Blue velvet - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Blue velvet

Blue velvet

Usa - 1986 - 2h00
Grand prix festival du film fantastique Avoriaz 1987
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

David Lynch

scénario : David Lynch
direction de la photographie : Frederick Elmes
musique ou chansons : Angelo Badalamenti
avec : Kyle MacLachlan (Jeffrey Beaumont), Isabella Rossellini (Dorothy Vallens), Dennis Hopper (Frank Booth), Laura Dern (Sandy Williams), Hope Lange (Mrs. Williams), George Dickerson (le détective), Dean Stockwell (Ben), Priscilla Pointer (Mrs. Beaumont), Brad Dourif (Raymond), Jack Nance (Paul)
séances : semaine du mercredi 11 avril 2012
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
18:30*
séance spéciale :
* mardi fantastique présenté par Philippe Rouyer et Hidden circle dans le cadre de "Positif fête ses 60 ans" en partenariat avec Hidden circle, la Charente libre et... Positif source Carlotta films tarif unique 3,5 €

synopsis

Dans la belle petite ville américaine de Lumberton, en Caroline du Nord, M. Beaumont est victime d'une crise cardiaque en arrosant son gazon. Son fils Jeffrey, rentrant chez lui après une visite à son père malade, découvre une oreille humaine dans un champ. Cette oreille, en décomposition, est couverte d'insectes. Jeffrey amène immédiatement sa trouvaille à l’inspecteur Williams et fait ainsi la connaissance de sa fille, la jolie Sandy. Poussé par la curiosité et un certain goût pour le mystère, Jeffrey va mener l'enquête avec elle pour découvrir à qui appartient cette oreille et ce que cache cette histoire macabre, derrière la façade apparemment innocente de Lumberton. Cette investigation va le plonger dans le monde étrange et sordide où évoluent, entre autres, Dorothy Vallens, une chanteuse de cabaret psychologiquement fragile, et Frank Booth, un dangereux psychopathe pervers...

Blue velvet - trailer par enricogay

notes de production

David a eu des difficultés à monter la production de Blue velvet. Par une étrange ironie, son producteur, Richard Roth, qui est aussi un ami à moi, lui a suggéré que si je réécrivais le script, ils arriveraient peut-être à trouver un financement. J’ai donc lu le scénario, puis nous avons déjeuné ensemble tous les trois. A ce moment, j’ai dit à David que non seulement je ne réécrirais pas son script, mais que j’aurai aimé l’avoir écrit, que je le trouvais absolument remarquable et qu’à mon avis, il ne devait rien y changer. Il devrait le tourner exactement comme il était écrit. David raconte encore cette histoire pour dire à quel point ça lui a remonté le moral, à un moment où il avait besoin d’être remonté pour arriver à faire le film.
Dès que j’ai vu le premier plan de l’oreille, j’ai su que ça allait être un film fabuleux. Blue velvet est extraordinaire, parce qu’il fonctionne à des niveaux qui sont à peu près à la frontière entre l’inconscient et le subconscient. Et on ne peut jamais savoir vraiment si une image donnée représente l’un ou l’autre
.
Paul Schrader

Dès la fin du tournage d’Eraserhead, David Lynch et son chef-opérateur Frederick Elmes décidèrent de faire un film dont le titre emprunterait celui de la chanson de Bobby Vinton, Blue velvet. Sur cet embryon de projet vint se greffer un début d’intrigue - un homme se cache dans l’appartement d’une fille pour l’épier durant son sommeil - et, finalement, un scénario que le cinéaste fit lire à Kyle MacLachlan pendant la réalisation de Dune (1984).

Après l’échec commercial et la mauvaise réception par la critique de Dune, David Lynch a souhaité développer un film plus personnel, plus proche du style surréaliste de ses débuts (Eraserhead, 1977). Le scénario de Blue velvet est passé entre de nombreuses mains d’Hollywood entre la fin des années 70 et le début des années 80, beaucoup de producteurs le refusant pour son caractère violent et fortement sexuel. Le studio indépendant De Laurentiis entertainment group, propriété à l’époque du producteur Dino de Laurentiis, accepta de financer et de produire le film.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Blue_Velvet

Lynch et Kyle MacLachlan se retrouveront par la suite à l’occasion de la série télé Twin peaks (1990), puis de son adaptation sur grand écran en 1992.
On retrouve également dans Blue velvet quelques autres habitués des films de David Lynch : Laura Dern et Isabella Rossellini, qui joueront de nouveau ensemble dans Sailor et Lula (1990) ; Dean Stockwell et Brad Dourif, que l’on avait déjà pu voir dans Dune ; Frances Bay, qui reviendra dans Sailor et Lula et Twin peaks : fire walk with me ; et surtout Jack Nance, acteur fétiche du cinéaste et qui, Elephant man (1980) mis à part, apparaît dans tous ses films - de Eraserhead (1976) à Lost highway (1996), tourné l’année de sa mort - ainsi que dans la série Twin peaks.

Il s’agit du premier film de David Lynch dont la musique est signée Angelo Badalamenti ; par la suite, le compositeur travaillera sur tous les autres films du réalisateur.

