Incendies - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Incendies

Incendies

Québec, France - 2009 - 2h10
9 prix dont celui du meilleur film 13e cérémonie des prix Jutra 2011
film - version originale sous-titrée en français
de

Denis Villeneuve

scénario : Denis Villeneuve, Valérie Beaugrand-Champagne
d'après l'oeuvre de : Wajdi Mouawad
direction de la photographie : André Turpin
musique ou chansons : Grégoire Hetzel
avec : Rémy Girard (le notaire Lebel), Lubna Azabal (Nawal), Mélissa Désormeaux-Poulin (Jeanne Marwan), Maxim Gaudette (Simon Marwan), Abdelghafour Elaaziz (Abou Tarek), Mohamed Majd (Chamseddine), Allen Altman (notaire Maddad), Nabil Sawalha (Fahim), Baya Belal (Maika), Bader Alami (Nicolas)
séances : semaine du mercredi 12 janvier 2011
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
14:30
17:30
21:00
17:30
21:00
17:30
21:00
14:30
17:30
21:45
14:30
18:45
17:30
21:45
18:00
séances : semaine du mercredi 19 janvier 2011
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
14:45
21:15
21:15
14:45
21:15
14:45
21:15
19:00
14:45
21:15
20:30
séances : semaine du mercredi 18 janvier 2012
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
14:00
16:00
18:30
21:00

synopsis

A la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon Marwan se voient remettre deux enveloppes : l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l‘autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de sa mère, enfermée dans un mutisme inexpliqué les dernières semaines précédant sa mort. Elle décide immédiatement de partir au Moyen Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien… Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère qui s’est toujours montrée distante. Mais son amour pour sa sœur jumelle le poussera bientôt à rejoindre Jeanne et à sillonner avec elle le pays de leurs ancêtres sur la piste d’une mère bien loin de celle qu’ils ont connue...

notes de production

Prix Jutra
Prix qui couronnent l’industrie du cinéma québécois.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Jutra

Incendies est le quatrième long-métrage de Denis Villeneuve. Avant cela, il a tourné Un 32 août sur terre (1998), encensé par la critique et qui concourt en sélection officielle dans de grands festivals (Un certain regard à Cannes, Festival de Toronto et Telluride). Son deuxième film, Maelström, reçoit, quant à lui, vingt cinq prix à travers le monde. Emmené par une Marie-Josée Croze exceptionnelle, le film raconte comment une femme à qui tout réussit se trouve confrontée à la culpabilité après avoir fauché un passant. En 2009, sort sa troisième œuvre, Polytechnique(1) qui relate les événements dramatiques qui se sont déroulés en décembre 1989 à l’école Polytechnique de Montréal : un jeune homme, Marc Lépine tue 14 personnes, toutes des femmes, dans une classe d’ingénierie clamant haut et fort qu’il abhorre les féministes.
(1) Ce film, inédit en France, a été présenté en Sélection officielle au Festival du film francophone d’Angoulême 2009.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Incendies_(film)

Incendies est une adaptation de la pièce de théâtre écrite par Wajdi Mouawad. Faisant partie d’une trilogie comprenant trois œuvres (Littoral, Incendies, Forêts), l’auteur y évoque la difficulté de l’exil, lui qui a été contraint d’abandonner le Liban alors qu’il n’avait que huit ans. La pièce, qualifiée de texte monde par Antoine de Baecque, a été encensée lors de sa parution. Le critique de théâtre ajoute : ce sera la pièce des débuts du XXIe siècle, celle d’une bouleversante quête initiatique, celle d’une odyssée des origines, celle des trajets et des migrations, celle du choc des cultures entre l’Occident et l’Orient, celle où se croisent la question de l’intime, du singulier, et les violences des guerres, des communautés malmenées par l’histoire.

Alors qu’il assiste à la représentation de la pièce de Wajdi Mouawad, Denis Villeneuve a une révélation, les images sont tellement fortes et puissantes que germe l’idée d’une adaptation : j’ai reçu le texte dans la figure et suis sorti du théâtre sur les genoux (...) Le texte d’Incendies est comme une partition d’un grand compositeur classique : il inspire directement des images fortes.
Par la suite, convaincre l’auteur n’a pas été difficile : Wajdi a accepté de me prêter Incendies après avoir lu une cinquantaine de pages d’esquisse que je lui ai proposées. Il m’a fait le plus beau des cadeaux : celui de la liberté, précise le réalisateur.

Le film oscille entre lyrisme et réalisme, il a fallu trouver un juste équilibre entre ces deux genres qui fondent l’esthétique du cinéaste : j’ai opté pour la sobriété d’un réalisme cru, en conservant le facteur mythologique de la pièce à l’aide d’un travail sur la lumière naturelle et les ombres. L’émotion ne doit pas être une fin mais un moyen pour atteindre l’effet de catharsis désiré.
Pour corroborer l’effet de réel de certaines scènes, le cinéaste a souhaité travailler à la fois avec des acteurs professionnels et des amateurs, les directrices de casting ont largement contribué à la réussite de ces séquences : Lara Atalla, la directrice du casting jordanien a eu envie d’approcher des réfugiés irakiens pour leur donner du travail. Ils ont beaucoup donné au film. Le défi a été de travailler sur les accents de tout le monde pour cibler un accent arabe de la région du Golan rapporte le cinéaste.

