Où va la nuit - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Où va la nuit

Où va la nuit

France - 2010 - 1h45
film - film francophone
de

Martin Provost

scénario : Marc Abdelnour, Martin Provost
d'après l'oeuvre de : Keith Ridgway
direction de la photographie : Agnès Godard
musique ou chansons : Hugues Tabar-Nouval
avec : Yolande Moreau (Rose), Pierre Moure (Thomas), Edith Scob (Mme Talbot), Laurent Capelluto (Denis), Jan Hammenecker (inspecteur Nols), Loïc Pichon (le mari), Servane Ducorps (Marina), Valentijn Dhaenens (Vincent)
séances : semaine du mercredi 4 mai 2011
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
14:30
18:00
21:40
18:00
21:40
18:00
21:40
14:30
18:00
21:40
14:30
18:30
18:00
21:40
18:00
21:40
séances : semaine du mercredi 11 mai 2011
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
18:00
21:50
18:00
21:50
18:00
21:50
14:30
18:00
21:50
14:30
18:00
21:50
18:00
21:50
séances : semaine du mercredi 18 mai 2011
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
14:45
21:00
18:30
17:00
21:00
séances : semaine du mercredi 5 mars 2014
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
20:30*
séance spéciale :
* mar 11 20:30 - soirée organisée dans le cadre de "Quand les femmes font leur cinéma" en partenariat avec la Maison des peuples et de la paix - tarif unique 3,5 €

synopsis

Christian est un alcoolique notoire et bat régulièrement sa femme, Rose. Un jour Rose décide de sortir de l’enfer. Elle assassine son mari en l’écrasant avec la voiture, à l'endroit même où ce dernier avait écrasé et tué une jeune fille. Rose maquille son crime avant de partir rejoindre son fils homosexuel, Thomas, à Bruxelles. Elle espère y trouver le soutien dont elle a besoin mais Thomas est tellement englué dans ses propres contradictions et problèmes personnels qu’il ne lui est d’aucun secours. Incapable d’imaginer que sa mère ait pu assassiner son père, il faudra qu’un ami journaliste lui ouvre les yeux. Mais sa réaction ne sera pas celle espérée par tous...

notes de production

Où va la nuit est l’adaptation d’un roman intitulé Mauvaise pente de Keith Ridgway, prix Femina étranger 2001 et Prix du 1er roman étranger 2001. Martin Provost, le réalisateur, avait été bouleversé par la lecture du livre lors de sa parution et avait souhaité l’adapter à l’époque mais les droits étaient déjà acquis. Finalement, Julie Salvador lui offre l’opportunité en 2008 de porter le livre sur grand écran. Enfin, le réalisateur souhaitait retravailler avec Yolande Moreau après Séraphine (1) : c’était évidemment un rôle pour elle, et surtout la possibilité pour nous d’aller dans une autre direction, avec un personnage très différent. Plus lucide, plus ambigu que Séraphine, un personnage beaucoup plus dans le contrôle et la retenue.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film78

Alors que le livre multiplie les points de vue et les flash-backs, Martin Provost a fait le choix de ne pas reproduire cette construction et de déplacer l’action : l’action du roman se déroulait en Irlande dans les années 90, autour d’un fait divers célèbre là-bas. Le contexte politique, religieux et patriarcal était très fort, difficile à transposer de nos jours dans un environnement francophone. Avec mon co-scénariste Marc Abdelnour, nous avons cherché des équivalences, en vain. On a même pensé replacer l’histoire dans les années 60 ou 70, lorsque le débat sur l’avortement était d’actualité. (...) Finalement, il a décidé de se concentrer sur le parcours de cette femme prise dans un engrenage, celui de sa propre culpabilité.

