les aventures de pinocchio - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les aventures de pinocchio

les aventures de pinocchio

ciné môme - ciné répertoire
Avventure di Pinocchio (Le)
Italie - 1972 - 2h15
sorti en France le 22 août 1975
accessible à partir de 6 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Luigi Comencini

scénario : Luigi Comencini, Suso Cecchi d'Amico
d'après l'oeuvre de : Carlo Collodi
direction de la photographie : Armando Nannuzzi
musique ou chansons : Fiorenzo Carpi
avec : Andrea Balestri (Pinocchio), Nino Manfredi (Geppetto), Gina Lollobrigida (Fée Turquoise), Lionel Stander (Mangiatuoco), Franco Franchi (le Chat), Ciccio Ingrassia (le Renard), Ugo d'Alessio (maître Cerise), Vittorio de Sica (le juge), Mario Adorf (le directeur du cirque)
séances : semaine du mercredi 9 mars 2011
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
14:30
14:45
14:45
séances : semaine du mercredi 16 mars 2011
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
14:30
14:45
14:45
séances : semaine du mercredi 18 avril 2018
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
14:00*
séance spéciale :
* dans le cadre du festival "Play it again", en partenariat avec l’association des distributeurs de films de patrimoine - séance en version française

synopsis

Gepetto est un menuisier toscan sans le sou. Afin de combler sa solitude, il décide de se fabriquer un pantin de bois, qu’il prénomme Pinocchio. Son ouvrage terminé, pour oublier la faim qui le tenaille, il va se coucher. Dans la nuit glaciale, la fée Turquoise anime la marionnette qui se comporte dès lors comme un petit garçon de chair et de sang, à la grande joie de Gepetto, qui a toujours rêvé d’avoir un fils. Mais Pinocchio se révèle être turbulent. Il fait l’école buissonnière et disparaît bientôt avec un directeur de cirque et son théâtre ambulant de marionnettes. Désespéré, le pauvre Gepetto se lance à sa recherche. Commencent alors des aventures rocambolesques…

notes de production

Les Aventures de Pinocchio a été le deuxième livre (1) le plus vendu en Italie au XXème siècle avec le tirage de 9 à 10 millions d’exemplaires, derrière La Divine comédie (2) de Dante Alighieri (11 à 12 millions d’exemplaires).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinocchio
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Divine_Com%C3%A9die

C’est en 1963 que Comencini et Piero Gherardi (3) envisagèrent d’adapter le conte de Collodi. Mais Carlo Ponti (4) et Fellini (5) ayant le même projet, Comencini renonça au sien puis le reprit quand celui de Fellini fut abandonné.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Piero_Gherardi
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carlo_Ponti
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Federico_Fellini

Les Aventures de Pinocchio est un feuilleton télévisé (6) italien en six épisodes de 55 minutes adapté du conte de fées de Carlo Collodi, réalisé par Luigi Comencini et diffusé du 8 avril 1972 au 6 mai 1972 sur la RAI.
En France, la série a été diffusée du 19 au 31 décembre 1972 sur la première chaîne de l’ORTF. Rediffusion dans les années 80 dans l’émission Croque vacances sur TF1, en 1989 dans l’émission Amuse 3 sur FR3 et M6.
Par la suite, le feuilleton a été remonté et réduit à une durée d’environ 135 minutes, pour une exploitation en salle.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Aventures_de_Pinocchio_(mini-s%C3%A9rie,_1972)

Le Pinocchio de bois est en réalité en fibre de verre. D’une hauteur de 1,10 mètre et d’un poids de 10 kgs, sa manipulation nécessitait 4 personnes.