Si le casting des jumeaux s’est avéré laborieux ainsi que celui de Mélissa Désormeaux-Poulin qui interprète un des rôles principaux, celui de Jeanne Marwan, Denis Villeneuve a cherché partout celui qui pourrait jouer Simon, le frère de Jeanne pour finalement choisir Maxim Gaudette qui tient le rôle-titre du tueur dans Polytechnique. L’acteur quasiment inconnu du grand public a également fait une apparition dans le film canadien Les 3 p’tits cochons.

Antoine de Baecque, toujours, a également vu le film du québécois. Le pari d’une adaptation était risqué compte tenu de la grande valeur littéraire de l’œuvre initiale. Pari tenu ? (...) La puissance universelle de cette écriture exigeait cette confrontation autant que cette fusion avec le cinéma, et ses manières, souvent très différentes, de visualiser, de monter, d’incarner les histoires. Denis Villeneuve a tenté ce pari, et le relève avec sa propre personnalité, celle d’un des cinéastes québecquois les plus talentueux de sa génération.

La pièce ne fait aucune mention d’un lieu précis où se déroule l’intrigue, on sait juste qu’il s’agit d’un pays du Moyen-Orient. On peut supposer que l’histoire se passe au Liban, le pays natal du dramaturge mais d’autres interprétations sont possibles et le doute n’y est pas fortuit. C’est pourquoi Denis Villeneuve décrit ce texte comme un champ de mines historiques. Le tournage s’est finalement déroulé en Jordanie mais le réalisateur a respecté le flou inaugural : Beyrouth ou Daresh ? Cette question m’a hanté durant toute l’écriture du scénario. J’ai finalement décidé de faire comme la pièce et d’inscrire le film dans un espace imaginaire comme Z de Costa Gravas afin de dégager le film d’un parti pris politique. Le film traite de politique mais demeure aussi apolitique.

Le film est inspiré de la vie de Souha Béchara.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Souha_B%C3%A9chara

Entretien avec Denis Villeneuve
Le texte de Wajdi Mouawad est souvent lyrique, voire emphatique. Cela a-t-il été un un obstacle pour l’adaptation de la pièce ?
Ça n’a pas été un obstacle, dans la mesure où je l’ai massacré ! [Rires] J’ai été profondément inspiré par la pièce. J’ai essayé de retenir les idées que j’avais ressenties derrière les images ; j’ai essayé de retenir les émotions, les impressions, et de les traduire en cinéma par la suite, mais dans une direction complètement différente. Quand Wajdi m’a accordé les droits, il m’a donné carte blanche...
http://www.avoir-alire.com/entretien-avec-denis-villeneuve

Denis Villeneuve
Né à Trois-Rivières le 3 octobre 1967.
Réalise son premier film professionnel avec l’Onf...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Villeneuve

Wajdi Mouawad
Né le 16 octobre 1968 à Deir- El-Kamar (Liban).
Encouragé par son professeur de français il entre à l’Ecole Nationale du Canada dont il sortira diplômé en 1991...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wajdi_Mouawad

André Turpin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Turpin

Grégoire Hetzel
Né en 1972 à Paris.
Compose régulièrement pour Arnaud Desplechin et Emmanuel Bourdieu...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A9goire_Hetzel
Rémy Girard

Lubna Azabal
Née à Bruxelles.
Son premier rôle au cinéma dans le court métrage J’adore le cinéma...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lubna_Azabal

Mélissa Désormeaux-Poulin
Née en 1981.
Fait ses débuts comme comédienne pour une publicité de céréales...
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9lissa_D%C3%A9sormeaux-Poulin

Maxim Gaudette
Né le 8 juin 1974.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maxim_Gaudette

Mohamed Majd
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=7629

Allen Altman
http://fr.wikipedia.org/wiki/Allen_Altman

Baya Belal
http://fr.wikipedia.org/wiki/Baya_Belal
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/308152/baya-belal

extrait(s) de presse

Mon cinéma - Villeneuve signe un scénario d’une grande finesse, d’une étonnante économie de mots, magnifié par la charge poétique des images, d’une âpreté de circonstance...
Films du Québec - Sans conteste l'un des films québécois les plus ambitieux de l'année...
Show bizz - Une seule question demeure. Qu’en a pensé Wajdi Mouawad ?
Point Zabriskie - Incendies qui devrait brûler par son intensité est un film d’une grande maîtrise avec des flashs de génie en certaines occasions...
Maxime Laperle - Villeneuve, dans toute sa carriere de cinéma d'auteur, a probablement produit le film le plus majeur de toute sa filmographie...
Le Cinéma - Douloureux mais nécessaire.
aVoir-aLire - Une expérience traumatique et émouvante, portée en finesse par le cinéaste québécois Denis Villeneuve...
Le Collectif - L’adaptation cinématographique de la pièce de Wajdi Mouawad est une réussite...