Martin Provost assimile Où va la nuit à une tragédie antique : comme dans une pièce de Sophocle, chaque personnage, par ses actes, entraîne malgré lui sa chute. Nous avions ici un couple monstrueux à la dimension tragique, un homme qui tue une fille et qui s’en tire à bon compte, mais se détruit par la boisson, une femme qui décide de se faire justice (comme s’il s’agissait pour elle de se substituer à la justice divine) et tue à son tour, pour elle, pour la jeune fille assassinée, mais aussi pour libérer son fils. Ce même fils qu’elle croit pouvoir retrouver comme avant, et qui va se retourner contre elle parce que c’est lui qui aurait dû tuer son père et qu’il a hésité à le faire pendant des années, explique-t-il.

On retrouve dans Où va la nuit la même thématique que dans le précédent film du réalisateur, Séraphine, celle d’une femme qui se libère : "Mais ce n’était pas conscient. Il faut croire que je parle de moi à travers elles… J’ai aussi un projet qui me tient à coeur autour de l’écrivain Violette Leduc (2), l’une des premières femmes à avoir parlé librement de la sexualité. Donc, ça continue !", s’amuse-t-il.
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film1153

Le réalisateur a décidé de situer son film en Belgique : il y a une étrangeté en Belgique, qui n’est pas seulement due à notre regard de français, mais qui est inhérente au pays et convenait très bien au film. Il y a bien sûr l’imbrication des langues, un entre-deux permanent et des contrastes frappants, parfois très visuels, comme celui qui existe entre les Ardennes belges, où se passe le premier tiers du film, et Bruxelles, capitale administrative de l’Europe.

Le livre qui s’intitule en anglais The Long falling, n’a pas été gardé par le réalisateur en raison de son sens religieux (falling signifiant la chute), intraduisible en français. Quant au titre français du livre, Mauvaise pente, il réduisait le récit à un polar. Où va la nuit fait référence à cette nuit dans laquelle se débattent Rose et son fils. C’est une nuit intérieure qui peu à peu se dissipe et peut à terme mener à la lumière, à une certaine forme de rédemption, explique le réalisateur.

Le réalisateur revient sur sa collaboration avec Yolande Moreau : c’est quelqu’un qui emmagasine énormément en amont, elle construit des choses qui finissent par lui appartenir. Dans mon travail avec les comédiens, j’essaye toujours de créer un lien entre le personnage et le passé de l’acteur. De puiser dans les histoires de chacun. Nous avons évidemment cherché des points de contact entre l’histoire de Rose et celle de Yolande.

Où va la nuit suit une femme qui commet l’irréparable lorsqu’elle tue son mari : elle aurait pu simplement partir, quitter son mari. Mais Rose agit parce qu’elle considère que la justice des hommes n’a pas été rendue : elle se rend justice à elle-même et aux autres. Après, on découvre, et c’est l’un des enjeux du film, qu’elle croyait aussi délivrer son fils en tuant le père. C’était un mauvais calcul, et elle finit par s’en rendre compte. Malgré ce geste, le spectateur s’attache à elle bien que le réalisateur ait refusé d’en faire une victime : dans les situations dramatiques, par exemple, je voulais que Yolande ne joue pas de façon dramatique. Elle est une femme qui tue, qui prémédite son geste, et qui l’assume. Mais peu à peu sa culpabilité la rattrape, ajoute-t-il.

Deux personnages, le journaliste et le policier, incarnent dans le film le regard de la société et transforment l’acte tragique de Rose en fait divers : il y a d’un côté le journaliste chargé de la décrypter pour le grand public et de l’autre le policier qui représente le bras armé de la justice. Chacun, à sa façon, a son rôle à jouer et précipite l’intrigue. (...) c’est bien l’intervention combinée de ces deux personnages qui à un moment donné va sortir Rose de l’impasse et accélérer sa prise de conscience. La femme qu’on voit au bout du quai à la fin du film n’est plus la même que celle complètement fermée et absente qu’elle était au début à la ferme.

