les jours comptés - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les jours comptés

les jours comptés

ciné répertoire
I giorni contati
Italie - 1962 - 1h39
film - version originale sous-titrée en français
de

Elio Petri

scénario : Elio Petri, Carlo Romano, Tonino Guerra
direction de la photographie : Ennio Guarnieri
musique ou chansons : Ivan Vandor
avec : Salvo Randone (Cesare Conversi), Franco Sportelli (Amilcare), Regina Bianchi (Giulia), Vittorio Caprioli (le professeur), Paolo Ferrari (Vinicio), Lando Buzzanca (le fils de Cesare), Angela Minervi (Graziella)
séances : semaine du mercredi 11 avril 2012
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
21:00*
séance spéciale :
* présenté par Jean A. Gili (sous réserve) dans le cadre de "Positif fête ses 60 ans" en partenariat avec la Charente libre et... Positif source Tamasa distribution tarif unique 3,5 €

synopsis

Cesare Conversi, un ouvrier plombier quinquagénaire, veuf, père d'un adolescent, assiste dans un autobus au décès d'un homme. Ce drame sert de détonateur à la prise de conscience du temps qu'il lui reste à vivre (« ses jours sont désormais comptés »). Il ressent, plus que jamais, la nécessité de modifier ses habitudes. Mais, chaque initiative prise dans ce sens ne fait qu'accroître douloureusement son désarroi... Il est, hélas, impossible, à son âge, de changer son destin. Ayant quitté son emploi, il y retourne lucidement, mais toujours aussi convaincu de l'inutilité de son existence... avant première - film inédit en France

notes de production

Les Jours comptés est inédit en France à ce jour (sortie prévue le 25 avril 2012).

Deuxième long métrage d’Elio Petri, ce film pessimiste, proche parent du Umberto D de Vittorio De Sica, aborde le thème de l’aliénation par le travail salarié. La tragédie de Cesare Conversi est vécu néanmoins de manière intime et profondément personnelle. Son entourage, amis et collègues de travail, n’est pas forcé d’en saisir toute la réalité.

Jacques Lourcelles vante, pour sa part, l’interprétation bouleversante de Salvo Randone, un découpage fluide et souvent original dans ses cadrages et ses gros plans.

Bien qu’il n’ait pas été diffusé en France, le film témoigne, par son approche, d’un renouveau du cinéma italien à l’orée des années soixante.

Après L’Assassin (L’assassino, 1961), voilà le deuxième film d’Elio Petri, qui choisit le milieu ouvrier romain pour raconter l’histoire de Cesare, bouleversé d’avoir été témoin d’un accident, et incapable de se construire une nouvelle vie. Ce type de scénario, et naturellement sa mise en scène, correspondent tout à fait aux caractéristiques du nouveau réalisme italien, comme le présente Jacques Joly en 1962 dans Les Cahiers du cinéma : I Giorni contati est l’œuvre la plus exemplaire des ambitions du nouveau réalisme italien. Le film naît avec le point de vue qui conditionnera la recherche de la vérité : le sentiment de la mort. Comment le sentiment de la mort provoque une lente révolution dans le comportement social d’un individu et le mène jusqu’aux abords d’une prise de conscience de lui-même : voilà le sujet du film d’Elio Petri.
Le réalisateur dirige en effet une œuvre d’une grande maturité : les mécanismes et les codes du genre qui avaient nourris le surprenant début de L’Assassin sont abandonnés, le réalisateur romain filme une apologie morale et lucide sur la vieillesse, la solitude et la mort. Mais il fait également un film subtilement politique, où la vie et les rêves se consument dans la nécessité du travail. Ainsi est le nouvel homme moderne, individu seul et perdu dans un mécanisme déshumanisant. I Giorni contati est un film politique dans la mesure où c’est un film contre le travail , écrit Jean A. Gili en 1974. Le ton du film est plus existentialiste que celui de La Classe ouvrière va au paradis, il y a une présence permanente de la mort, du vieillissement précoce. De toute façon, on peut dire que I Giorni contati comme La Classe ouvrière va au paradis affrontent le thème de la division du travail dans le monde moderne du point de vue des exclus. Les deux films décrivent la “division” qui de l’objectivité se projette dans l’exclu.
http://www.festival-lumiere.org/fiche-film/fichefilm,793.html

Quand je proposai le film à Goffredo Lombardo, je sortis trois noms pour le rôle du héros : Totò, Gabin, Randone. Il fit le choix de Randone puisqu’évidemment, il était l’acteur qui coûtait le moins cher. A l’époque où j’étais garçon, j’avais vu au théâtre Totò jouer sept fois la pièce Que t’es-tu mis en tête ? (Che ti sei messo in testa ?)
Elio Petri d’après le livre L’avventurosa storia del cinema italiano

Mon école a été la rue, les cellules du PC, le cinéma, les bibliothèques où je lisais les journaux du parti.... Il faut être fou et aimer le cinéma pour faire un film.
Elio Petri

Selon l’historien du cinéma Jean A. Gili, spécialiste du cinéma italien, Petri s’impose comme l’un des analystes les plus lucides et les plus désespérés de la schizophrénie contemporaine.

Elio Petri
Né le 29 janvier 1929 à Rome et décédé le 10 novembre 1982 dans la même ville.
Le cinéma de Petri, d’une vigueur contestataire souvent dérangeante, fut l’objet de blocages de la part des producteurs...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Elio_Petri
http://www.eliopetri.net/fra/biografia.html

Carlo Romano
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=95239

Tonino Guerra
Né le 16 mars 1920 à Santarcangelo di Romagna (Émilie-Romagne).
Scénariste de renommée mondiale...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tonino_Guerra

Ennio Guarnieri
Né à Rome le 12 octobre 1930.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ennio_Guarnieri

Salvo Randone
Né le 25 septembre 1906 à Syracuse (Italie) et décédé le 6 mars 1991.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Salvo_Randone

Regina Bianchi
Née le 1er janvier 1921 à Lecce (Italie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Regina_Bianchi

Vittorio Caprioli
Né le 15 août 1921 à Naples, où il est décédé le 2 octobre 1989.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vittorio_Caprioli

Lando Buzzanca
Né le 24 août 1935 à Palerme.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lando_Buzzanca
http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=12241.html

extrait(s) de presse

Lumière 2011 - "I giorni contati" est un film politique dans la mesure où c’est un film contre le travail, écrit Jean A. Gili en 1974...
Chroniques rebelles - Elio Petri est-il "enterré par le système", comme le suggère Robert Altman...
Libération - "Les Jours comptés", peut-être le chef-d'oeuvre de Petri...
Télérama - Le pitch rappelle les pires heures du réalisme socialiste...