Elena - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Elena

Elena

ЕЛЕНА
Russie - 2011 - 1h49
Prix spécial du jury Un certain regard Cannes 2011
film - version originale sous-titrée en français
de

Andrei Zviaguintsev

scénario : Oleg Negin, Andrei Zviaguintsev
direction de la photographie : Mikhail Krichman
avec : Nadezhda Markina (Elena), Andrei Smirnov (Vladimir), Elena Lyadova (Katerina), Alexey Rozin (Sergeï), Evgenia Konushkina (Tatiana), Igor Ogurtsov (Sasha), Vasiliy Michkiv (l'avocat), Alexey Maslodudov (Vitek)
séances : semaine du mercredi 7 mars 2012
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
17:30
21:40
14:45
19:45
17:30
21:40
14:30
19:45
16:45
19:15
19:45
18:00
séances : semaine du mercredi 14 mars 2012
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
19:45
19:45
19:45
19:45
18:30
19:45
séances : semaine du mercredi 21 mars 2012
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
19:45
19:45
19:45
19:45
16:30
19:45
séances : semaine du mercredi 16 janvier 2013
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
14:00*
20:45
18:30
16:15
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 16 au 22 janvier 2013 En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3 euros la place (par personne). Tarif unique 3 euros pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 9 et 16 janvier 2013 attention : les séances du mardi 22 janvier ont lieu en salle Laloux

synopsis

Elena et Vladimir forment un couple d’un certain âge. Ils sont issus de milieux sociaux différents. Vladimir est un homme riche et froid, Elena une femme modeste et docile. Ils se sont rencontrés tard dans la vie et chacun a un enfant d’un précédent mariage. Le fils d’Elena, au chômage, ne parvient pas à subvenir aux besoins de sa propre famille et demande sans cesse de l’argent à sa mère. La fille de Vladimir est une jeune femme négligente, un peu bohème, qui maintient son père à distance. Suite à un malaise cardiaque, Vladimir est hospitalisé. A la clinique, il réalise qu’il pourrait mourir prochainement. Un moment bref mais tendre partagé avec sa fille le conduit à une décision importante : c’est elle qui héritera de toute sa fortune. De retour à la maison, Vladimir l’annonce à Elena. Celle-ci voit soudain s’effondrer tout espoir d’aider financièrement son fils. La femme au foyer timide et soumise élabore alors un plan pour offrir à son fils et ses petits-enfants une vraie chance dans la vie...

notes de production

Elena a remporté le Prix spécial du jury, sélection Un certain regard, lors du Festival de Cannes 2011. Quant à l’actrice Nadezhda Markina, elle accumule les récompenses dans de nombreux festivals (Durban, Montréal, Séville...).

Pour écrire Elena, le scénariste Oleg Negin a pris comme point de départ un épisode de sa propre vie : quand l’un de ses proches est décédé, sa famille a eu des doutes concernant les causes de la mort, naturelles ou non. C’est à partir de cette simple idée que le scénariste a développé l’histoire du film, laissant son imagination l’emporter.

Lors de son précédent film, le réalisateur Andrei Zviaguintsev avait découvert la musique de celui qui deviendrait son compositeur en achetant un disque... à la Fnac. Le hasard a voulu qu’il procède de la même manière sur Elena : c’est en magasin qu’il a découvert la musique symphonique de Philip Glass, un morceau qui collait parfaitement aux images qu’il avait en tête. Ne restait plus qu’à en acheter les droits !

En discutant avec Andrey Smirnov, l’acteur qui incarne Vladimir, Andrei Zviaguintsev a envisagé trois possibilités concernant le passé du personnage : il pouvait être un ancien agent de sécurité du Kgb, un fonctionnaire du Komsomol (la division jeunesse du parti communiste), ou bien encore un scientifique qui se serait lancé dans les affaires après l’effondrement de l’Union Soviétique. Ils ont finalement décidé que la dernière option était la plus réaliste, car Smirnov ne correspondait pas vraiment aux deux autres activités.

A travers ses deux précédents films (Le Retour et Le Bannissement), le réalisateur Andrei Zviaguintsev s’était déjà illustré par des plans souvent très longs. Avec Elena, il bat son propre record : la scène où l’héroïne vérifie que son mari est bien mort dure... six minutes ! Le réalisateur prévoyait également un plan final de trois minutes. Mais suite au montage, cette durée a été réduite à seulement une minute et vingt-neuf secondes.

Pendant la préparation du film, le réalisateur Andrei Zviaguintsev ne savait pas encore quelle fin donner à Elena. Initialement, le scénario se terminait avec la scène de la cage d’escalier de l’appartement du fils, quand l’électricité est coupée. Le réalisateur raconte : (...) Sergueï sort sur le palier et (...) on lui dit que c’est coupé dans tout le quartier. Il y avait une réplique alors qui disait : dans le monde entier ! Puis la lumière revenait, chacun rentrait chez soi, le silence se faisait et nous restions sur ce palier, la caméra avançant vers le compteur d’électricité tournant sur lui-même comme la roue de la vie. Et le film se terminait sur ce plan. Moi, je sentais qu’il manquait quelque chose, qu’il fallait que quelque chose se passe encore.

Andrei Zviaguintsev
Andreï Petrovitch Zviaguintsev (en russe : Андрей Петрович Звягинцев), né le 6 février 1964 à Novossibirsk.
Le Retour, sorti en 2003, obtient un grand succès international...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andre%C3%AF_Zviaguintsev

extrait(s) de presse

Libération - "Elena" pourrait être un thriller qui ne dit pas son nom...
Film de culte - Nadezhda Markina, est excellente et impressionnante dans sa capacité à porter en permanence l’ambiguïté du scénario sur son visage...
Abus de ciné - "Elena" gratte là où ça fait mal, n'épargnant aucun de ses personnages, tous plus troubles les uns que les autres...
Voix de la Russie - Le jury du Festival du cinéma indépendant Sundance aux États-unis a qualifié le scénario du film de meilleur sur le continent européen...
Courrier international - Zviaguintsev ne donne pas de réponse. Seul le temps le dira.
La Russie d'aujourd'hui - "Quand la lumières’éteint, pour Elena, c’est le glas qui sonne. C’est le moment où elle reste seule à seule avec l’enfer de son âme". ( Andreï Zviaguintsev )