Le personnage de Rose évolue au fur et à mesure du film, comme le raconte le réalisateur : pour l’anecdote, je me souviens alors qu’on approchait des séquences de la fin, qu’Agnès Godard, la chef-opératrice, pour plaisanter surnommait Yolande Gena Yolande en référence à Gena Rowlands et aux héroïnes des films de Cassavetes... C’était vraiment ça ! Dans le tout dernier plan du film, quand on la découvre au bout du quai avec ses cheveux dénoués, vivante et totalement présente à elle-même, Yolande est impériale. C’était notre objectif, emmener ce personnage là où elle ne pouvait pas aller. Un changement qui s’est également fait ressentir chez son interprète : ce changement intérieur doit passer aussi par une façon de bouger, de se tenir. Je lui disais souvent : Yolande, redresse-toi ! Elle reprenait alors de la hauteur, et, à la fin, elle se tenait droite. Vraiment droite. C’était une autre femme, complète-t-il.

Contrairement au roman, le réalisateur a voulu éviter de faire de Thomas un personnage univoque : c’est un personnage difficile, un peu ingrat, parce que politiquement incorrect. Le fils homosexuel qui trahit sa mère, n’est pas vraiment dans l’air du temps. Comment le traiter pour qu’il ne soit pas seulement un salaud, là était la difficulté. Il fallait le prendre de l’intérieur, d’abord comprendre ses mobiles. (...) Il fallait bien que je l’aime ce personnage pour arriver à lui rendre justice. J’essaie de ne pas le juger, au mieux de le comprendre, de me mettre à sa place. Pour ce rôle difficile, a été choisi Pierre Moure, un acteur bressonien [qui a] une présence physique forte, de l’innocence, une voix un peu blanche, une diction particulière.

Les rapports entre Rose et son fils sont pour le moins complexes puisque le jeune homme n’hésite pas à dénoncer sa mère pour son meurtre. Le réalisateur revient sur cette relation trouble : la logique, évidemment, voudrait qu’il soit solidaire de son geste, mais il y a en lui des ressorts inconscients qui se mettent en branle, des loyautés contradictoires. Ils témoignent de son lien avec son père. A partir de là, chacun peut y aller de sa propre interprétation et c’est très bien comme ça.

Autour de Rose et son fils gravitent des personnages étranges, que le réalisateur définit comme les messagers dans une tragédie, ou dans certaines pièces de Shakespeare. Ce sont des personnages qui viennent pour éclairer l’histoire, et précipiter le destin.

Le réalisateur et sa directrice de photographie ont clairement défini dès le début l’identité visuelle du film par de longues séances de travail en amont avec Agnès Godard qui leur ont permis d’aller à l’essentiel. Ils ont ainsi décidé d’isoler les personnages dans des grands décors et d’aller de la pénombre à la lumière au fur et à mesure du film : Rose est vue de dos ou de profil ou alors d’assez loin. Les décors sont en contre-jour. Pour peu à peu se rapprocher et avoir plus de lumière. Jusqu’au plan de la fin au bout du quai où Rose littéralement offre son visage à la lumière, explique Martin Provost.

Le réalisateur a fait appel à Hugues Tabar-Nouval, compositeur notamment de la musique de L’Autre Dumas (3). Martin Provost lui a imposé une contrainte, celle d’utiliser des Ondes Martenot (4), un instrument de musique électronique : à la fois avant-gardiste et pourtant en apparence presque archaïque. Il a été employé par le cinéma américain des années 40 et 50, puis il est tombé en désuétude. L’instrument lui-même est très particulier, très mystérieux, difficile à manipuler : il en reste très peu aujourd’hui et il a fallu faire venir une spécialiste pour en jouer. A l’oreille, il crée des équilibres instables, les mélodies sont transformées en ondes fluctuantes et deviennent obsédantes, d’où une sensation de malaise et d’angoisse, une impression poignante d’étrangeté, explique le cinéaste.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/L’Autre_Dumas
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ondes_Martenot

