les yeux sans visage - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
le restaurant la table à dessin est actuellement fermé pour travaux.
accueil > à l'affiche au cinéma > les yeux sans visage

les yeux sans visage

ciné répertoire
France, Italie - 1959 - 1h28
sorti en France le 11 janvier 1960
interdit en salle aux moins de 16 ans
film - film francophone
de

Georges Franju

scénario : Pierre Boileau, Thomas Narcejac, Jean Redon, Claude Sautet, Georges Franju
d'après l'oeuvre de : Jean Redon
direction de la photographie : Eugène Schüfftan
musique ou chansons : Maurice Jarre
avec : Pierre Brasseur (docteur Génessier), Alida Valli (Louise), Edith Scob (Christiane Génessier), François Guérin (docteur Jacques Vernon), Alexandre Rignault (inspecteur Parot), Claude Brasseur (l'autre inspecteur), René Génin (Émile Tessot), Juliette Mayniel (Edna Grüberg), Béatrice Altariba (Paulette Mérodon), Charles Blavette (homme de la fourrière), Michel Etcheverry (Lherminier, médecin légiste), Yvette Etiévant (mère du petit malade), Lucien Hubert (homme au cimetière), Marcel Pérès (autre homme au cimetière), Birgitta Justin (Juliette), Gabrielle Doulcet (admiratrice du docteur Génessier), Charles Bayard (homme à la conférence), Jimmy Perrys (homme à la morgue), Charles Lavialle (concierge)
séances : semaine du mercredi 29 septembre 2010
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
18:30*
séance spéciale :
* Dans le cadre du Mardi Fantastique organisé et présenté en partenariat avec Hidden circle.

synopsis

Victime d’un terrible accident de la route Christiane, la fille du célèbre professeur Génessier, vit recluse dans le domaine familial. Un masque cache son visage atrocement défiguré. Afin de redonner un visage à sa fille le professeur, et sa fidèle assistante, n’hésitent pas à enlever des jeunes femmes et à se livrer à des greffes improbables...

notes de production

Je n’adhère pas à la vie mais à l’image. Ces images sont, comme dirait Baudelaire (1), mes fleurs maladives.
George Franju
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Baudelaire

Adapté du livre homonyme de Jean Redon (2), Les Yeux sans visage fut salué à l’époque - et encore aujourd’hui - comme étant l’une des rares réussites du cinéma d’horreur français.
(2) https://www.babelio.com/livres/Redon-Les-yeux-sans-visage/715520

Dans une séquence coupée au montage, on pouvait voir Edith Scob , filmée de dos, retirer son masque, s’échapper de la clinique et errer dans la rue, jusqu’à ce qu’elle croise une voiture et que le chauffeur, par l’expression de son visage, suggère toute l’horreur du visage mutilé de la jeune femme.

Les Yeux sans visage marque la rencontre de Georges Franju avec le duo de romanciers et scénaristes Boileau-Narcejac. Il se retrouveront deux ans plus tard pour Pleins feux sur l’assassin (3), cette fois-ci pour un scénario original.
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1918

En 1962, l’Espagnol Jesús Franco réalisera un premier remake des Yeux sans visage sous le titre L’Horrible docteur Orlof (3), qui sera suivi de ce que qu’on peut considérer comme une sorte de suite en 1988, avec Les Prédateurs de la nuit (4).
En 1967, un remake britannique discutable fut tourné par Robert Hartford-Davis sous le titre Corruption (5). Dans ce film, un chirurgien ( Peter Cushing), après avoir défiguré sa fiancée (Sue Lloyd) dans un accès de rage, va jusqu’au meurtre pour tenter de lui redonner visage humain.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Horrible_Docteur_Orlof
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Pr%C3%A9dateurs_de_la_nuit
(5) https://en.wikipedia.org/wiki/Corruption_(1968_film)

John Carpenter a mentionné que le masque blanc de Christiane fut une inspiration pour créer le masque sans visage de Michael Myers dans le film La Nuit des masques (6).
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Nuit_des_masques
La chanson Eyes without a face (7) du rocker anglais Billy Idol, coécrite avec le guitariste Steve Stevens, fait référence au film de Georges Franju. Pendant le refrain, on y entend distinctement la chanteuse Perri Lister chanter les mots Les yeux sans visage en français.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Eyes_Without_a_Face
Pedro Almodóvar a cité le film comme influence majeure pour La Piel que habito (8). Il dit par exemple dans une interview : j’avais en tête Les Yeux sans visage de Georges Franju pendant que j’écrivais le film et aussi quand j’ai commencé à penser au tournage. Je crois que, probablement, si on veut parler de référence à un autre film, l’unique référence claire et concrète était précisément ce film, Les yeux sans visage, que je connais par cœur.
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film754

