Oh my god ! - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Oh my god !

Oh my god !

Hysteria
Gb - 2011 - 1h39
film - version originale sous-titrée en français
de

Tanya Wexler

scénario : Stephen Dyer, Jonah Lisa Dyer
direction de la photographie : Sean Bobbitt
musique ou chansons : Gast Waltzing
avec : Maggie Gyllenhaal (Charlotte Dalrymple), Hugh Dancy (Mortimer Granville), Jonathan Pryce (Dr. Robert Dalrymple), Rupert Everett (Edmund St John-Smythe), Ashley Jensen (Fannie), Felicity Jones (Emily Dalrymple), Sheridan Smith (Molly)
séances : semaine du mercredi 25 juillet 2012
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
19:55
18:00
21:45
19:55
18:00
21:45
14:30
18:45
19:55
18:00*
21:45*
séance spéciale :
* dernière séance mardi 31 juillet à 21h45

synopsis

Dans l’Angleterre Victorienne, Mortimer Granville, jeune et séduisant médecin entre au service du Dr. Dalrymple, spécialiste de l’hystérie féminine. Le traitement préconisé est simple mais d’une redoutable efficacité : donner du plaisir pour soulager les troubles ! Le docteur Mortimer y met toute sa ferveur mais bientôt une vilaine crampe à la main l’empêche de pratiquer… Avec la complicité de son meilleur ami, un passionné de nouvelles technologies, il met au point un objet révolutionnaire : le premier vibromasseur…

notes de production

La comédie sur l’invention du vibromasseur Oh my god ! est le troisième long-métrage de la jeune psychologue et réalisatrice américaine Tanya Wexler, après deux drames : Finding north (1998) et Ball in the house (2001).

Les rôles à fort caractère sexuel n’ont jamais effrayé l’actrice Maggie Gyllenhaal. Très remarquée par son interprétation dans La Secrétaire où elle incarnait le rôle-titre d’une femme qui succombait aux plaisirs de la domination, elle a accepté ensuite de participer à Sherrybaby (1) dans lequel elle jouait une jeune mère tout juste sortie de prison, qui n’hésitait pas à rendre des services sexuels pour parvenir à ses fins. Dans les deux occasions, elle a été nommée aux Golden Globes de la meilleure actrice. Il faut espérer que cette histoire sur l’invention du vibromasseur lui réserve le même sort...
(1) La Secrétaire (Secretary, 2002) de Steven Shainberg, avec James Spader, Lesley Ann Warren... et Sherrybaby (2006) de Laurie Collyer...
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=47341.html
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109798.html

Maggie Gyllenhaal, qui interprète la très libérale Charlotte, raconte qu’elle ne s’est pas inquiétée de construire un personnage fidèle à l’époque historique, mais tout simplement une femme avec un côté animal, pleine de vie sexuelle. Franchement, je ne sais pas comment Charlotte aurait pu survivre à cette époque-là !, avoue l’actrice. Pour elle, l’intention de toute l’équipe était de réussir une comédie avant de réussir une fresque de l’Angleterre des années 1880.

Tanya Wexler raconte avoir eu beaucoup de difficultés à présenter le thème de son film, notamment aux jeunes actrices qui passaient les tests de casting. Même sur la route vers Londres, pour le tournage de Oh my god !, la réalisatrice a été fouillée à l’aéroport à cause des trois dizaines de vibromasseurs dans son sac, prévus pour être distribués parmi l’équipe... Elle plaisante : c’est beaucoup plus subversif de faire un film sur le vibromasseur qu’un porno sur internet !

Alors qu’en 1880, la thérapie prescrite contre l’hystérie consistait en des séances de massage à l’intérieur du sexe féminin, la cinéaste Tanya Wexler se demandait comment obtenir des acteurs un effet réaliste. C’est Hugh Dancy, interprétant le médecin, qui a trouvé l’idée de placer des sacs remplis de sable entre les jambes des actrices allongées sur un divan. Le résultat a été tellement satisfaisant que Hugh Dancy avait les mains blessées par le frottement répété avec le sable.

Pour la réalisatrice américaine Tanya Wexler, l’humour très britannique de Oh my god ! est créé par le contraste entre les mœurs conservatrices de l’Angleterre victorienne et le fait qu’une découverte scientifique, à caractère très sérieux, puisse avoir une connotation sexuelle : tous croyaient aveuglement qu’il s’agissait d’un engin purement médical, et c’est bien pour cela qu’il a pu être inventé... Par ailleurs, elle se félicite de sa trouvaille : je me disais que si je devais réaliser un seul film pendant toute ma vie, il fallait que ce soit un film sur l’histoire du vibromasseur !

