L’Art de séduire - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > L’Art de séduire

L’Art de séduire

France - 2011 - 1h24
Compétition Cabourg et l'Alpe d'Huez 2011
film - film francophone
de

Guy Mazarguil

scénario : Guy Mazarguil, Erick Malabry
direction de la photographie : Martin de Chabaneix
musique ou chansons : Christophe Magnan
avec : Mathieu Demy (Jean-François), Julie Gayet (Hélène), Lionel Abelanski (Julien), Valérie Donzelli (Estelle), Elizabeth Vitali (Mathilde), Eva Mazauric (la pharmacienne), Anne Charrier (la fleuriste), Alban Lenoir (Philippe), Claudine Barjol (madame Thomas), Emilie Caen (la belle passante)
séances : semaine du mercredi 31 août 2011
mercredi 31 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
19:55
19:55
19:55
19:55
16:30
19:55
19:55

synopsis

Jean-François, psychothérapeute amoureux d'une de ses patientes se sent enfin libre de la séduire lorsqu'elle décide d'arrêter sa thérapie. Tétanisé devant l'objet de son amour, Jean-François accumule toutes les maladresses. Il se tourne alors vers Julien, un de ses patients qui le consulte pour trouble obsessionnel compulsif de drague. Une initiative totalement absurde. Quoique...

notes de production

L’Art de séduire est bel et bien le premier long métrage du réalisateur Guy Mazarguil, pour lequel il a aussi écrit le scénario. Avant ça il a réalisé deux courts métrages (Bloody Mary et La Vérité sur le vif) et un moyen métrage (Façade).

L’Art de séduire a été présenté en compétition lors du Festival International du Film de Comédie de l’Alpe d’Huez 2011 et a été nommé dans les cinq catégories suivantes : Prix du Public Europe 1, Prix Spécial du Jury, Prix d’interprétation, Prix Coup de Coeur de la Profession - Digimage et Grand Prix Orange cinéma séries.

Comment a bien pu venir l’idée d’une comédie romantique centrée sur un psy névrosé ? En fait, le réalisateur, apparemment habitué des psychologues un peu spéciaux, a un jour imaginé son psy tomber amoureux de l’une de ses patientes. Que se passerait-il ensuite si le psy névrosé demandait à un patient, Casanova compulsif, de l’aider à séduire la patiente qu’il aime ? Si le psy découvrait que l’objet de son désir était beaucoup plus déséquilibré qu’il ne l’imaginait, aveuglé par son amour pour elle ? Et si dans sa course effrénée après l’Art de Séduire, il rencontrait une autre femme encore plus étrange que la première ? J’avais là, l’ébauche d’une comédie romantique à laquelle j’ai eu envie de rajouter une obsession personnelle. Ma tendresse pour les poissons…, raconte-t-il avec malice.

Le réalisateur Guy Mazarguil avoue son affection pour les héros un peu décalés, pas toujours à l’aise avec les autres : si dans les films j’aime les personnages complexes, j’ai une affection particulière pour ceux qui ont des petits problèmes émotionnels, tous les héros maladroits, les malhabiles des relations qui, plein d’enthousiasme, font fausse route sans s’en rendre compte. Je me sens très proche d’eux.

Si l’on retrouve souvent l’actrice dans des premiers films, Julie Gayet explique qu’elle ne fait pas ses choix en fonction de ce paramètre mais plutôt en fonction de l’expérience proposée : c’est la rencontre avec un metteur en scène, un scénario, un ton, une écriture ou une envie de tourner avec un acteur. C’est ce mélange qui me décide à accepter un rôle. Chaque film est une nouvelle expérience. Ma question est de savoir comment me rend ce réalisateur-là, quel va être son projet (pas celui qu’il a fait avant) ?

Mathieu Demy et Julie Gayet se retrouvent 17 ans après le tournage du film A la belle étoile pour une nouvelle comédie romantique, cette fois dirigée par Guy Mazarguil.

En plus de retrouver Mathieu Demy pour la seconde fois, Julie Gayet retrouve aussi Lionel Abelanski, un acteur de génie selon elle, après Delphine 1 - Yvan 0 de Dominique Farrugia.

L’acteur bien connu du cinéma français a été ravi de diversifier sa palette de jeu en interprétant pour la première fois un vrai tombeur : ce qui me plaît d’abord, c’est d’interpréter des personnages qui ne ressemblent pas aux précédents. Ce n’est pas facile, car souvent quand les gens vous identifient dans un rôle, ils ont du mal à vous imaginer autrement ! Mais là, depuis quelque temps déjà, les choses changent, je le vois bien… Je suis reconnaissant à Guy Mazarguil de m’avoir imaginé en séducteur invétéré !, confie-t-il.

