la horde sauvage - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la horde sauvage

la horde sauvage

The Wild bunch
Usa - 1969 - 2h25
sorti en France le 17 octobre 1969
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Sam Peckinpah

scénario : Walon Green, Sam Peckinpah
d'après l'oeuvre de : Walon Green, Roy N. Sickner
direction de la photographie : Lucien Ballard
musique ou chansons : Jerry Fielding
avec : William Holden (Pike Bishop), Ernest Borgnine (Dutch Engstrom), Robert Ryan (Deke Thornton), Edmond O'Brien (Sykes), Warren Oates (Lyle Gorch), Ben Johnson (Tector Gorch), Jaime Sanchez (Angel), Emilio Fernandez (General Mapache), Strother Martin (Coffer), L.Q. Jones (T.C. ), Bo Hopkins (Clarence 'Crazy' Lee)
séances : semaine du mercredi 16 mai 2012
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
18:00*
séance spéciale :
* Ciné nostalgie tarif unique 3.5 €

synopsis

1913. Déguisés en soldats, Pike Bishop et sa bande de hors-la-loi cherchent à s'emparer de la paie des ouvriers du chemin de fer. Mais un piège leur est tendu par Deke Thornton, un ancien compagnon d'arme de Pike. Pour se refaire de leur coup raté, Pike et ses hommes s'allient alors avec un chef mexicain, Mapache, pour attaquer un convoi d'armes de l'armée américaine. Mais Deke est à leurs trousses ; il a 30 jours pour les rattraper et éviter ainsi de retourner en prison...

notes de production

La Horde sauvage est la réponse du cinéma américain au western italien. Sam Peckinpah a voulu pousser encore plus loin le pari des spaghetti-westerns en donnant à son film une violence rarissime.
Je veux que le spectateur ressente de la manière la plus forte, la plus terrible possible, la violence cataclysmique, irresponsable qui peut s’emparer de l’homme.
L’auteur de l’histoire dont est tité le scénario, Roy N. Sickner, est d’ailleurs un spécialiste en la matière puisqu’il fonda l’Association des cascadeurs d’Hollywood.
A noter que Peckinpah utilisa 90 000 cartouches à blanc au cours de la bataille finale. Dans le genre, un record !
Images et loisirs

Parmi les acteurs fétiches de Sam Peckinpah figurent James Coburn, qui tourna à trois reprises dans Major Dundee, Pat Garrett et Billy le Kid et Croix de fer sous la direction du cinéaste, et Warren Oates qui s’illustra dans quatre de ses films : Coups de feu dans la sierra, Major Dundee, La Horde sauvage et Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia. Quant à L.Q. Jones, il jouera dans les 3 derniers films cités et dans Pat Garrett et Billy le Kid et Un nommé Cable Hogue. Il sera également au générique de Casino de Martin Scorsese, et de The Last show de Robert Altman.

Après Major Dundee (1965), Sam Peckinpah fut mis pendant trois ans à l’écart par les studios américains. Renvoyé du tournage du Le Kid de Cincinnati, dont il avait commencé le tournage en noir et blanc, il y rencontre néanmoins Steve McQueen. Ils tourneront plus tard plusieurs films ensemble. Le Kid de Cincinnati est finalement réalisé par Norman Jewison en 1965.
Peckinpah écrit alors le scénario de Pancho Villa, mais il le vend à la Paramount. Le film sera finalement réalisé en 1968 par Buzz Kulik, avec Yul Brynner, Robert Mitchum et Charles Bronson, retrouvant un univers mexicain proche de celui de La Horde sauvage.

