En secret - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > En secret

En secret

Circumstance
Iran, Usa - 2011 - 1h45
Prix du public Sundance 2011 Prix du meilleur talent émergent Rome 2011
film - version originale sous-titrée en français
de

Maryam Keshavarz

scénario : Maryam Keshavarz
direction de la photographie : Brian Rigney Hubbard
musique ou chansons : Gingger Shankar
avec : Nikohl Boosheri (Atefeh Hakimi), Sarah Kazemy (Shirin Arshadi), Reza Sixo Safai (Mehran Hakimi), Soheil Parsa (Firouz Hakimi), Nasrin Pakkho (Azar Hakimi)
séances : semaine du mercredi 23 mai 2012
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
21:00
18:00
21:35
19:35
18:45
18:00
21:00

synopsis

Atafeh et sa meilleure amie Shirin fréquentent les soirées branchées du Téhéran underground. Elles essayent de profiter au mieux de leur jeunesse quand Mehran, le frère et complice d’Atafeh, devient membre de la police des mœurs. Alors qu’il désapprouve sévèrement leur besoin de liberté, Mehran tombe amoureux de Shirin. Ses sentiments vont vite tourner à l’obsession et mettre à l’épreuve l’amitié des jeunes filles...

notes de production

Alors que la réalisatrice Maryam Keshavarz est de nationalité américano-iranienne, ses deux actrices principales, Sarah Kazemy et Nikohl Boosheri, d’origine iranienne également, sont respectivement franco-algérienne et canadienne.

La musique traditionnelle iranienne et le hip-hop se côtoient dans En secret. C’est un moyen pour la réalisatrice de montrer la dualité de la culture iranienne et d’insister sur la répression encore en vigueur dans ce pays où la musique pop est interdite et où le marché noir est en plein essor.

En raison du caractère transgressif de son film, dans lequel elle aborde la question de la liberté, de l’homosexualité et de l’addiction aux drogues, Maryam Keshavarz confesse : il nous a notamment fallu contourner la censure en modifiant légèrement le scénario, en coupant certains passages.

Pour réaliser En secret, Maryam Keshavarz a pu travailler avec des professionnels en intégrant le Laboratory development dans le cadre du festival de Sundance. C’est là-bas qu’elle a rencontré son directeur de la photographie Brian Rigney Hubbard et qu’elle a développé avec lui le langage visuel propre à son film.

Maryam Keshavarz, partagée entre deux cultures radicalement opposées, porte en elle une dualité qu’elle cherche à retranscrire dans son travail. Réfractaire au manichéisme, elle souhaite montrer que les jeunes iraniens, bien qu’influencés par la culture occidentale, sont parfois plus traditionalistes que leurs parents. La cinéaste déclare à ce propos : je voulais insister sur le fait que l’ancienne génération se révèle parfois plus libérale que la nouvelle.

Même si Maryam Keshavarz a grandi aux Etats-Unis, elle confesse se sentir très proche de la jeunesse iranienne et déclare à propos de l’histoire d’amitié dont il est question dans son film : j’ai connu ça, différemment, c’est une approche très personnelle.

Maryam Keshavarz possède la double nationalité : elle vit aux Etats-Unis depuis sa naissance et ne se rend en Iran que périodiquement. Forte de cette double culture, ce sont les paradoxes entre l’Orient et l’Occident que la réalisatrice cherche à soulever dans son travail : tout est tellement différent en Iran, et cette différence, je la ressens parfois de manière violente, explique-t-elle.

Très engagée, Maryam Keshavarz aime aborder les thèmes de la sexualité et des amours interdits à travers des histoires de lesbianisme et de triangle amoureux. Elle cherche à montrer les conséquences de l’oppression sociale qui sévit en Iran, pays où tous ces sujets restent tabous. Comme elle l’explique : en raison de ces règles sociales particulièrement strictes, les comportements se modifient selon les environnements.

En secret est le premier long-métrage de la réalisatrice iranienne Maryam Keshavarz. Elle a déjà signé un documentaire sur la vie sentimentale des jeunes iraniens en 2004, The Color of love, et divers courts-métrages dont El Dia que mori en 2006. Aujourd’hui, elle déclare avoir voulu réaliser un film universel dépassant le simple aspect documentaire.
Afin que les deux actrices puissent tourner des scènes sans leur voile, le film a été tourné au Liban et non en Iran, là où se passe l’action.

Entretien avec Maryam Keshavarz
Vous avez développé votre scénario à l’atelier d’écriture de Sundance. A-t-il beaucoup changé sur place ?
Enormément. J’avais commencé à écrire ce scénario juste après avoir remporté un prix avec un court métrage au festival de Berlin. Mais mon histoire personnelle et une certaine pudeur m’avaient, j’en suis certaine aujourd’hui, empêché de traiter mon sujet en profondeur. L’atelier d’écriture de Sundance m’a permis de coucher sur le papier les scènes que j’avais en tête mais que je n’avais pas osé écrire. Mes interlocuteurs -mes "parrains" comme Atom Egoyan- m’ont accouchée en quelque sorte...
http://www.lexpress.fr/culture/cinema/en-secret-interview-de-maryam-keshavarz_1022791.html

Maryam Keshavarz
Née à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maryam_Keshavarz
http://en.wikipedia.org/wiki/Maryam_Keshavarz
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=506332.html

Sarah Kazemy
( persan : سارا کاظمی) Née en 1987.
http://en.wikipedia.org/wiki/Sarah_Kazemy

extrait(s) de presse

Le Monde - Par nécessité, En secret est presque un film clandestin...
Le Figaro - Le premier film de cette américaine d’origine iranienne qui a tourné au Liban, brise bien des tabous. Gonflé.
Positif - Le film demeure un témoignage singulier sur l'Iran contemporain...
Télérama - Des comédiens remarquables, tout particulièrement les deux actrices principales, lumineuses toutes les deux...
Libération - Une love story lesbienne à Téhéran face au puritanisme islamiste...
Céline cinéma - L’essentiel est dit. Le résultat est, lui, un modèle d’audace et de courage.
Kopines - Un véritable coup de coeur sur cette histoire originale entre deux jeunes iraniennes...
Abus de ciné - Un très beau film sur la condition des femmes en Iran, sur fond d’histoire d’amour lesbien...