Le Policier - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Le Policier

Le Policier

Hashoter
Israël - 2011 - 1h45
Prix spécial du jury international Locarno 2011
film - version originale sous-titrée en français
de

Nadav Lapid

scénario : Nadav Lapid
direction de la photographie : Shai Goldman
avec : Yiftach Klein (Yaron), Yaara Pelzig (Shira), Michael Moshonov (Oded), Menashe Noy (Michaël), Michael Aloni (Nathanaël), Gal Hoyberger (Ariel), Meital Barda (Nili), Shaul Mizrahi (Hila)
séances : semaine du mercredi 18 juillet 2012
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
21:40
18:00
19:50
21:40
14:30
18:00
19:50*
séance spéciale :
* dernière séance mardi 24 juillet à 19h50

synopsis

Yaron se trouve au cœur d’un groupe de policiers d’élite, appartenant à une unité anti-terroriste israélienne. Ses compagnons et lui sont l’arme, le fusil pointé par l’Etat sur ses adversaires, « l’ennemi arabe ». Yaron adore l’unité, la camaraderie masculine, son corps musclé, sa beauté. Yaron est très excité, sa femme, enceinte est sur le point d’accoucher ; il pourrait devenir père d’un moment à l’autre. Sa rencontre avec un groupe peu commun, violent, radical, le confrontera à la guerre des classes israélienne et à celle qu’il livre à l’intérieur de lui-même...

notes de production

Era Lapid, la chef monteuse du film, n’est autre que la mère du réalisateur et scénariste Nadav Lapid.

Le Policier a remporté le Prix spécial du jury international du festival de Locarno 2011, les Prix du scénario, de l’image et du Meilleur premier film lors du festival de Jérusalem 2011, ainsi que le Prix du jury du festival des 3 continents de Nantes la mêma année.

Depuis quelques années, le cinéma israélien connaît un essor sans précédent. Au point que la présence de longs-métrages made in Israël dans les salles obscures de l’Hexagone n’est plus une surprise. Très souvent encensés, et appartenant à des genres divers, ces films témoignent de l’embellie de ce cinéma qui a mis un certain temps à émerger. Parmi ses récents succès, citons : Odessa... Odessa ! (2004), Valse avec Bachir (2008), Precious life (2010), Une bouteille à la mer (2011) ou encore Footnote (id.).

Le Policier est le premier film réalisé par le metteur en scène israélien Nadav Lapid, à qui l’on doit également deux courts métrages, Proyect gvul (2004) et Kvish (2005), ainsi qu’un moyen métrage intitulé La Petite amie d’Emile (2006).
Le comédien Yiftach Klein et le réalisateur Nadav Lapid ont déjà collaboré ensemble sur le moyen métrage La Petite amie d’Emile.

La danse qu’exécute Yaron devant sa femme n’était, à l’origine, pas prévue au scénario. Une fois l’idée lancée, le comédien a dû répéter ses pas de danse pendant plusieurs jours.

Alors que, depuis une dizaine d’années, la majorité des films politiques israéliens sont centrés sur le conflit israélo-palestinien, Le Policier, lui, se penche sur un conflit social plutôt méconnu à l’international, celui entre les classes au sein même de la population israélienne : à cette époque (2005), la fracture sociale en Israël était complètement absente des médias : dans l’art, le cinéma, surtout dans la fiction, elle était masquée par le conflit israélo-palestinien. Je voulais porter à l’écran ce conflit caché, et j’ai voulu confronter cette cohésion artificielle à un groupe radical qui va essayer de passer outre le tabou de l’unité, explique le cinéaste Nadav Lapid.

Entretien avec Nadav Lapid
Dans "Le Policier", vous ne filmez pas le conflit israélo-palestinien, mais les ambivalences de la société israélienne. Pourquoi ?
À l’étranger, on a souvent une image idéalisée de ce qui se passe en Israël et les films de mon pays n’y sont pas pour rien… Les Israéliens ne passent pas leur journée à parler de l’Etat Palestinien. De façon assez tragique, pour la majorité d’entre eux, le conflit appartient au passé. Ils éprouvent une profonde lassitude et ne veulent plus en entendre parler. Une idée terriblement basique s’est imposée : le camp palestinien est une bonne fois pour toutes celui des méchants. Il n’y a plus de place pour la nuance : les gens du Hamas, ceux de l’Autorité Palestinienne ou le vendeur de légumes sont tous mis dans le même sac...
http://www.evene.fr/cinema/actualite/nadav-lapid-le-policier-a-fait-l-objet-d-une-censure-891877.php

Nadav Lapid
Né en 1975 à Tel Aviv.
Commence sa carrière dans le journalisme...
http://www.toutlecine.com/star/biographie/0006/00062502-nadav-lapid.html

Shai Goldman
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=193807.html

extrait(s) de presse

Le Monde - Israël apparaît comme une sorte de Far West où les dominants asphyxient jusqu'à leur faire rendre gorge les plus faibles, ce qui inclut bien entendu les Palestiniens...
Les Inrocks - Le cinéma israélien se porte aussi bien que le pays va mal...
Le Point - Un premier film impressionnant et la révélation d'un cinéaste à suivre de près.
Libération - Un premier film qui tire, au gros calibre, un portrait polémique de la société israélienne...
Positif - Lapid, dans un style sec et précis, réalise un thriller politique battant en brèche le mythe de la cohésion nationale israélienne...
Télérama - "Le Policier" dévoile cet Israël-là, acculé dans une impasse, entre haine de l'autre et dégoût de soi.
Chronic'art - Nadav Lapid opte pour un non-polar...
La Croix - Le film a provoqué une vive polémique en Israël...