les nouveaux chiens de garde - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les nouveaux chiens de garde

les nouveaux chiens de garde

France - 2011 - 1h44
Prix du public, prix du jury Valenciennes 2011
documentaire - film francophone
de

Gilles Balbastre, Yannick Kergoat

d'après l'oeuvre de : Serge Halimi
avec : Arlette Chabot, Laurence Ferrari, David Pujadas, Alain Duhamel, Jean-Pierre Pernaut, Christine Okrent, Franz-Olivier Giesbert, Laurent Joffrin, Alain Minc, Bernard-Henri Lévy, Christophe Barbier, Michel Field
séances : semaine du mercredi 15 février 2012
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
18:30
21:00
18:30
20:00*
séance spéciale :
* mardi 21 à 20h00 séance suivie d’un débat en présence de Renaud Lambert organisée en partenariat avec les Amis du monde diplomatique et Attac tatif unique 3,5 €
séances : semaine du mercredi 25 juin 2014
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 1er
21:00*
séance spéciale :
* ven 27 à 21h00 - en présence de Gilles Balbastre - rencontre organisée en partenariat avec Attac 16, Baobab, les Amis du monde diplomatique, Sisyphe vidéo et le Texte libre - tarif unique 3,5 €

synopsis

Les médias se proclament "contre-pouvoir". Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur. En 1932, l’écrivain Paul Nizan publiait "Les Chiens de garde" pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi. Aujourd’hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, "Les Nouveaux chiens de garde" dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d'une information produite par des grands groupes industriels du Cac40 et pervertie en marchandise...

notes de production

Le documentaire Les Nouveaux chiens de garde est l’adaptation du livre éponyme écrit par le directeur du Monde Diplomatique Serge Halimi (ici scénariste) en 1997. Il s’agit d’une analyse critique de la collusion des sphères médiatiques, politiques et économiques. A l’instar du livre Sur la télévision de Pierre Bourdieu, également paru aux éditions Liber-Raisons d’agir, il met en avant le traitement de l’actualité parfois partial d’une partie des médias français.

Les Nouveaux chiens de garde se veut l’illustration d’une phrase célèbre du sociologue Pierre Bourdieu : le fait-divers fait diversion. D’après lui, compte tenu des pressions économiques relatives à chaque support médiatique, les médias préfèreraient se tourner vers des sujets à même de maximiser leur lectorat plutôt que de traiter des informations de fond. Ceux-ci opteraient ainsi davantage pour des évènements tragiques tels que les crimes ou encore les accidents, de façon à améliorer leur audience. Partant du principe que les lecteurs préfèrent lire ce type d’information, les médias délaisseraient des enjeux plus importants comme l’international, le national, la politique ou encore l’économie. La question que pose le documentaire est la suivante : ce traitement de l’information ne joue-t-il pas un rôle sur la façon de penser du citoyen ?

Les Nouveaux chiens de garde met en scène quatre parties distinctes pour développer son argumentation. Il s’agit dans un premier temps de mettre en avant le journalisme de révérence, autrement dit de souligner les accointances entre certains journalistes d’émissions télévisées et les hommes politiques qu’ils prétendent critiquer.
Dans un deuxième temps, il est question de la toute puissance des grands groupes industriels et financiers et de leur détention d’un nombre important de quotidiens nationaux français. Partant du principe suivant : si ces investisseurs ont dépensé de l’argent dans ces journaux, ce n’est pas pour que ces derniers nuisent à leurs intérêts.
Dans un troisième temps est mise en évidence la marchandisation de l’information. Les quotidiens nationaux ne seraient plus conçus comme des outils de démocratisation mais comme des produits à même d’exploiter les différents marchés publicitaires pour rapporter toujours plus d’argent.
Enfin, la quatrième partie illustre l’univers de connivence qu’il existe entre journalistes, hommes politiques et parfois même industriels. Cet univers de connivence s’illustrerait par les renvois d’ascenseur (invitations sur des plateaux télévisés, etc.) entre les différents acteurs du champ médiatique, politique et économique.

Les réalisateurs Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, tous deux journalistes de formation, sont des spécialistes de l’analyse du champ journalistique. Le premier, directeur de la publication Le Plan B et collaborateur au Monde diplomatique, avait notamment participé à l’ouvrage La misère du monde de Pierre Bourdieu, et réalisé de nombreux documentaires pour France 5. Le second, monteur à ses heures, publie notamment des articles sur le site internet spécialisé dans l’analyse et la critique des médias, Acrimed.

Gilles Balbastre
A travaillé à France 2, FR3, M6, en tant que pigiste...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Balbastre

Yannick Kergoat
http://www.commeaucinema.com/personne/yannick-kergoat,24969

Serge Halimi
Fils de l’avocate Gisèle Halimi, docteur en sciences politiques de Berkeley...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Halimi

Arlette Chabot
Née le 21 juillet 1951 à Chartres.
Dirige la rédaction de la radio Europe 1, depuis le 4 mars 2011...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arlette_Chabot

Laurence Ferrari
Née le 5 juillet 1966 à Aix-les-Bains.
Présente le journal de 20 heures sur Tf1 depuis le 25 août 2008...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurence_Ferrari

David Pujadas
Né le 2 décembre 1964 à Barcelone.
Présentateur du journal de 20 heures de France 2 depuis septembre 2001...
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Pujadas

Alain Duhamel
Né le 31 mai 1940 à Caen.
Journaliste politique et essayiste...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Duhamel

Jean-Pierre Pernaut
Né le 8 avril 1950 à Amiens.
Présentateur titulaire du journal de 13 heures sur Tf1 en semaine depuis le 22 février 1988...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Pernaut

Christine Okrent
Née à Bruxelles le 24 avril 1944.
Deuxième femme, après Hélène Vida, à présenter le Journal de 20 heures...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_Ockrent

Franz-Olivier Giesbert
Né le 18 janvier 1949 à Wilmington (Delaware).
Journaliste, biographe, présentateur de télévision et romancier français...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz-Olivier_Giesbert

Laurent Joffrin
Né Laurent (André Marie Paul) Mouchard le 30 juin 1952 à Vincennes...
A collaboré aux journaux Libération et Le Nouvel Observateur...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Joffrin

Alain Minc
Né le 15 avril 1949 à Paris.
Conseiller politique, économiste, essayiste et dirigeant d’entreprise français...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Minc

Bernard-Henri Lévy
Né le 5 novembre 1948 à Béni Saf (Algérie).
Surnommé BHL, philosophe et éditorialiste...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard-Henri_L%C3%A9vy

Christophe Barbier
Né le 25 janvier 1967 à Sallanches (Haute-Savoie).
Journaliste et directeur de la rédaction de L’Express...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Barbier

Michel Field
Né le 17 juillet 1954 à Saint-Saturnin-lès-Apt (Vaucluse).
Ecrivain et animateur de radio et de télévision...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Field

extrait(s) de presse

Le Journal du dimanche - Un documentaire féroce et drôle, qui veut aussi secouer notre sens critique. C’est fait.
Le Parisien - Ce documentaire qui ne caresse pas les choses dans le sens du poil apprendra bien des choses au commun des mortels.
Fiches du cinéma - Un film de salubrité démocratique...
Les Inrocks - Le film met ainsi à nu les mœurs risibles et conniventes de la cour médiatique hexagonale...
Libération - Un film qui met en colère Jean-Michel Aphatie ne peut pas être totalement mauvais...
Le Nouvel obs - Le film est à prendre pour ce qu’il est, un brûlot contestataire.
Télérama - Une vraie question : l'oligarchie médiatique est-elle soluble dans la démocratie ?