La fin 2011 marque la sortie à l’écran de deux films sur l’hystérie, cette ancienne maladie féminine, rayée de la liste des psychopathologies en Angleterre depuis 1952. Alors que A Dangerous method, de David Cronenberg (2), se penche sur le thème avec sérieux et rigueur historique, Oh my god ! de Tanya Wexler préfère l’aboutissant comique de la même histoire.
(2)

Oh my god ! a été sélectionné aux très prestigieux Festivals Internationaux de Rome et de Toronto 2011. Par ailleurs, la bande annonce du film a été la plus téléchargée sur le site du festival canadien.

Tanya Wexler fréquente le milieu du cinéma depuis son plus jeune âge, lorsqu’elle suivait le travail de son oncle Haskell Wexler, l’un des plus grands directeurs de la photographie aux Etats-Unis, nommé cinq fois aux Oscars et récompensé deux fois (avec En route pour la gloire et Qui a peur de Virginia Woolf ? (3).
(3) En route pour la gloire (Bound for Glory, 1976) de Hal Ashby avec David Carradine, Ronny Cox ; Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who’s afraid of Virginia Woolf ?, 1966) de Mike Nichols avec Elizabeth Taylor et Richard Burton.
http://fr.wikipedia.org/wiki/En_route_pour_la_gloire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Qui_a_peur_de_Virginia_Woolf_%3F_%28film%29

Entretien avec Tanya Wexler
Avant le cinéma, vous avez fait des études de psychologie. Votre intérêt pour l’hystérie et le plaisir féminin vient-il de là ?
Pour être sincère, je crois que mon intérêt par le plaisir féminin vient du fait que je suis une femme ! La productrice Tracey Becker, qui est une très bonne amie, est venue me parler d’un projet. Je lui ai demandé de quoi il s’agissait, et elle m’a répondu : « C’est sur l’invention du vibromasseur dans l’Angleterre victorienne », et j’ai tout de suite dit : « C’est bon, je le fais ! ». Rien que l’idée me faisait rigoler, je sentais que j’avais un penchant naturel pour ce projet...
http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18609418.html

Tanya Wexler
Née le 5 août 1970 à Chicago.
http://www.toutlecine.com/star/biographie/0024/00244732-tanya-wexler.html

Stephen Dyer
Né le 10 mai 1965 à Dallas.
http://www.imdb.fr/name/nm0245791/

Jonah Lisa Dyer
Née le 25 septembre 1970 à Fort Worth (Texas).
http://www.imdb.fr/name/nm3463116/

Sean Bobbitt
Né le 29 novembre 1958 à Corpus Christi (Texas).
http://www.imdb.fr/name/nm0090312/
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=75299.html
http://www.commeaucinema.com/personne/sean-bobbitt,63538

Gast Waltzing
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=169046.html

Maggie Gyllenhaal
Née Maggie Gyllenhaal le 16 novembre 1977 à New York.
Apparaît dans ses premiers rôles dans les films réalisés par son père (Stephen Gyllenhaal)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maggie_Gyllenhaal

Hugh Dancy
Né le 19 juin 1975 à Stoke-on-Trent (Royaume-Uni).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugh_Dancy

Jonathan Pryce
Né le 1er juin 1947 à Holywell (Pays de Galles).
Rendu célèbre grâce à son rôle dans Brazil de Terry Gilliam...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jonathan_Pryce

Rupert Everett
Né le 29 mai 1959 dans le Norfolk (Royaume-Uni).
A vécu à Paris, parle couramment le français et a tenu le rôle de Sherlock holmes dans Sherlock Holmes and the case of the silk stocking), de Simon Cellan Jones (Tv, 2004).

Ashley Jensen
Née le 11 août 1969 à Annan, Dumfries and Galloway (Écosse).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ashley_Jensen

Felicity Jones
Née à Birmingham le 18 janvier 1984.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Felicity_Jones

Sheridan Smith
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=139827.html

extrait(s) de presse

Ecran large - "Oh my god !" s'intéresse d'abord à la condition de la femme et à son émancipation...
Le Point - Un film original, efficace, qui a le bon goût d'éviter la vulgarité...
L'Humanité - Ne boudons pas le plaisir.
Positif - Comédie aux décors habiles, de structure résolument conventionnelle, bien rythmée et bien interprétée...
Excessif - "Oh my god !" recèle quelques moments croustillants...
Le Monde - "Oh my god !" procure néanmoins, à l'instar de l'accessoire phallique, un plaisir qu'on ne boudera pas...
Critikat - "Oh my god !" navigue dans des eaux troubles où sexe, argent et progrès sociaux ont partie liée...
Hollywood and co - Le scénario de Stephen Dyer et Jonah Liser Dyer ne manque pas d'humour, mêlant le flegme anglais avec la drôlerie du sujet...