Pour les séquences d’ouverture et de fermeture, David Lynch et Frederick Elmes avaient d’abord envisagé de manipuler le négatif pour intensifier les couleurs et les désaturer durant les scènes de nuit ; ils décidèrent finalement d’obtenir l’effet désiré grâce aux décors. Quant à l’idée de tourner ces scènes en contre-plongée (pour épouser le point de vue d’un enfant), elle remonte aux toutes premières discussions entre les deux hommes.
La lumière du film fut ainsi l’objet d’attentions particulières, notamment lors des séquences nocturnes qui nécessitèrent l’installation de mâts, en haut desquels Frederick Elmes et son équipe fixèrent les éclairages.
Un autre exemple de ces soins est donné par l’excursion dans la voiture de Frank Booth ; celle-ci fut en fait tournée dans un véhicule immobile, autour duquel des accessoiristes remuaient les lumières, créant ainsi l’illusion de vitesse.
De la même manière, la scène où Ben chante Candy colored clown avec une ampoule en guise de micro, nécessita une chorégraphie spéciale : en synchronisation avec les déplacements de l’acteur, un technicien contrôlait le variateur de lumière installé dans l’ampoule (afin de régler l’intensité lumineuse), tandis qu’un second projetait sur le mur de derrière les ombres d’une reproduction en carton de la tête de Stockwell. A l’occasion de cette séquences (et d’autres en intérieurs), le cinéaste et son chef-opérateur utilisèrent un nouvel objectif scope à très grand champ avec une légère courbure, pour pouvoir montrer la totalité du décor. Face au résultat donné par cette technique, les deux hommes décidèrent de supprimer des mouvements d’appareil initialement prévus.

Blue velvet a remporté de nombreuses récompenses, dont le Grand prix du festival du film fantastique d’Avoriaz en 1987. La même année, David Lynch, Frederick Elmes et Dennis Hopper (second rôle) ont été couronnés par la Société des critiques de film de Boston et par la Société nationale des critiques de film (Usa) ; quant à Isabella Rossellini, son interprétation lui a valu d’être couronnée lors des Independant spirit awards.

Toute initiation est un passage , une traversée des apparences pour découvrir un monde différent... Il y a deux mondes à Lumberton. D’abord celui extérieur d’une petite ville américaine paisible, presque assoupie... Contrairement a ce qui a été écrit un peu partout, il n’y a pas une peinture gaie de la petite ville en ouverture... Le film nous fait passer constamment d’un univers à l’autre... La quête initiatique des plaisirs, déchirements, douleurs, se déroule la nuit. Il s’agit d’un jeu d’adulte avec des règles meurtrières... Les sensations physiques des plans de David Lynch (images, couleurs, sons, musiques, cadre de l’anamorphique) ont permis d’exprimer ce passage traumatisant.
Hubert Niogret - Positif n° 313 (mars 1987)

Entretien avec David Lynch
http://www.tree2share.org/article-1692-entretien-extraordinaire-avec-david-lynch

David Lynch
Né le 20 janvier 1946 à Missoula (Montana).
Ses films sont connus pour leur côté surréaliste...
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Lynch

Frederick Elmes
Né le 4 Novembre 1946 aux Usa.
http://www.commeaucinema.com/personne/frederick-elmes,16627
http://en.wikipedia.org/wiki/Frederick_Elmes

Angelo Badalamenti
Né le 22 mars 1937 à New York.
Signa parfois ses premières participations cinématographiques du nom d’Andy Badale...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Angelo_Badalamenti

Kyle MacLachlan
Né le 22 février 1959 à Yakima (Usa).
À ses débuts, il travaille beaucoup avec David Lynch...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kyle_MacLachlan

Isabella Rossellini
Née le 18 juin 1952 à Rome.
Sa carrière d’actrice est plutôt intense...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Isabella_Rossellini

Dennis Hopper
Né le 17 mai 1936 à Dodge City (Kansas), décédé le 29 mai 2010 à Los Angeles.
Connu pour ses rôles, à ses débuts, au côté de James Dean...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dennis_Hopper

Laura Dern
Née le 10 février 1967 à Los Angeles.
Remarquée à 19 ans dans Blue velvet de David Lynch...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laura_Dern

Hope Lange
Née le 28 novembre 1933 à Redding Ridge (Connecticut), décédée le 19 décembre 2003 à Santa Monica.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hope_Lange

Dean Stockwell
Né le 5 mars 1936 à Hollywood.
A commencé sa carrière d’acteur à l’âge de 7 ans (Le Garçon aux cheveux verts, 1948)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dean_Stockwell

Priscilla Pointer
Née le 18 mai 1924 à New york.
http://en.wikipedia.org/wiki/Priscilla_Pointer

Brad Dourif
Né Bradford Claude Dourif le 18 mars 1950 à Huntington (Virginie-Occidentale).
Notamment connu pour avoir joué dans Vol au-dessus d’un nid de coucou...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brad_Dourif

Jack Nance
Né Marvin John Nance le 21 décembre 1943 à Boston, décédé le 30 décembre 1996 à Pasadena.
Célèbre pour avoir tenu le rôle principal du film Eraserhead...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Nance

extrait(s) de presse

Ciné-club de Caen - "Blue velvet" est, avant tout, un voyage initiatique où le désir de rechercher la dimension mystérieuse du monde en représente la seule voie d'accès...
Film de culte - Sur des bases de film noir, Lynch explose l'ambiance sitcom d'une bourgade bien sous tous rapports pour en faire ressortir toute une perversité digne d'un film d'épouvante sadomasochiste...
Ecran noir - Personne ne sort indemme de l’expérience...
Citizen poulpe - En quelques plans, David Lynch nous raconte l’essentiel de l’histoire...
Sang pour sang horreur - S'il ne vous faut voir qu'un seul film de David Lynch, alors c'est celui-ci...
Télérama - Elu film culte, "Blue velvet" est une oeuvre qui séduit ou irrite, mais qui vous hante longtemps...
aVoir-aLire - Film choc des années 80, "Blue velvet" ne fait pas l’unanimité lors de sa sortie...
Devil dead - Sans pousser l'univers dans les retranchements les plus fous de "Twin peaks", "Blue velvet" esquisse déjà un jeu des apparences où il suffit de gratter la jolie peinture d'une communauté bien sous tous rapports pour y découvrir un monde dément et pervers...