1) du meilleur film.

(...) A partir de Dans la chaleur de la nuit, Norman Jewison fera partie des quelques artistes engagés qui mettront leur art au service de sujets sociaux et politiques forts. Même si son talent de cinéaste est loin d’égaler celui de Sidney Lumet (25), il a en commun avec ce dernier la volonté d’interroger les institutions de son pays et de traquer les tares et les dérives totalitaires de la société américaine. Rollerball (26), Fist (12), Justice pour tous (27), A Soldier’s story (28) sont des exemples de films qui témoignent de son engagement ; et si l’on peut trouver en chacun d’eux de grandes qualités comme certains défauts (un peu trop d’application, un sens du didactisme parfois pesant là ou Lumet est bien plus original et subtil), il convient de saluer à la fois leur intelligence et leur intégrité. Par ailleurs, en 1967, Jewison a dirons-nous le malheur de réaliser son œuvre antiraciste au moment où le nouvel Hollywood (29) va faire exploser l’ancien avec Bonnie and Clyde (30) et Easy rider (31). Ainsi, à la vison de In the heat of the night, on pourra ressentir une certaine gêne à se trouver devant un film simplement bon sur le plan formel alors que le sujet aurait pu bénéficier d’un traitement exceptionnel. En effet, si Jewison fait preuve d’un réel savoir-faire (par exemple dans la gestion d’un rythme lent - à l’aide de son ami monteur et futur cinéaste Hal Ashby (2) - qui confère un vraie pesanteur au film ainsi qu’une impression constante de danger pour son héros), on ne trouvera aucun génie particulier dans la mise en scène. Mais la force de Dans la chaleur de la nuit provient avant tout d’une scénario parfaitement écrit et efficace dans le traitement de son propos. L’originalité de l’intrigue en elle-même importe moins que la faculté de créer un contexte de tension permanent où chacun des personnages joue sa partition avec une caractérisation riche sur un plan social et psychologique. Le film, de plus, n’est jamais manichéen ; il arrive par exemple à Tibbs de ressentir des préjugés très forts en retour de la haine dont il est victime, il cherche même à un moment à incriminer sans preuves un riche notable qui pue le racisme et l’esclavagisme à plein nez. De son côté, le personnage du shérif va peu à peu parcourir le chemin inverse et se rapprocher du policier noir, Gillespie étant à la fois jaloux et admiratif devant son intelligence, sa sagacité et son courage...
http://www.dvdclassik.com/critique/dans-la-chaleur-de-la-nuit-jewison
(25) http://www.citebd.org/spip.php?film512
(26) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rollerball_(film,_1975)
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/Justice_pour_tous
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/A_Soldier%27s_Story
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvel_Hollywood
(30) http://www.citebd.org/spip.php?film1248
(31) https://fr.wikipedia.org/wiki/Easy_Rider

(...) Au final, Norman Jewison gagne son pari sur de nombreux plans. Tout d’abord, il parvient à retracer avec un nombre conséquent de détails justes l’ambiance chaude, moite et délétère d’un certain Sud, gangrené à la fois par la misère sociale, le manque d’éducation et une forme d’atavisme. Il plonge dans cet univers qu’on croirait issu du 19ème siècle un policier noir venu de Philadelphie, en proie à la méfiance et au racisme des autochtones qui ne supportent pas le renversement des valeurs opéré dans les années 60. A chaque séquence, on s’attend à ce que l’un des personnages blanc veuille régler son compte au policier de couleur, uniquement pour pouvoir affirmer sa supériorité, conçue comme naturelle. C’est dans cette atmosphère de suspicion que se déroule une classique enquête policière qui n’est d’ailleurs pas le point fort du long-métrage. On se fiche un peu du résultat de ce whodunit (32) finalement assez peu convaincant. Par contre, on est davantage séduit par l’ambiguïté des liens qui se tissent entre le policier noir incarné avec dignité par Sidney Poitier et le flic blanc blasé interprété avec aisance par Rod Steiger (ce dernier a d’ailleurs obtenu l’Oscar du meilleur acteur pour ce rôle) (1). D’abord farouchement hostile envers celui qu’il considère comme un intrus venu marcher sur ses plates-bandes, ce vieux de la vieille va finir par respecter son confrère noir avant de développer avec lui des liens amicaux qui resteront pourtant dans le domaine du non-dit...
https://www.avoir-alire.com/dans-la-chaleur-de-la-nuit-la-critique-du-film-et-le-test-blu-ray
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/Whodunit

