dark crystal - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
le musée reste ouvert en nocturne mercredi 14, jusqu’à 20h30, avec visite guidée de mode et bd par thierry groensteen à 18h30.
accueil > à l'affiche au cinéma > dark crystal

dark crystal

ciné môme
The Dark crystal
Gb, Usa - 1982 - 1h35
sorti en France le 23 mars 1983
Grand prix festival international du film fantastique Avoriaz 1983 - Premier prix festival internacional de cine imaginario y ciencia ficción Madrid 1983
pour enfants à partir de 8 ans
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Jim Henson, Frank Oz, Gary Kurtz

scénario : Jim Henson, David Odell
direction de la photographie : Oswald Morris
musique ou chansons : Trevor Jones
voix : Jim Henson (Jen), Kathryn Mullen (Kira), Frank Oz (Aughra / Chamberlain), Brian Muehl (Urzah), Dave Goelz (le général / l'empereur mort), Mike Quinn (SkekNa, le maître des esclaves), Steve Whitmire (SkekTek le scientifique)
séances : semaine du mercredi 6 octobre 2010
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
14:30
14:45
14:45
séances : semaine du mercredi 13 octobre 2010
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
14:30
14:45
14:45

synopsis

Dans un autre temps, le cristal géant qui conditionne l'équilibre d'une planète où brillent trois soleils, perd un éclat. Une race se divise alors en deux: les Skeksis, cruels et féroces, et les Mystics, bons et paisibles. Le seul survivant de la race des Gelflings, Jen, a été sauvé et élevé par les Mystics. Selon la grande prophétie, Jen a été choisi pour guérir le monde avant que les trois soleils ne s'unissent. Il doit aller récupérer le morceau de cristal manquant.affronter les terribles et cruels Skekses qui tiennent ces derniers en esclavage...

notes de production

Agé de 19 ans, Frank Oz avait rejoint en 1963 l’équipe de marionnettistes de Jim Henson dont il devint petit à petit le plus proche collaborateur. A partir de 1969, ils animent et prêtent leurs voix à plusieurs personnages de leur création dans les séries télévisées 1, rue Sésame (1) et Le Muppet show (2). Dark crystal, qui leur a demandé cinq ans de travail, marque leur seule collaboration en tant que réalisateurs. Frank Oz est également la voix originale de Yoda (3) depuis sa première apparition dans L’Empire contre-attaque (4) financé par Gary Kurtz qui co-produit Dark crystal.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/1,_rue_S%C3%A9same
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Muppet_Show
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Yoda
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars,_%C3%A9pisode_V_:_L%27Empire_contre-attaque

Le concepteur visuel de Dark crystal est le dessinateur anglais Brian Froud (5), rendu célèbre par de nombreux livres au style romantique et fantastique. Il travailla une seconde fois en 1986 avec le réalisateur Jim Henson pour Labyrinthe (6) dont il créa également les costumes.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Brian_Froud
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Labyrinthe_(film)
Merveilleux film fantastique avec, dans les rôles principaux, David Bowie et la sublime Jennifer Connelly tout juste sortie des griffes de Sergio Leone (Il était une fois en Amérique (7)) et de celles de Dario Argento (Phenomena (8)). Deux visionnaires en somme.
Gilles Marchal - la Cité
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Il_%C3%A9tait_une_fois_en_Am%C3%A9rique
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Phenomena

