la fiancée de frankenstein - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la fiancée de frankenstein

la fiancée de frankenstein

ciné répertoire
The Bride of Frankenstein
Usa - 1935 - 1h15
film - version originale sous-titrée en français
de

James Whale

scénario : William Hurlbut, John L. Balderston
direction de la photographie : John J. Mescall
musique ou chansons : Franz Waxman
avec : Boris Karloff (le monstre), Colin Clive (dr. Henry Frankenstein), Valerie Hobson (Elizabeth Frankenstein), Elsa Lanchester (Mary Shelley / la fiancée du monstre), Ernest Thesiger (dr. Pretorius), Douglas Walton (Percy Shelley), Una O'Connor (Minnie), Gavin Gordon (Lord Byron), Dwight Frye (Karl), John Carradine (un chasseur), Grace Cunard (un villageois), Walter Brennan (un voisin)
séances : semaine du mercredi 23 novembre 2011
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
20:00*
séance spéciale :
* Mardi fantastique « hors série » : 80 ans, et toutes ses dents. 1931 : première apparition médiatique à l’écran de la créature imaginée par Mary Shelley. Soirée organisée en partenariat avec Hidden circle. Formule spéciale 3 films = 10.5 €

synopsis

Lord Byron, un soir d'orage, s'entretient avec les Shelley. Mary va leur raconter la suite de l'histoire de la créature de Frankenstein. Réfugiée dans les souterrains d'un moulin, la créature n'a pas succombé lors de l'incendie du laboratoire par les villageois révoltés. Capturé par des paysans, le Monstre parvient à s'enfuir, en semant la terreur autour de lui et trouve refuge dans la demeure d'un vieil ermite aveugle, qui lui apprend à parler. Pendant ce temps, Frankenstein reçoit la visite de l'étrange docteur Pretorius qui lui propose de créer une femme, et donner une compagne au Monstre. Il refuse, mais Pretorius, qui a trouvé et recueilli le Monstre, parvient à faire changer d'avis son collègue en faisant enlever sa femme, Elizabeth. Soumis, Frankenstein accepte...

notes de production

Comme nous le rappelle le début du film, tout cela n’est qu’une histoire, mais le sens profond est bel et bien universel : de la beauté peut sortir l’horreur, tandis que de la laideur peut bien souvent exister une beauté cachée aussi importante -voire plus- que la beauté extérieure.
http://a.giscos.free.fr/cinema/F/FianceeDeFrankenstein/

Colin Clive, qui joue le Dr Frankenstein dans le film, se cassa la jambe quelques temps avant le début du tournage. C’est pour cela qu’il apparaît assis dans la majorité des scènes.

Dans la destruction finale du château, on peut apercevoir le docteur périr contre le mur du fond et le voir pourtant sain et sauf dès la scène suivante. Le réalisateur avait en fait prévu une fin différente où Frankenstein devait mourir dans son laboratoire. Mais les producteurs optèrent pour une fin plus optimiste à la vision des rushes. On garda quand même les scènes d’explosion déjà tournées car elles auraient été trop coûteuses à refaire.

Boris Karloff, écrasé par la chaleur de son costume et du maquillage perdit dix kilos en 46 jours de tournage.

La Fiancée de Frankenstein est la première suite de film qu’aient réalisé les studios Universal. Le titre de tournage était d’ailleurs The Return of Frankenstein. Quatre films suivront ce deuxième volet : Le Fils de Frankenstein (1939, Rowland V. Lee), Le Fantôme de Frankenstein (1942, Erle C. Kenton), Frankenstein rencontre le loup-garou (1943, Roy William Neill) et La Maison de Frankenstein (1944, Rowland V. Lee).

De l’avis de nombreux observateurs, cette suite réalisée peu après Frankenstein avec la même équipe est supérieure à l’original. Le film s’ouvre sur un prologue mettant en scène l’auteur du roman entourée de ses deux amants ; elle nous annonce que, contrairement aux apparences, la créature n’est pas morte, et s’empresse de continuer son histoire.
Plus fidèle à l’esprit gothique de Shelley que le précédent opus, La Fiancée de Frankenstein reprend des évènements marquants du roman : la rencontre du monstre avec le vieil aveugle et surtout la fabrication d’un partenaire féminin, goule à la chevelure électrifiée.
Peu enclin à réaliser une suite, James Whale hésita beaucoup avant de se lancer dans le projet. Il accepta de tourner La Fiancée de Frankenstein à une seule condition : bénéficier d’une totale liberté artistique.
Selon la légende, le cinéaste n’eut pas trop de mal à obtenir ce qu’il demandait puisque Carl Laemmle Jr., l’illustre producteur de la série, se trouvait en Europe à ce moment-là. Cette liberté se ressent dans l’œuvre
finale. Plus complexe et plus aboutie que le premier film, cette suite dote le monstre de parole et multiplie les figures élaborées dans Frankenstein : un deuxième savant fou, plus diabolique encore que le Dr Frankenstein, fait son apparition. Cette surenchère a su porter ses fruits puisque, dès sa sortie en 1935, le film connaît un vif succès commercial et critique. En vieillissant, La Fiancée de Frankenstein voit sa réputation grandir et s’impose aujourd’hui comme le chef-d’œuvre incontesté de James Whale.

