L’Orpheline avec en plus un bras en moins - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > L’Orpheline avec en plus un bras en moins

L’Orpheline avec en plus un bras en moins

France - 2010 - 1h37
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - film francophone
de

Jacques Richard

scénario : Jacques Richard, Roland Topor
direction de la photographie : David Cailley
musique ou chansons : Béatrice Thiriet, Thierry Boulanger
avec : Jean-Claude Dreyfus (Duraquet), Dominique Pinon (Lamantin), Melvil Poupaud (Robinson), Noémie Merlant (Eleonore), Caroline Loeb (Maggy), Pasquale D'Inca (Georges London), Elodie Hachet (Rita), Fabrice Carlier (Omar), Mariame N’Diaye (Dédée)
séances : semaine du mercredi 1er août 2012
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
14:45
19:45
14:45
19:45
14:45
19:45
19:45
16:30
14:45
19:45
14:45*
19:45*
séance spéciale :
* dernière séance mardi 7 août à 19h45

synopsis

Eléonore est une superbe jeune fille d’une vingtaine d’années, qui a perdu ses parents et un bras dans un accident. Elle vit dans un orphelinat en Bourgogne. Le juge London, magistrat en province, veut faire le bonheur de la jeune fille. Il ne tarde pas à la prendre sous sa protection, allant même jusqu’à l’adopter et à l’installer dans son château. Eléonore, de son côté, est amoureuse de Robinson, prestidigitateur au cabaret "le fétichiste". Cet estaminet borgne est tenu par un certain Renaud Duraquet, arriviste sans scrupules, et mêlé à différents trafics. Une série de crimes odieux, perpétrés sur des jeunes femmes, fait rapidement porter les soupçons du juge sur Robinson, lequel fut compromis jadis dans un mauvais coup, lui ayant valu plusieurs mois de prison. Le juge, collectionneur de pièces à conviction, a lui aussi sa part d’ombre. A la faveur d’un miroir sans tain, installé entre sa chambre et celle d’Eléonore, il l’observe chaque soir lorsqu’elle fait sa toilette à l’endroit de son bras manquant. Eléonore aurait-elle trouvé refuge et protection chez un dangereux maniaque ?

notes de production

Roland Topor est malheureusement mort après avoir terminé le scénario et n’a jamais vu le film achevé. Son fils, Nicolas Topor, est lui présent dans le film.

Avec Ni à vendre, ni à louer, Crédit pour tous et L’Orpheline avec en plus un bras en moins sortis en 2011, Dominique Pinon prouve une nouvelle fois son amour pour les films décalés à petit budget.

Jouer une manchote a demandé beaucoup de préparation à Noémie Merlant. Elle a regardé des vidéos sur les manchots et s’est entraînée à cacher son bras pour que les gens la pensent infirme. Une fois le tournage commencé, jouer le bras attaché s’est révélé très compliqué : c’était affreusement douloureux et à la fin de la journée, je ne sentais plus mon bras. Je stressais énormément et je me demandais comment j’allais faire pour tenir deux mois. Finalement on a réussi à trouver une solution grâce à une gaine pour que ce soit plus supportable, confie la jeune actrice.

L’Orpheline avec en plus un bras en moins est le premier film où Noémie Merlant interprète le rôle-titre. Elle décrit cette expérience intimidante : c’est un peu impressionnant et intimidant mais j’ai eu le temps de m’y préparer. J’ai su que j’allais faire partie du film des mois après ma première rencontre avec Jacques et les premiers essais. Psychologiquement, j’ai eu le temps de m’y faire. Et puis les acteurs ont tous été adorables avec moi et me rassuraient chaque jour.

Une fois le scénario terminé, financer le film a été très compliqué pour son réalisateur. En effet, L’Orpheline avec en plus un bras en moins est très étrange et a donc quelque peu rebuté les producteurs, comme Jacques Richard nous l’explique : le film, qui ne ressemble à rien de ce qui se produit aujourd’hui en France a donc mis quatorze ans à voir le jour, aucun producteur, distributeur, ni chaînes ne voulant me suivre. Heureusement la région Bourgogne a choisi d’aider le film et on a pu le tourner quasi entièrement entre Beaune et Chalon-sur-Saône. On a eu la chance de trouver de très beaux décors favorisant le rêve et le fantasme.
Ce n’est pas la première fois que le réalisateur rencontre ce genre de problèmes, puisqu’il avait produit par lui-même un de ses films, Le Fantôme d’Henri Langlois.

Depuis 1975, Jacques Richard a réalisé 84 films, longs et courts, pour le cinéma et la télévision, dont de nombreux documentaires.

Eléonore est interprétée par Noémie Merlant. Née le 27 novembre 1988 à Paris, elle a grandi à Nantes avec ses parents. A 17 ans, après avoir obtenu son bac, elle revient à Paris. Après quelques années de mannequinat, elle participe au stage d’entrée du célèbre Cours Florent et décide de devenir actrice. Après deux ans de cours, elle répond à une annonce et devient l’orpheline de Jacques Richard.

A noter la présence au générique de Florence Rey (1) qui avait défrayé la chronique avec Audry Maupin en 1994 lors d’une tentative de braquage et une fusillade qui firent quelques morts.
(1) Libérée en 2009, elle est la compagne de Jacques Richard.