En plus d’être à l’affiche de L’Art de séduire en 2011, Valérie Donzelli est aussi présente cette année avec son deuxième long métrage La Guerre est déclarée (qui a ouvert la Semaine de la Critique cannoise), ainsi qu’au casting de la comédie de Katia Lewkowicz, Pourquoi tu pleures ?.

Alors que Mathieu Demy se considère plus comme un romantique que comme un séducteur et que Julie Gayet considère la séduction comme un jeu facile, les deux acteurs sont d’accord pour dire que le jeu d’acteur est en lui-même un exercice de séduction. De son côté, Lionel Abelanski avoue être mauvais en séduction, même s’il joue un Casanova dans le film, et Valérie Donzelli dit tout miser sur ses talents de cuisinière !

Julie Gayet a en effet enchaîné le Festival de Cannes 2010 et le tournage du film L’Art de séduire : je suis arrivée épuisée sur le tournage et Mathieu a eu une patience en or avec moi ! confie-t-elle.

Entretien avec Guy Mazarguil
La comédie romantique est un genre ultra-balisé. Quelle a donc été votre approche pour "L’Art de séduire", votre premier film ?
J’adore les comédies romantiques et mon approche a vraiment été de me décaler des codes du genre, de surprendre les spectateurs, de détourner le principe des comédies romantiques traditionnelles en prenant à contre-pied les attentes d’un public qui connait également ses codes. Le tout en y ajoutant beaucoup de mon expérience personnelle mais aussi une de mes obsessions, ma tendresse pour les poissons...
http://www.filmsdelover.com/2011/07/25/interview-3-questions-%C3%A0-guy-mazarguil-r%C3%A9alisateur-de-l-art-de-s%C3%A9duire/

Guy Mazarguil
A travaillé comme assistant réalisateur sur de nombreux longs métrages, téléfilms et publicités, sous la direction de Wayne Wang, André Téchiné , Bille August, Josiane Balasko ou encore Yves Boisset. En 1993, il écrit et réalise son premier court métrage Bloody Mary avec Aurélien Recoing...
http://www.premiere.fr/Star/Guy-Mazarguil-2220538

Mathieu Demy
Né le 15 octobre 1972 à Paris
Il est le fils d’Agnès Varda et Jacques Demy...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mathieu_Demy

Julie Gayet
Née le 3 juin 1972 à Suresnes (Hauts-de-Seine).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Julie_Gayet
Fille d’une antiquaire et d’un chirurgien, Julie Gayet oriente ses études vers le monde du spectacle à l’adolescence...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/julie-gayet-19919.php

Lionel Abelanski
Né le 22 octobre 1964 à Paris.
Élève au Cours Florent, fait sa première apparition à l’écran en 1989 dans Romuald et Juliette...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel_Abelanski

Valérie Donzelli
Voir fiche du film La Guerre est déclarée.

Elizabeth Vitali
C’est à Marseille, au Conservatoire National de Région, qu’Elisabeth Vitali fait ses premiers pas sur les planches...
http://cinema.jeuxactu.com/personne-elisabeth-vitali-12609.htm

Eva Mazauric
Née à Nîmes, effectue quelques cours de théâtre au lycée avant d’entrer au conservatoire local une fois son bac en poche...
http://www.spectacles.fr/artiste/eva-mazauric

Anne Charrier
Née le 16 mars 1974 à Ruffec (Charente).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Charrier

Alban Lenoir
Né le 16 décembre 1980.
Cascadeur dans Les Brigades du Tigre, a incarné plus récemment un nouveau personnage dans la série Kaamelott...

Emilie Caen
http://www.agence-oz.com/template.cfm?id=194&file=result.cfm&action=all&id_Artiste=273289/emilie_caen.html

extrait(s) de presse

Excessif - Un moment agréable à passer en salle obscure, léger et frais, assez idéal pour fuir les moiteurs de juillet.
Le Nouvel obs - C’est indéniablement l’une des plus jolies surprises françaises de l’été.
Télérama - On regrette une mise en scène trop sage, mais les dialogues sont malins, et les acteurs tous attachants.
Cinémathèque de Phil Siné - Un pur moment de comédie, mêlé à une belle émotion, que l’on n’oubliera certainement pas de sitôt !
Abus de ciné - D’une grande cocasserie, "L’Art de séduire" est charmant et léger comme le doux parfum de l’été, sachant tirer le meilleur d’un casting parfait...
Angles de vue - "L’Art de séduire" s’apparente bien à un marivaudage...
Les Echos - "L'Art de séduire" promène le spectateur sans laisser de traces. Comme un joli regard croisé dans la rue.
Il était une fois le cinéma - Drôle, touchant et inattendu, "L’Art de séduire" est porteur de beaucoup d’espoirs.