La Horde sauvage est la réponse du cinéma américain au western spaghetti. Sam Peckinpah a donné à son film une violence extrême et rarissime pour l’époque. Je veux que le spectateur ressente de la manière la plus forte, la plus terrible possible, la violence cataclysmique, irresponsable qui peut s’emparer de l’homme, déclarait le cinéaste. J’ai fait ce film parce que j’étais très en colère contre toute une mythologie hollywoodienne, contre une certaine manière de présenter les hors-la-loi, les criminels, contre un romantisme de la violence (...). C’est un film sur la mauvaise conscience de l’Amérique. Dans cette quatrième oeuvre, le cinéaste poursuit ainsi, d’une manière radicale, son attaque farouche des mythes traditionnels du western. Il est aussi une dénonciation implacable de la barbarie des hommes, tandis qu’au Vietnam la guerre fait rage.

Avant d’échoir à William Holden, le rôle de Pike Bishop fut proposé à Lee Marvin, Burt Lancaster, James Stewart, Charlton Heston, Gregory Peck, Sterling Hayden, Richard Boone et Robert Mitchum, qui ont tous refusé. Sur le tournage, Peckinpah et Holden se sont entendus à merveille, ce dernier rappelant à Peckinpah les attitudes de son père.
Ernest Borgnine boitait réellement pendant le tournage au Mexique. S’étant cassé la jambe pendant le tournage du Le Crime c’est notre business (1968) de Gordon Flemyng, où il tournait déjà aux cotés de Warren Oates), il devait porter un plâtre.

Le co-auteur de l’histoire (avec Walon Green) dont est tiré le scénario, Roy N. Sickner, dirige aussi l’équipe des cascades. Il a fondé l’Association des Cascadeurs de Hollywood.

Les acteurs principaux avaient chacun sept costumes identiques. Tous ont été détruits pendant le tournage. 90 000 cartouches à blanc ont été utilisées au cours de la bataille finale. Cette scène a nécessité 12 jours sur les 81 qu’a duré le tournage complet du film.
Le vol du train n’était pas dans le scénario. Toutes les scènes s’y rapportant ont été improvisées, sur une seule journée.
La dernière scène à être tournée fut l’explosion du pont sur la rivière Nazas (qui se substituait à l’occasion au Rio Bravo). Elle nécessita 5 cascadeurs, six caméras, une seule prise.

D’après le monteur, Lou Lombardo, la version originale contient 3 643 coupes, ce qui était alors le plus grand nombre de coupes pour un film Technicolor. Certaines de ces coupes, subliminales, sont imperceptibles à l’oeil nu. Cette première version du film de Sam Peckinpah dure alors 2h31. Après des réactions trop passionnées, le montage est ramené à une version de 2h25. Peckinpah retire le troisième flashback consacré au meurtre de la femme mariée dont Pike était l’amant. Le film se retrouve ainsi distribué dans 300 salles sur le territoire américain, mais les entrées sont décevantes et les producteurs de la Warner procèdent à un nouveau montage (sans Sam Peckinpah, alors en vacances) qui ramène le film à une durée de 134 minutes. Ainsi, les copies en distribution se retrouvent souvent différentes les unes des autres. Les scènes de violence restèrent cependant identiques dans les différentes versions. En Europe, la version distribuée fut la version complète du film.
Peckinpah rentra en conflit permanent avec les producteurs pur le montage final de ses films (son Major Dundee avait déjà dû subir une coupe de 36mn, passant de 2h40 à 2h04).
La Horde sauvage sera restauré dans sa version originale, voulue par Sam Peckinpah, en 1995.

Petits détails
La mitrailleuse offerte par les aventuriers à Mapache est une Browning 1917 refroidie par eau (arme qui n’existait pas en 1913). Le type de mitrailleuse offerte aurait dû être une Lewis refroidie par air, ou une Colt Potato Digger. De surcroit, la voiture du général est postérieure à 1917.
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Horde_sauvage

La Horde sauvage a reçu deux nominations à l’Oscar 1970 : Meilleure musique pour Jerry Fielding, Meilleure histoire et scénario pour Jerry Fielding, Sam Peckinpah et Roy N. Sickner. De plus, Lucien Ballard reçut le prix du meilleur directeur photo aux National Society of Film Critics Awards en 1970.