Propos de Jacques Richard
J’avais envie de travailler avec Roland Topor depuis longtemps, j’adore Le Locataire de Polanski, film que j’ai dû voir une bonne dizaine de fois et qui est tiré d’un roman de Topor intitulé Le Locataire chimérique, un univers à la lisière de la réalité et du fantasme. Je suis donc allé le voir avec une idée de départ : raconter l’histoire d’un collectionneur et d’un manchot. L’idée l’a immédiatement beaucoup amusé, mais il m’a proposé de remplacer le manchot par une manchote ! Nos univers imaginaires étaient assez voisins, et avec l’aide de cigares et de bons vins, on a joué au ping-pong avec nos idées respectives dans un vrai bonheur de création et dans de grands rires tonitruants...
http://www.cinemovies.fr/fiche_info-22604-prod.html

Entretien avec Noémie Merlant
Vous n’aviez jamais vraiment tourné avant "L’Orpheline". Quel effet cela fait de se retrouver tout d’un coup premier rôle d’un film avec un tel casting ?
C’est un peu impressionnant et intimidant mais j’ai eu le temps de m’y préparer. J’ai su que j’allais faire partie du film des mois après ma première rencontre avec Jacques et les premiers essais. Psychologiquement, j’ai eu le temps de m’y faire. Et puis les acteurs ont tous été adorables avec moi et me rassuraient chaque jour. Jacques aussi a été formidable. C’est un réalisateur très ouvert, très à l’écoute qui permet aux acteurs d’avoir une certaine liberté tout en les amenant où il veut. C’est un dosage parfait qui m’a permis de prendre confiance en moi. J’avais très peur avant de tourner de ne pas être à la hauteur et d’obliger l’équipe à refaire plusieurs fois la même prise. En plus, je me souviens que la première scène que je devais jouer était celle avec Melvil dans la baignoire. C’était un peu effrayant mais heureusement, l’ambiance sur le plateau était absolument géniale, détendue et l’entente au sein de l’équipe était incroyable. Tout ça m’a permis de ne pas stresser et de foncer...
http://www.cinemovies.fr/fiche_info-22604-prod.html

Jacques Richard
Né le 31 mars 1954 à Angers.
Débute sa carrière en devenant l’assistant d’Henri Langlois à la Cinémathèque française...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Richard_%28r%C3%A9alisateur%29

Roland Topor
Né à Paris le 7 janvier 1938 à Paris et décédé le 16 avril 1997.
Étudiant aux Beaux-Arts de Paris, Topor collabore au journal Hara-kiri dont il partage le culte de l’humour noir...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Topor

Béatrice Thiriet
Née à Paris le 4 mai 1960.
Découverte au cinéma par Pascale Ferran, elle écrit la musique de Petits arrangements avec les morts...
http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_Thiriet

Jean-Claude Dreyfus
Né le 18 février 1946 à Paris.
Après avoir fréquenté l’univers de Jean-Pierre Jeunet, il incarne le Duc d’Orléans dans L’Anglaise et le duc d’Éric Rohmer, qui lui offre un premier rôle sur grand écran...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Dreyfus

Dominique Pinon
Né le 4 mars 1955 à Saumur.
il s’impose comme une gueule de cinéma dans de nombreux seconds rôles...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Pinon

Melvil Poupaud
Né le 26 janvier 1973 à Paris.
Débute dans le cinéma à l’âge de dix ans avec Raoul Ruiz...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Melvil_Poupaud

Noémie Merlant
Née à Paris le 27 novembre 1988.
Suit une formation de comédienne au Cours Florent et parle couramment l’anglais...
http://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%A9mie_Merlant

Caroline Loeb
Née le 5 octobre 1955 à Neuilly-sur-Seine.
Actrice, animatrice radio, chanteuse, metteuse en scène et auteure française...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_Loeb

Pasquale D’Inca
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=220890.html

Elodie Hachet
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=507092.html

Fabrice Carlier
http://www.toutlecine.com/star/biographie/0025/00258226-fabrice-carlier.html

Mariame N’Diaye
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=9252
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=192735.html
http://www.cinemotions.com/modules/Artistes/fiche/483598/Mariame-N-Diaye.html

extrait(s) de presse

L'Humanité - Il ne manque plus que Francis Blanche pour peaufiner une belle distribution...
Télérama - Film inclassable, curiosité baroque à l'humour noir déjanté...
Le Monde - "L'Orpheline avec en plus un bras en moins" : étrange mais pas inquiétant...
Cinéma fantastique - Cette "Orpheline avec en plus un bras en moins" s’avère une expérience plaisante pour le spectateur, contaminé par la folie douce des personnages et la légèreté de l’ensemble...
Abus de ciné - Les dix dernières minutes du film, complètement surréalistes (on est entre "Frankenstein" et "Kill Bill"), sont des instants de pure comédie...
Tout le ciné - Au royaume du loufoque, de l'humour noir et du gore stylisé, une jeune fille manchotte trouve refuge chez un juge inquiétant et s'amourache d'un magicien facétieux. Un thriller foutoir et je-m'en-foutiste...
Comme au cinéma - C’est un film beau et drôle, délirant et poétique. Il m’évoque à la fois Tod Browning et Jodorowski, les mélodrames muets et les pièces horrifiques du Grand-Guignol. En prime, c’est drôle...