Alors que beaucoup considèrent le début du 21ème siècle comme l’amorce d’une véritable culture du cinéma de genre en France, certains précurseurs viennent réduire à néant ce constat erroné. Certes, les rares efforts hexagonaux dans le domaine sont à compter sur les doigts d’une main, mais un film comme Les Yeux sans visage de George Franju mérite aisément une place parmi les plus grands films français. A une époque où l’Angleterre et sa mythique Hammer (9) et l’Italie et son légendaire Mario Bava (10) multiplient les chefs-d’œuvres gothique, le peuple français tarde à s’ouvrir au cinéma d’horreur et les producteurs demeurent incapables de s’atteler à une tâche qui paraît fort compliquée. Néanmoins, en 1958, l’un d’entre eux, Jules Borkon (11), décide de tenter l’aventure en finançant une adaptation d’un roman de Jean Redon. Pour ce faire, il confie la réécriture complexe du scénario, qui doit éviter toute effusion de sang et toute torture, au tandem Boileau-Narcejac, tandis que la réalisation de l’œuvre échoit à Georges Franju...
http://www.cinemafantastique.net/Yeux-sans-visage-Les.html
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hammer_Film_Productions
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1201
(11) http://www.imdb.com/name/nm0096934/

(...) Si certains critiques de l’époque avaient déploré un exhibitionnisme sanguinolent (Gilbert Salachas), l’aspect gore des images des scènes d’horreur (une extraction de peau sur le visage de Juliette Mayniel, un corps massacré par une meute de chiens), paraîtra aujourd’hui anodin, tout en gardant son impact terrifiant. Car ce qui intéresse Franju est précisément le décalage entre l’univers du réel et l’imaginaire propre au fantastique. Réticent vis-à-vis du genre, le cinéaste lui donne une dimension poétique et surréaliste, plus proche de la démarche de Cocteau (La Belle et la bête) (12) que des ambiances de Dario Argento (13). Les Yeux sans visage atteint ainsi le sublime dans les déambulations d’Édith Scob, d’une grâce inégalée. Son allure d’oiseau blessé, son regard mélancolique sous son masque protecteur et sa démarche de somnambule, colombe sur l’épaule, appartiennent désormais à la mythologie du cinéma. Si la jeune actrice contribue énormément au pouvoir de fascination du film, son partenaire Pierre Brasseur, sobre et inquiétant, réalisait la meilleure prestation de sa carrière, quinze ans après Les Enfants du paradis (14). Curieuse personnalité que ce médecin, tuant au nom de l’amour paternel, oscillant entre le désir de sauver sa fille et d’accomplir une œuvre médicale, et entretenant des rapports équivoques avec les autres femmes. Exerçant un ascendant sur son assistante, mentant ouvertement à la mère (Yvette Étiévant) d’un enfant malade, il joue la carte de la franche goujaterie devant une admiratrice plus très jeune (Gabrielle Doulcet). Mi-docteur Frankenstein, mi-tueur en série, il est désormais l’une des créatures les plus sombres du cinéma fantastique. Longtemps considéré comme mineur, Les Yeux sans visage est désormais un film culte de la cinéphilie mondiale. Nombre de cinéastes lui ont rendu hommage, de John Carpenter à Leos Carax (15) en passant par John Woo (16) et Pedro Almodovar.
https://www.avoir-alire.com/les-yeux-sans-visage-la-critique-du-film-culte-de-franju
(12) http://www.citebd.org/spip.php?film441
(13) http://www.citebd.org/spip.php?film1263
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Enfants_du_paradis
(15) http://www.citebd.org/spip.php?film852
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Woo

Georges Franju
Né le 12 avril 1912 à Fougères, décédé le 5 novembre 1987 à Paris.
Après avoir été décorateur de théâtre, il rencontre Henri Langlois avec lequel il participe à la création de la Cinémathèque française...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Franju

Jean Redon
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Redon

Boileau- Narcejac
En 1948, Pierre Boileau fait la connaissance de Thomas Narcejac. C’est le début de leur association qui ne s’achèvera qu’en 1989 au décès de Pierre Boileau. Thomas Narcejac continue un temps seul, avant de disparaître à son tour en 1998...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Boileau-Narcejac
http://calounet.pagesperso-orange.fr/biographies/boileaunarcejac_biographie.htm
http://www.polars.org/article77.html