Bien qu’elle n’apparaisse que quelques minutes dans le montage final, la fiancée constitue la plus belle attraction du film. Avec ses cheveux dressés et zébrés d’un éclair blanc, tenus pendant le tournage par une cage invisible en crin de cheval, Elsa Lanchester incarne l’un des personnages les plus stylés de l’histoire du cinéma. Le rôle était initialement attribué à Brigitte Helm, la femme-robot de Metropolis, mais cette dernière, tout juste mariée, refusa de quitter l’Allemagne. C’est donc une actrice anglaise peu connue qui fut choisie pour jouer deux rôles dans le film : celui de la fiancée et celui de l’écrivain Mary Shelley (ce qui par la suite donna lieu à de nombreuses interprétations sur le rapport duel entre Shelley et sa créature). À la fois romantique et troublante, tout en contraste entre ombre et lumière, cette fiancée est un archétype du personnage gothique et un symbole du cinéma fantastique.

Le seul regret qu’on pourra formuler, vis à vis de cette créature, est la brièveté de son apparition (moins de cinq minutes de présence à l’écran), d’autant qu’elle ne réapparaîtra dans aucun autre film de la série, contrairement à tous ses monstrueux confrères. A l’instar de Boris Karloff dans le premier Frankenstein, le nom de la comédienne fut remplacé par un point d’interrogation dans le générique, afin d’entretenir un doute auprès des spectateurs. Rejeté par la promise qui lui fut pourtant confectionnée sur mesure, le monstre de Frankenstein finit par saccager le laboratoire et les deux créatures périssent dans une grande explosion… Dans le montage original, le docteur passait lui aussi l’arme à gauche, mais les producteurs optèrent finalement pour un dénouement plus heureux. D’autres séquences furent modifiées ou coupées après les projections test organisées par Universal, ramenant la durée du film de 90 à 75 minutes.
http://www.filmsfantastiques.com/article-20785541.html

Le célèbre maquilleur de la Universal Jack P. Pierce s’est inspiré des représentations de la reine égyptienne Néfertiti pour la coiffure de la fiancée Elsa Lanchester.
Frank Roddam réalisa La Promise (The Bride, 1985), le remake de La Fiancée de Frankenstein, avec Sting et Jennifer Beals.

James Whale
Voir fiche du film Frankenstein 1931.
Le 29 mai 1957, James Whale est retrouvé mort, le visage entièrement fracassé contre le bord de sa piscine. Un suicide d’autant plus curieux que le père de la Fiancée de Frankenstein s’est toujours montré intéressé par les personnages défigurés et la question de la monstruosité...
http://tcmcinema.fr/actus/2011/05/19/james-whale-cineaste-monstre/

William Hurlbut
Né le 13 juillet 1883 à Belvidere (Illinois), décédé le 4 mai 1957 à Hollywood.
http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Hurlbut

John L. Balderston
Voir fiche du film Frankenstein 1931.

John J. Mescall
Né le 10 janvier 1899 à Litchfield (Illinois), décédé le 10 février 1962 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_J._Mescall

Franz Waxman
Né le 24 décembre 1906 à Königshütte (actuellement en Pologne), décédé le 24 février 1967 à Los Angeles.
Il débuta en Allemagne dans l’orchestration de la musique de Friedrich Hollaender dans le film L’Ange bleu...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Waxman

Boris Karloff
Voir fiche du film Frankenstein 1931.

Colin Clive
Voir fiche du film Frankenstein 1931.

Valerie Hobson
Née le 14 avril 1917 à Larne (Royaume-Uni), décédée le 13 novembre 1998 à Londres.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Valerie_Hobson

Elsa Lanchester
Née le 28 octobre 1902 à Lewisham (Royaume-Uni), et décédée le 26 décembre 1986 à Los Angeles.
Elle fut l’épouse de Charles Laughton...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Elsa_Lanchester

Ernest Thesiger
Né le 15 janvier 1879 à Londres ? décédé le 14 janvier 1961 à Londres.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Thesiger

Douglas Walton
Né le 16 octobre 1910 à Toronto, décédé à New York le 15 novembre 1961.
http://www.imdb.com/name/nm0910498/

Una O’Connor
Née le 23 octobre 1880 à Belfast, décédée le 4 février 1959 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Una_O%27Connor

Gavin Gordon
Né à Chicora (Mississippi) le 7 avril 1901, décédé à Canoga Park (Californie) le 7 avril 1983.
http://en.wikipedia.org/wiki/Gavin_Gordon_(actor)

Dwight Frye
Voir fiche du film Frankenstein 1931.

John Carradine
Né le 5 février 1906 à New York, décédé le 27 novembre 1988 à Milan.
Père des acteurs David , Robert et Keith Carradine, il a joué dans environ 250 films...
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Carradine

Grace Cunard
Née Harriet Jeffries Mildred à Columbus (Ohio), décédée le 19 Janvier 1967 à Woodland Hills (Californie).
Fait ses débuts de cinéma en 1910 dans un rôle non crédité dans un film de D.W. Griffith...
http://en.wikipedia.org/wiki/Grace_Cunard

Walter Brennan
Né le 25 juillet 1894 à Swampscott (Massachusetts), décédé le 21 septembre 1974 à Oxnard (Californie).
Remporta trois fois l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Brennan

extrait(s) de presse

aVoir-aLire - "La fiancée de Frankenstein" est sans aucun doute un chef d’oeuvre majeur du cinéma gothique...
Sf story - Le film est bien plus travaillé que celui de 1931...
Sang pour sang horreur - James Whale est au paroxysme de son art, Boris Karloff nous offre une incroyable composition...
Ciné club de Caen - Outre son humour et sa manière de lier la solitude à l'imperfection des hommes, le film séduit par son élégance plastique.
Cinéma fantastique - "La fiancée de Frankenstein" s’inscrit dans la liste très select des séquelles qui dépassent leur modèle...
Critikat - "La Fiancée de Frankenstein" étonne par son humanisme culotté...
Celluloïdz - "La Fiancée de Frankenstein" constitue l’apogée de la carrière de Whale...
Psychovision - Un film unique qui a sa place sur le podium des meilleurs films de tous les temps.