La Vida útil - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Vida útil

La Vida útil

Espagne, Uruguay - 2011 - 1h07
film - version originale sous-titrée en français
de

Federico Veiroj

scénario : Federico Veiroj, Gonzalo Delgado, Arauco Hernández Holz, Inés Bortagaray
direction de la photographie : Arauco Hernández Holz
musique ou chansons : Leo Masliah, Macunaima, Eduardo Fabini
avec : Paola Venditto (Paola), Jorge Jellinek (Jorge), Manuel Martinez Carril (Martínez)
séances : semaine du mercredi 30 mai 2012
mercredi 30 jeudi 31 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
20:20
20:20
20:20
17:15
20:20
20:20

synopsis

Jorge travaille à la Cinémathèque uruguayenne depuis 25 ans et vit encore chez ses parents. Plus qu’une passion, le cinéma est sa vie. Mais le jour où la Cinémathèque rencontre quelques difficultés financières remettant en cause son activité, Jorge reconsidère sa vie et ose entreprendre une curieuse aventure...

notes de production

Dans son film, La Vida útil, le cinéaste Federico Veiroj parle d’un endroit qu’il connaît bien, à savoir la Cinemateca Uruguaya. Selon lui, son film parle de son univers : le cinéma ! Le réalisateur ajoute avoir travaillé dans d’autres cinémathèques, en Espagne, mais aussi dans des établissements abritant des archives cinématographiques.

Bien que Federico Veiroj précise que son film ne ressemble en rien à un documentaire sur la cinémathèque uruguayenne, force est de constater que le réalisme tient une part importante dans La vida útil, dont les protagonistes ont réellement travaillé à la cinémathèque !

Le réalisateur a tenu à tourner son film en noir et blanc afin de rendre hommage au cinéma. Il s’explique : cela peut être interprété comme un hommage à la manière dont on travaillait autrefois. Pouvez-vous imaginer cette histoire en Cinemascope ou en couleurs ? Non ! Cette histoire était faite pour le format carré et le noir et blanc.
Il poursuit dans sa lancée, allant jusqu’à dire que son personnage principal, Jorge, est foncièrement en noir et blanc : si vous rencontriez Jorge dans la vie réelle, vous vous rendriez compte que c’est un homme en noir et blanc.... Le cinéma, un état d’esprit !

Le réalisateur Federico Veiroj parle du fait que son film soit un diptyque : tandis que la première partie est centrée sur le quotidien du personnage, la seconde développe d’autres enjeux. Le protagoniste a perdu son travail, une seconde vie s’offre à lui, il doit se réinventer. Le cinéaste compare cela à un désir Don Quichottien de vivre son propre film.

En plus d’avoir été le représentant officiel de l’Uruguay en 2010 pour les Oscars, le film a remporté de nombreux prix et de nombreuses mentions spéciales, au Festival international du film de La Roche-sur-Yon, au Festival du film de la Havane ou encore au Festival international du cinéma indépendant de Buenos Aires.

Federico Veiroj
Né à Montevideo en 1976.
http://www.quinzaine-realisateurs.com/federico-veiroj-r10156.html
http://www.cine.orange.fr/star/federico-veiroj/biographie

extrait(s) de presse

Le Monde - "La Vida util" dispense une belle fraîcheur...
L'Humanité - Une œuvre quasiment tautologique...
Libération - Federico Veiroj scrute le dernier souffle d’une cinémathèque à Montevideo en séries de vignettes ironiques...
Critikat - L’on ne demande rien de mieux qu’à voir un peu plus de ce cinéma uruguayen trop rarement projeté dans nos contrées.
Le Point - "La Vda útil", avec son humour absurde et sa tristesse pudique, rappelle parfois l'univers du Finlandais Aki Kaurismaki. À découvrir.
Les Inrocks - "La Vida útil" est un pur objet fétichiste où les pensionnaires de la Cinémathèque française se retrouveront comme chez eux dans la description énamourée des rituels du lieu...
Positif - Ce deuxième film de Federico Veiroj (...) donne finalement le sentiment d'être davantage destiné aux circuits des compétitions festivalières qu'à une sortie en salles.
Sens critique - Federico Veiroj manipule le langage du cinéma classique avec une dextérité mesurée pour faire un hommage sincère et exquis à cette manière de plus en plus précaire de vivre sa vie...