Claude Sautet
Né le 23 février 1924 à Montrouge, décédé le 22 juillet 2000 à Paris.
Il débute sa carrière cinématographique en tant que réalisateur en 1951 avec un court-métrage et un long-métrage quatre ans plus tard...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Sautet
http://www.cinemapassion.com/filmographie-realisateur-Claude-SAUTET-1105.html

Eugène Schüfftan
Né le 21 juillet à Wrocław, décédé le 6 septembre 1977 à New York.
Connu pour avoir inventé l’effet Schüfftan, une technique d’effets spéciaux qu’il mit au point lors du tournage de Metropolis...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eugen_Sch%C3%BCfftan

Maurice Jarre
voir fiche du film Pleins feux sur l’assassin
http://www.citebd.org/spip.php?film1918

Pierre Brasseur
Né Pierre-Albert Espinasse le 22 décembre 1905 à Paris et décédé le 16 août 1972 à Brunico.
Après ses études, il échoue au concours d’entrée au Conservatoire, puis suit des cours d’art dramatique dispensés par Harry Baur et Fernand Ledoux au conservatoire Maubel...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Brasseur

Alida Valli
Née Alida Maria Laura von Altenburger le 31 mai 1921 à Pola et décédée le 22 avril 2006 à Rome.
Elle fait ses débuts en tant qu’actrice à quinze ans au Centro sperimentale di Cinematografia de Rome en 1936...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alida_Valli

Edith Scob
Née Edith Helena Vladimirovna Scobeltzine le 21 octobre 1937 à Paris.
Édith Scob a eu un parcours atypique, incarnant aussi bien des personnages dans des films et téléfilms très populaires que dans des films de recherche...
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dith_Scob

François Guérin
Né François René Gilles Grondin le 12 décembre 1927 à Paris où il est décédé le 26 octobre 2003.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Gu%C3%A9rin_(acteur)

Alexandre Rignault
Né le 14 février 1901 à Paris, décédé le 31 mars 1985 à Saint-Mandé.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Rignault

Claude Brasseur
Né Claude Espinasse le 15 juin 1936 à Neuilly-sur-Seine.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Brasseur

René Génin
voir fiche du film La Cage aux rossignols
http://www.citebd.org/spip.php?film1916

Juliette Mayniel
Née le 22 janvier 1936 à Saint-Hippolyte.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Juliette_Mayniel

Béatrice Altariba
Née Béatrice Florence Andrée Altarriba le 18 juin 1939 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_Altariba

Charles Blavette
Né le 24 juin 1902 à Marseille, décédé le 21 novembre 1967 à Suresnes.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Blavette

Michel Etcheverry
Né Michel-Adrien Etcheverry le 16 décembre 1919 à Saint-Jean-de-Luz, décédé le 30 mars 1999 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Etcheverry

Yvette Etiévant
voir fiche du film La Guerre des boutons
http://www.citebd.org/spip.php?film730

Lucien Hubert
Né Lucien Martial Désiré Lajarthe à Paris le 25 septembre 1906 et décédé à Antibes le 25 février 1986.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Hubert_(com%C3%A9dien)

Marcel Pérès
voir fiche du film Les Risques du métier
http://www.citebd.org/spip.php?film1917

Gabrielle Doulcet
Née le 20 février 1890 à Courbevoie et décédée le 23 février 1976 à Boulogne-Billancourt.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabrielle_Doulcet
Charles Bayard

Jimmy Perrys
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmy_Perrys

Charles Lavialle
voir fiche du film Les Tontons flingueurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1253

extrait(s) de presse

Dvd classik - La richesse du film provient essentiellement de la démarche suggestive de l’auteur...
Devil dead - Malgré les années, Les Yeux sans visage conserve toute sa force évocatrice et toute sa poésie...
Axé libre - C'est la poésie et non l'horreur qui marque le plus lorsque l'on ressort de la projection...
Matière focale - Les Yeux sans visage et sa poésie sauvage...
Il était une fois le cinéma - S’il est un film confirmant bien l’existence d’un « fantastique français », c’est sans aucun doute celui-ci : Les Yeux sans visage...
Scifi-movies - Les yeux sans visages, quel que soit l'angle sous lequel on le considère, est tout simplement et avant tout un très beau film.
Le Pont du 7ème art - Entre réalisme scientifique et fiction sanglante...
Ecran large - Georges Franju crée ici un film à l'esthétique et à l'ambiance gothiques grâce au travail des ombres et des lumières favorisé par le noir et blanc...