familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN

accueil > à l'affiche au cinéma > La Flûte et le grelot

La Flûte et le grelot

ciné môme
Chine - 2011 - 0h42
accessible aux enfants à partir de 3 ans
film d'animation - version française
de

Tang Cheng, Wu Qiang, Te Wei

séances : semaine du mercredi 22 février 2012
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
14:30
14:30
séances : semaine du mercredi 29 février 2012
mercredi 29 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
14:30
14:30
14:30
14:45
14:45
14:30
14:30
séances : semaine du mercredi 7 mars 2012
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
14:30
14:30
14:30
14:45
14:45

synopsis

"La Flûte du bouvier" (Mu di) de Te Wei et Qian Jiajun Lavis animé , 1963, 20' (sans parole) Juché sur son buffle, un enfant joue de la flûte. Il s'endort et rêve que son buffle s'est échappé. Parti à sa recherche, il traverse montagnes et vallées. Lorsqu'il retrouve son ami, sa joie est si grande qu'il se réveille. Saisissant alors sa flûte, il reprend le morceau de musique interrompu. "Le Grelot du faon" (Lu ling) de Tang Cheng et Wu Qiang Lavis animé, 1982, 22' (sans parole) Un faon, recueilli par une petite fille, partage sa vie et ses jeux jusqu'au jour où, ayant grandi, il doit la quitter pour retourner à la vie sauvage... Deux films des studios d'art de Shanghai. tarif unique : 3,5 €

notes de production

Après l’extraordinaire succès du film Les Têtards à la recherche de leur maman qui réussit l’audacieux pari d’animer la peinture de Qi Baishi, Te Wei décide de consacrer un nouveau film de lavis animé à l’œuvre d’un autre grand peintre contemporain, LI Keran, célèbre pour ses paysages du sud du fleuve Yangzi. Sollicité par Te Wei, LI Keran se prête au jeu et se rend à Shanghai pour exécuter une série de peintures qui servent de point de départ au film.

La Flûte du bouvier est achevé en 1963 mais, au moment où le film aurait dû connaître un succès mérité, il est pris dans les remous de la Campagne d’éducation socialiste déclenchée par Mao en 1964 et il est violemment critiqué. Deux ans plus tard quand la Révolution culturelle éclate, seuls deux films d’animation sont considérés comme politiquement corrects : Les Petites soeurs de la steppe et Le Coq chante à minuit. Tous les autres sont retirés des écrans, et ce n’est qu’au début des années 1980 que le public put enfin découvrir ce film.

Dans la peinture à l’encre de Chine, les contours sont légèrement flous, contrairement au dessin animé classique aux contours bien tracés, reportés sur des cellulos transparents, superposés au-dessus des fonds. Comme on ne peut pas faire de la peinture chinoise sur des cellulos, la seule solution est de décomposer les mouvements sur un grand nombre de feuilles de papier traditionnel qui devront, et ce n’est pas la moindre difficulté, être positionnées toujours au même endroit, face à l’objectif du banc-titre, faute de quoi les mouvements seraient saccadés.

Après l’établissement du régime communiste en 1949, les films chinois d’animation se donnent pour mission d’éduquer les enfants en les divertissant. En particulier, ils doivent développer leurs connaissances artistiques et leur sens esthétique. Parmi les réussites les plus exceptionnelles des Studios d’art de Shanghai, il faut citer l’animation de la peinture traditionnelle, à l’encre de Chine rehaussée de couleur : les lavis animés, mis au point sous la direction de TE Wei grâce à des prouesses techniques qui jusqu’à aujourd’hui sont restées le secret des Studios d’art de Shanghai.

Te Wei est un personnage de légende en matière d’animation. Peintre et caricaturiste, il est à la tête du cinéma chinois d’animation de la Nouvelle Chine dès 1949. En 1957, les trois départements attachés aux Studios cinématographiques de Shanghai (dessin animé, découpages articulés et poupées) deviennent les Studios d’art de Shanghai, désormais entité indépendante. Te Wei en est nommé directeur jusqu’en 1985 (peu ou pas de production entre 1967 et 1976), puis il y occupe la fonction de conseiller jusqu’en 1989. Son travail a été beaucoup critiqué lors de la révolution culturelle de 1964, le lancement de l’animation chinoise proprement dite ayant causé des remous à l’époque. Te Wei est décédé en 2010 à l’âge de 94 ans.

L’histoire du cinéma chinois animé a commencé grâce aux frères Wan, qui ont produit en 1926 le tout premier dessin animé chinois, intitulé Révolte des silhouettes en papier...
http://www.gazetof3c.net/slider/la-grande-histoire-du-cinema-danimation-chinois-4306
http://www.cndp.fr/planete-chinois/lectures/titre-de-larticle/article/le-cinema-danimation.html

extrait(s) de presse

Le Monde - Harmonieuse alliance de cette peinture à l'eau aux contours mal définis et d'une musique traditionnelle délicatement expressive.
Le Nouvel obs - Ce n’est pas seulement magnifique, c’est magique...
Excessif - Une poésie de tous les instants...
Libération - Jolis dessins animés chinois recommandé pour les nenfants cinéphiles...
Place to be - C’est un premier film idéal pour faire découvrir la magie du cinéma et plus particulièrement des films animés...