Pour l’énorme majorité des amateurs de contes et de cinéma de par le monde, l’histoire de Pinocchio est inévitablement liée à l’incontournable version animée (7) produite par les studios Walt Disney en 1940. Une adaptation clairement aseptisée, voire mensongère, du matériau littéraire original de l’écrivain toscan Carlo Collodi. Cela dit, on ne trouvera pas dans ce article une critique assassine du Pinocchio de Disney tant ses qualités narratives et surtout formelles en font un film magnifique et un sommet de l’animation, qui n’évite pas d’ailleurs de développer une certaine noirceur liée aux terreurs enfantines même si le moralisme hollywoodien en sort assurément vainqueur. On se contentera d’affirmer qu’il s’agit d’une film prenant sa source dans l’œuvre de Collodi pour aller vivre sa vie en toute indépendance, loin des préoccupations de l’auteur italien. Il n’est d’ailleurs pas besoin de s’appesantir sur la trahison hollywoodienne opérée par Disney pour vanter les mérites de l’adaptation de ce conte traditionnel par Luigi Comencini, et l’on se permettra même de défendre l’idée qu’on puisse aimer les deux versions, nonobstant leur caractère antinomique...
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pinocchio_(film,_1940)
Le film de Luigi Comencini, cinéaste progressiste, est à ce titre très fidèle à ce tableau froid, sombre et rugueux. Son Geppetto est miséreux et affamé, et se heurte à l’hostilité de ses congénères quand il leur demande simplement de l’aide ; quand on demande à Pinocchio : quel métier fait ton père ?, le garçon répond benoitement : pauvre. De même, le réalisateur reste attentif à l’équilibre toujours maintenu entre les séquences réalistes et les séquences fantastiques que développait le récit feuilletonnesque de Collodi. Très tôt la magie de la Fée bleue intervient, et le garçonnet vivra sous formes d’épisodes des péripéties qui seront autant d’étapes dans sa compréhension de sa destinée humaine entre un environnement d’où émerge une forte pauvreté et propre à toutes les vilénies - ainsi que le surgissement de dogmes sociaux et moraux auxquels se plier - et un univers surnaturel empreint de poésie et de naïveté que seul l’esprit imaginatif de l’enfance peut considérer comme tangible et à l’égal du monde réel. Sur ce dernier plan, il est logique que le projet des Aventures de Pinocchio échoit à Comencini, l’un des plus grands cinéastes de l’enfance et de l’adolescence. Sa mise en production suit même chronologiquement le documentaire Bambini et noi (8), sur le rôle délicat de l’éducation et sur les relations conflictuelles entre adultes et enfants, que le réalisateur avait tourné pour la télévision en 1970. Les problématiques de l’enfance et la difficile intégration des enfants dans un monde adulte, qui ne les comprend pas et tente de les modeler (parfois de force) à leur image, sont un thème majeur dans l’œuvre du cinéaste. De Heidi (9) à Marcellino (10) en passant par Tu es mon fils (11), le bouleversant Incompris (12), Casanova, un adolescent à Venise (13), Eugenio (14), la minisérie Cuore (15) et Un Enfant de Calabre (16), les exemples abondent de films intelligents et sensibles qui développent un discours sur le statut de l’enfant dans une Italie écartelée entre des traditions profondes et une marche forcée vers le modernisme qui heurte une grande partie des classes populaires (notamment rurales).
http://www.dvdclassik.com/critique/les-aventures-de-pinocchio-comencini
(8) http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/42361_1
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Heidi_(film,_1952)
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcellino
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tu_es_mon_fils
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Incompris
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Casanova,_un_adolescent_%C3%A0_Venise
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Eugenio_(film,_1980)
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cuore_(film,_1984)
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_enfant_de_Calabre

L’une des idées les plus originales du film est de ne pas représenter Pinocchio comme un pantin de bois qui cherche à devenir un vrai petit garçon : il apparait dès le début transformé en garçonnet de chair et d’os, mais pour demeurer ainsi, il devra veiller à ne pas faire de bêtises et à être le plus sage possible. Sinon, il redeviendra un pantin... Avec ce point de départ surprenant, Comencini livre un récit d’apprentissage aussi jovial que poignant sur le fait de bien se conduire : espiègle et parfois turbulent, Pinocchio doit apprendre à devenir un garçon bien élevé et responsable de ses actes, dans une société qui ne ménage pas les enfants.
On retrouve dans cette adaptation les scènes les plus emblématiques du conte : le nez de Pinocchio qui s’allonge, l’intervention de Chat et de Renard, la transformation en âne, la fuite du gosier du requin géant... Mais ici, Comencini donne plus d’importance au réalisme qu’au merveilleux. On pense beaucoup aux romans de Charles Dickens (Oliver Twist) (17) et au néoréalisme italien (notamment Le Voleur de bicyclette) (18). Ce qui importe le plus pour le réalisateur, c’est de montrer l’enfance comme un symbole de pureté et d’innocence face à la cruauté de la misère sociale et aux esprits les plus malfaisants que cette dernière peut engendrer. En effet, durant son périple, Pinocchio fait plusieurs mauvaises rencontres : des êtres brutaux et méchants, des voleurs et des monstres...
https://benshi.fr/films/les-aventures-de-pinocchio/455
(17) http://www.citebd.org/spip.php?film1450
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Voleur_de_bicyclette