Tony Scott (1) pourrait prochainement se pencher sur un remake de La Horde sauvage.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Scott

The Wild bunch
- groupe de hors-la-loi aussi connu sous le nom de gang Doolin-Dalton
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wild_Bunch
- nom de la bande à laquelle appartenait Butch Cassidy
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wild_Bunch_%28Butch_Cassidy%29
- collectif musical de rap de Bristol du début des années 90 (composé des membres de Massive attack)

Sam Peckinpah
voir fiche du film Les Chiens de paille
http://www.citebd.org/spip.php?article11&id_film=724&alpha=3&a=2012&m=4

Walon Green
Né le 15 décembre 1936 à Baltimore.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walon_Green

Lucien Ballard
voir fiche du film Prince Vaillant
http://www.citebd.org/spip.php?article11&id_film=553&alpha=16&a=2012&m=4

Jerry Fielding
voir fiche du film Les Chiens de paille
http://www.citebd.org/spip.php?article11&id_film=724&alpha=3&a=2012&m=4

William Holden
voir fiche du film Network, main basse sur la tv
http://www.citebd.org/spip.php?article11&id_film=612&alpha=14&a=2012&m=4

Ernest Borgnine
Né Ermes Effron Borgnino le 24 janvier 1917 à Hamden (Connecticut).
Oscar du meilleur acteur en 1955 dans Marty de Delbert Mann...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Borgnine

Robert Ryan
Né le 11 novembre 1909 à Chicago, décédé le 11 juillet 1973 à New York.
Repéré par Jean Renoir qui l’engage dans La Femme sur la plage...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Ryan_%28acteur%29

Edmond O’Brien
Né le 10 septembre 1915 à New York, décédé le 9 mai 1985 à Inglewood (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edmond_O%27Brien

Warren Oates
voir fiche du film La Balade sauvage
http://www.citebd.org/spip.php?article11&id_film=711&alpha=2&a=2012&m=4

Ben Johnson
Né le 13 juin 1918 à Shidler (Oklahoma), décédé le 8 avril 1996 à Mesa (Arizona).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ben_Johnson_%28acteur%29

Emilio Fernandez
Né Emilio Fernández Romo le 26 mars 1904 à Hondo (Mexique), décédé le 6 août 1986 à Mexico.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Emilio_Fern%C3%A1ndez

Strother Martin
Né le 26 mars 1919 à Kokomo (Indiana), décédé le 1er août 1980 à Thousand Oaks (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Strother_Martin

L.Q. Jones
Né le 19 août 1927 à Beaumont (Texas).
http://fr.wikipedia.org/wiki/L.Q._Jones

Bo Hopkins
Né à Greenville le 2 février 1942.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bo_Hopkins

extrait(s) de presse

Dvd classik - Si "La Horde sauvage" est aujourd’hui considéré à juste titre comme un classique, se souvient-on du tollé critique qui l’a accueilli lors de sa sortie ?
Citizen poulpe - Le constat, à l’image de la mise en scène de Peckinpah, n’a pas pris une ride...
Ciné-club de Caen - Avec "La Horde sauvage", Sam Peckinpah souhaitait détruire toute trace de romantisme dans le western...
Critikat - "La Horde sauvage" est sans doute le western crépusculaire par excellence...
Ecran large - "La Horde sauvage" coïncide avec une impressionnante montée en puissance tant esthétique que thématique de la griffe Peckinpah...
Chroniscope - "La Horde sauvage" est d'abord un film fascinant et surprenant à plus d'un titre...
Les Inrocks - Longtemps décriée, l’œuvre de Peckinpah, profondément désabusée et apocalyptique, repose aujourd’hui sur un piédestal. Ce n’est que justice.
aVoir-aLire - "La Horde sauvage" est indéniablement un chef d’oeuvre du néo-western...