Cette actrice qui incarne Madame Talbot est selon Martin Provost, une comédienne rare, au registre très particulier : elle est toujours sur un fil, comme si elle avançait à tâtons. Il y a quelque chose chez elle de fragile, en même temps de presque menaçant. C’est comme du cristal prêt à se briser mais aussi à couper. Édith Scob a été révélée par Les Yeux sans visage (5) de Franju où elle incarnait une jeune fille dont le visage défiguré était caché par un masque. Actrice fétiche du réalisateur, elle tourne au total six films sous sa direction. Depuis, elle s’est autant illustrée à la télévision (Sœur Thérèse.com) (6) qu’au théâtre (elle est montée sur les planches dans plus d’une cinquantaine de pièces et en a mis cinq en scène). Avec une grande liberté, elle joue à la fois dans des films populaires (Le Pacte des loups (7), Bon voyage) (8) et des œuvres d’auteur (Les Âmes fortes (9), La Question humaine) (10).
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film499
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C5%93ur_Th%C3%A9r%C3%A8se.com
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pacte_des_loups
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bon_voyage_(film,_2003)
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_%C3%82mes_fortes_(film)
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Question_humaine

Entretien avec Martin Provost
Comment avez-vous eu l’idée d’adapter Mauvaise pente de Keith Ridgway ?
J’avais lu le roman dès sa parution, en 2001, quand il avait eu le Prix Femina étranger. Il m’avait fasciné et vraiment bouleversé, même si la fin m’avait mis très mal à l’aise...
http://www.cinemovies.fr/fiche_info-21696-prod.html

Martin Provost
http://www.commeaucinema.com/personne/martin-provost,55722
Né à Brest en 1957.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Provost
Il se consacre à l’écriture et à la réalisation...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/martin-provost-22760.php

Keith Ridgway
Né en 1965 à Dublin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Keith_Ridgway

Agnès Godard
Née le 28 mai 1951 à Dun-sur-Auron (Cher).
Fait des études de journalisme avant de s’orienter vers le cinéma...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_Godard

Yolande Moreau
Née le 27 février 1953 à Bruxelles, d’un père wallon négociant en bois et d’une mère flamande, femme au foyer...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yolande_Moreau

Edith Scob
Née Edith Helena Vladimirovna Scobeltzine (petite-fille d’un général de l’armée russe) le 21 octobre 1937 à Paris.
Depuis Les Yeux sans visage, film de Georges Franju qui l’a révélée, Édith Scob a eu un parcours atypique...
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dith_Scob

Laurent Capelluto
Sa carrière commence en 2003, lorsqu’il signe sa première apparition à l’écran avec Le Tango des Rashevski...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/laurent-capelluto-37256.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Capelluto

Loïc Pichon
Né à Nantes en 1943.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lo%C3%AFc_Pichon

extrait(s) de presse

France-Amérique - Le réalisateur de "Séraphine" remet Yolande Moreau à l’honneur dans "Où va la nuit"...
Cineuropa - Le scénario de "Où va la nuit" est centrée sur le personnage de Rose...
Utopia - "Où va la nuit" est un très beau film, et Yolande Moreau y est souveraine…
Le Figaro - "Où va la nuit" est un film plein d'humanité grave. (...) Yolande Moreau illumine ce drame de sa bonté.
Libération - Conciliant sans accroc peinture sociale et intrigue policière, "Où va la nuit" se caractérise à nouveau chez Martin Provost par la composition de Yolande Moreau qui, comme à l'accoutumée, investit avec une précision confondante une figure ingrate.
Positif - Nulle afféterie stylistique, nulle profusion scénaristique ne sauraient détourner le spectateur de cette rédemption à la fois déterminée, hagarde et dévastatrice.
Le Nouvel obs - (...) "Où va la nuit" diffuse une note plus froide, moins évidente, à l'image de son (beau) titre. Une mélodie qui joue le décalage et nous laisse d'abord un peu loin pour mieux nous faire vibrer, au rythme de Rose, à laquelle Yolande Moreau confère l'incomparable alliage de réalisme et de merveilleux qui est le sien.