L’histoire de Pinocchio appartient bien à la mythologie des contes pour enfants, mais le plus souvent pour de mauvaises raisons. Celles-ci proviennent de ses innombrables adaptations édulcorées (traductions, films, etc.). Les plus grands torts perpétrés envers cette œuvre littéraire de Carlo Collodi sont hollywoodiens ; et la palme revient à Walt Disney. Inutile de s’appesantir sur son entreprise manichéenne de mise au pas des jeunes W.a.s.p. (19) et consorts ; heureusement, l’histoire est passée sur ce personnage plus que douteux… Il n’empêche qu’en 1940, il s’est attaqué à ce livre pour le pire.
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/White_Anglo-Saxon_Protestant
Les Aventures de Pinocchio de Comencini pourrait être vu comme une réparation posthume faite à Collodi, même si le film est bien plus que cela. Le livre adapté, retrouve enfin de sa richesse et de sa complexité sous-jacente. Car l’œuvre, mondialement connue, n’a valu la postérité qu’à son petit personnage. Collodi (un pseudonyme du nom du village (20) toscan de sa mère) est tombé dans les oubliettes de l’histoire ; même dans celles de son propre conte !
Pourtant, il est bien là à l’œuvre déjà vieux, revenu dans sa Toscane natale et de la Grande Histoire de la naissance de l’Italie, dont il fût un acteur. En 1881, sa vie passée l’a rendu suffisamment misanthrope, au point de ne plus s’adresser qu’aux enfants. Grâce aux aventures de Pinocchio, une commande et un hasard, Collodi règle quelques (autres) comptes : avec ses utopies de jeunesse, il a été révolutionnaire et journaliste au côté de Garibaldi (21) ; avec ses engagements politiques, il s’est battu comme jeune soldat contre les Habsbourg (22), puis contre les Autrichiens (en 1859) ; avec son action politique, il a connu la censure puis il s’est résigné à faire partie des fonctionnaires en charge de l’éducation des enfants de la toute jeune Italie ; et enfin de manière déguisée, il fait le constat cruel de ses désillusions, de la vanité de (vouloir faire) l’histoire avec un grand H…
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Collodi
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Giuseppe_Garibaldi
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Habsbourg
https://www.culturopoing.com/non-classe/luigi-comencini-les-aventures-de-pinocchio-1972/20130517

Luigi Comencini
Né à Salo le 8 juin 1916, décédé à Rome le 6 avril 2007.
Architecte de formation, Luigi Comencini aura voué sa vie au cinéma...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/luigi-comencini-22766.php
Après des études secondaires en France et cinq années à l’école d’architecture de Milan, il fonde, avec Alberto Lattuada et Mario Ferrari, la cinémathèque italienne...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luigi_Comencini
Lion d’or pour l’ensemble de la carrière, 1987 au Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica (Venezia).
http://cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr/index.php?pk=12426
Plus sombre que Risi, moins intransigeant que Scola, il saute de la comédie au drame avec aisance, sans oublier de pénétrer toutes les sphères de la population italienne.
http://www.commeaucinema.com/personne/luigi-comencini,15183

Suso Cecchi d’Amico
Nom de plume de Giovanna Cecchi, née le 21 juillet 1914 à Rome où elle est décédée le 31 juillet 2010...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Suso_Cecchi_D%27Amico

Carlo Collodi
Pseudonyme de Carlo Lorenzini, né le 24 novembre 1826 à Florence où il est décédé le 26 octobre 1890...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlo_Collodi

Andrea Balestri
Né à Pise le 1er septembre 1963...
http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=it&u=http://it.wikipedia.org/wiki/Andrea_Balestri&ei=Dx5cTbOUGcmi8QOs98CVAg&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=8&ved=0CFcQ7gEwBw&prev=/search%3Fq%3Dbiographie%2Bandrea%2Bbalestri%26hl%3Dfr%26sa%3DG%26prmd%3Divnso

Gina Lollobrigida
Née à Subiaco le 4 juillet 1927.
Elle naît dans une famille modeste et grandit dans un petit village italien...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/gina-lollobrigida-3511.php
Elle termine deuxième au concours de Miss Rome et troisième à celui de Miss Italie...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gina_Lollobrigida

Nino Manfredi
Né à Castro dei Volsci le 22 mars 1921, décédé à Rome le 4 juin 2004.
Suit les cours de l’Académie nationale d’art dramatique jusqu’en 1947...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/nino-manfredi-15877.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nino_Manfredi

Lionel Stander
Né le 11 janvier 1908 à New York et décédé le 30 novembre 1994 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel_Stander
http://www.series-80.net/acteur/biographie/lionel-stander.html

Vittorio de Sica
Né à Sora (Italie) le 7 juillet 1901, et mort d’un cancer du poumon à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine, France) le 13 novembre 1974.
Il a obtenu 4 Oscars du meilleur film étranger et le Grand prix au Festival de Cannes 1951 pour Miracle à Milan (Miracolo a Milano)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vittorio_De_Sica

Mario Adorf
Né le 8 septembre 1930 à Zurich.
En 2007, il a été membre du jury du festival international cinématographique de Berlin présidé par le réalisateur américain Paul Schrader...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Adorf

extrait(s) de presse

Devild dead - Portrait sans complaisance du personnage de Pinocchio...
Télérama - C'est simple, émouvant et limpide.
Ciné culte - Superbe film, une adaptation fidèle du roman de Collodi...
Scribd - Comencini fait sentir la vertu de la rébellion face àl’ordre, détruit la vision traditionnelle de la relation père-fils.
Cinéma d'Olivier - Ce film-là est la meilleure adaptation de l’œuvre de Collodi.
Comme au cinéma - Un film où le cinéaste s'est exprimé avec beaucoup de naturel pour dire ses convictions en matière d'éducation et rapports parents-enfants...
Dvd toile - Un chef d'oeuvre, un monument du cinéma...
àVoir-àLire - Un film magique, féérique et au charme fou. Merveilleux dans tous les sens du terme.