(...) Si le récit et la mise en scène obéissent parfaitement aux codes ultra-classiques du genre, Norman Jewison, qui a connu son heure de gloire pendant les années 1960 et 1970 avec des films tels que L’Affaire Thomas Crown (16) (aujourd’hui très daté), mène son entreprise avec une redoutable efficacité. S’appuyant sur un scénario minutieusement écrit donnant lieu à une série de scènes édifiantes qui n’ont pourtant rien de ces passages obligés qui plombent souvent les films à message, la réalisation trouve un équilibre quasi parfait entre le polar et la dimension clairement militante du propos sans que jamais le didactisme ne prenne le dessus (à la grande différence d’un Devine qui vient dîner...) (7) par exemple). Au sommet du film, trônent deux acteurs, Rod Steiger et Sidney Poitier, qui auraient pu sombrer dans le cabotinage et qui, pourtant, transcendent le particularisme de leurs personnages pour livrer des interprétations nuancées et parfois ambiguës. C’est ce qui a probablement permis à Dans la chaleur dans la nuit d’être le premier long-métrage interdit aux moins de treize ans à remporter l’Oscar du meilleur film (1). C’était en 1968. Hollywood ne laisse donc rien au hasard.
https://www.critikat.com/actualite-cine/critique/dans-la-chaleur-de-la-nuit/

Norman Jewison
Né Norman Frederick Jewison le 21 juillet 1926 à Toronto.
Jewison a abordé d’importants problèmes sociaux et politiques tout au long de sa carrière, rendant souvent des sujets controversés accessibles au grand public...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Norman_Jewison

Stirling Silliphant
Né le 16 janvier 1918 à Détroit, décédé le 26 avril 1996 à Bangkok.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stirling_Silliphant

John Ball
Né le 8 juillet 1911 à Schenectady, décédé le 15 octobre 1988 à Los Angeles.
Il amorce sa carrière littéraire en publiant des récits de science-fiction pour les adolescents et pour adultes...
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ball_(%C3%A9crivain)

Haskell Wexler
Né le 6 février 1926 à Chicago, décédé le 27 décembre 2015 à Santa Monica.
Premier directeur de la photographie à utiliser le Steadicam pour un plan-séquence dans En route pour la gloire...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Haskell_Wexler

Quincy Jones
Né Quincy Delight Jones Jr. le 14 mars 1933 à Chicago.
Trompettiste, arrangeur, compositeur et producteur américain...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Quincy_Jones

Sidney Poitier
Né le 20 février 1927 à Miami.
Premier acteur noir à recevoir l’Oscar du meilleur acteur...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sidney_Poitier

Rod Steiger
voir fiche du film Mars attacks !
http://www.citebd.org/spip.php?film421

Warren Oates
voir fiche du film La Horde sauvage
http://www.citebd.org/spip.php?film834

Lee Grant
Née Lyova Haskepp Rosenthal le 31 octobre 1927 à New York.
Son nom de scène, Lee Grant, est une compilation des deux principaux généraux étatsuniens de la guerre civile...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lee_Grant

Larry Gates
voir fiche du film L’Invasion des profanateurs de sépultures
http://www.citebd.org/spip.php?film586

Beah Richards
Née le 12 juillet 1920 à Vicksburg où elle est décédée le 14 septembre 2000.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Beah_Richards

William Schallert
Né William Joseph Schallert le 6 juillet 1922 à Los Angeles où il est décédé le 8 mai 2016.
http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Schallert

Scott Wilson
Né William Delano Wilson le 29 mars 1942 à Atlanta, décédé le 6 octobre 2018 à Los Angeles.
Tient le rôle de Hershel dans la série tv The Walking dead...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Scott_Wilson_%28acteur%29

Quentin Dean
https://fr.wikipedia.org/wiki/Quentin_Dean

James Patterson
https://www.imdb.com/name/nm0666247/

Kermit Murdock
https://www.imdb.com/name/nm0613794/

Peter Whitney
Né le 24 mai 1916 à Long Branch, décédé le 30 mars 1972 à Santa Barbara.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Whitney

Anthony James
Né le 22 juillet 1942 à Myrtle beach.
https://www.imdb.com/name/nm0416279/

Arthur Malet
Né le 24 septembre 1927 à Lee-on-the-Solent, décédé le 18 mai 2013 à Santa Monica.
https://www.imdb.com/name/nm0539395/

Fred Stewart
https://www.imdb.com/name/nm0829387/

Larry D. Mann
Né le 18 décembre 1922 à Toronto, décédé le 6 janvier 2014 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Larry_D._Mann

Phil Adams
https://www.imdb.com/name/nm0011268/

Matt Clark
voir fiche du film Pat Garrett et Billy le Kid
http://www.citebd.org/spip.php?film1695

extrait(s) de presse

L'Express - C'est tendu, passionnant et édifiant. Un classique.
Dvd classik - A partir de Dans la chaleur de la nuit, Norman Jewison fera partie des quelques artistes engagés qui mettront leur art au service de sujets sociaux et politiques forts...
Télérama - "Dans la chaleur de la nuit" reste un grand classique antiraciste...
Critikat - Norman Jewison livre une œuvre sous tension dont le récit classique se révèle d’une redoutable efficacité...
Dvd toile - La mise en scène de Norman Jewison est particulièrement brillante, très moderne...
Solaris - Le film nous plonge dans une atmosphère moite suggérée par le titre qui accentue le climat malsain de cette petite ville du Sud...
Culturopoing - L’importance de la thématique raciale dans le film de Norman Jewison ferait presque oublier qu’il s’agit aussi, et peut-être avant tout, d’un film policier...
Sens critique - Certains critiques taxeront le film de "faussement courageux"...