- Dark crystal est un film techniquement atypique car il n’utilise pas les techniques classiques d’animation et apparaît bien avant l’avènement de l’animation numérique. Tous les personnages sont des marionnettes, aucun d’entre eux n’est un humain (excepté sur deux ou trois plans larges) ou un animal déguisé.
- les Skeksès (9) devaient à l’origine parler leur propre langue construite et les dialogues étaient sous-titrés. Cette idée fut cependant abandonnée car le public test trouvait qu’ils détournaient trop l’attention. On peut trouver certaines des scènes dans cette version dans les compléments de l’édition du film en dvd.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Skeks%C3%A8s
- les Mystiques devaient au départ s’appeler les UrRus. Il en reste une seule réminiscence dans le film. Lors de la scène de la Grande Conjonction, on peut en effet entendre dans la version originale un Skeksès qui les appelle de cette façon.
- la structure de deux des Skeksès créés pour le film ont été réutilisés durant un épisode de la série de science-fiction Farscape (10) (épisode 9, saison 2).
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Farscape
- le multi-instrumentiste canadien Devin Townsend (11) a intitulé une chanson Skeksis en référence aux Skeksès, dans l’album Alien de son groupe de metal Strapping young lad.
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Devin_Townsend
- le 18 mai 2017, Netflix (12) révèle avoir commandé une série télévisée de 10 épisodes qui formeront la préquelle du film. Il est indiqué que la série sera produite par la Jim Henson company (13) et que le tournage débutera durant l’automne 2017. Un teaser est mis en ligne le même jour.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Netflix
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Jim_Henson_Company
- un roman a été tiré du scénario, écrit en 1982 par Anthony Charles H. Smith aux éditions Henry Holt & company, et traduit en français en 1983 aux éditions Presses de la Cité dans la collection Futurama superlights. Sa particularité par rapport au film est de donner un nom à chaque Mystique (appelé urRu dans le livre) et à chaque Skeksès. Leur fonction est d’ailleurs parfois différente de celle du film...
- le film a été adapté en bande dessinée aux éditions Marvel (14) aux Usa et publié en France aux éditions Lug dans un album à la couverture originale française de Jean Frisano (15). Le scénario est signé David Kraft (16) et les dessins de Bret Blevins (17).
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marvel_Comics
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Frisano
(16) https://en.wikipedia.org/wiki/David_Anthony_Kraft
(17) https://en.wikipedia.org/wiki/Bret_Blevins
- une suite, appelée en anglais Power of the Dark crystal avait été annoncée en 2009 (18). Ce film, qui aurait dû être réalisé par Genndy Tartakovsky (19), devait conter les aventures d’une mystérieuse fille de feu qui, avec l’aide d’un paria Gelfling, vole un éclat du Cristal légendaire dans le but de faire revivre le soleil mourant se trouvant au centre de la planète. Initialement prévu pour 2011, le film a été abandonné. Son scénario a été cependant repris et adapté en comics également appelé Power of the Dark crystal, publié chez Archaia et dont la publication a commencé en février 2017.
http://www.unificationfrance.com/article46471.html
(18) Dark Crystal 2 devrait bien se tourner sous la houlette du Jim Henson compagny, pour un budget de 40 millions de $, mais le tout en Australie...
http://www.elbakin.net/fantasy/news/8459-Dark-Crystal-2-Toujours-Dactualite
Les infos sur le scénario commencent à sortir...
http://www.unificationfrance.com/spip.php?article901
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Genndy_Tartakovsky

Avec Tron (20), sortie la même année, Dark crystal fut un petit pavé dans la mare, alors un peu croupissante, du cinéma d’animation des années 80. Si le premier film est pionnier en terme d’innovations numériques, celui-ci se caractérise par un sens du décor baroque mais qui exclut toute surcharge au niveau des effets spéciaux. les nouvelles générations pourront ainsi sourire, mais force est de reconnaître que la sobriété du récit n’en est que plus saisissante. Né de l’imagination foisonnante des auteurs du célèbre Muppet show (2), le film se savoure comme un songe naïf et fabuleux qui oscille entre Alice au pays des merveilles (21) et Le Seigneur des anneaux (22). D’aucuns déploreront l’absence d’humour et une atmosphère mystico-baba dans la lignée des Star wars (23). De même, une lueur baignant les chromos léchés du Cinémascope (24) pourra paraitre bien pâlotte, surtout en comparant rétrospectivement avec l’esthétique d’un Miyazaki (25) ou d’un Ocelot (26). Mais l’univers créatif délirant finit par emporter définitivement l’adhésion. On pourra aussi s’amuser de la teneur graphique de certains personnages, à commencer par Aughra, gardienne des secrets, dont le visage offre de faux airs d’Edward G. Robinson (27).
https://www.avoir-alire.com/dark-crystal-la-critique
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tron
(21) http://www.citebd.org/spip.php?film422
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Seigneur_des_anneaux
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars_au_cin%C3%A9ma
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/CinemaScope
(25) http://www.citebd.org/spip.php?film1758
(26) http://www.citebd.org/spip.php?film1525
(27) http://www.citebd.org/spip.php?film1325

(...) Dark crystal est une œuvre parfaite, d’une finesse phénoménale, d’une magie indescriptible. A partir d’une histoire qui fait passer Star wars (23) pour une comptine un peu débile, Jim Henson et Frank Oz construise un univers d’une formidable cohérence dans le délire. Mais l’on peut avoir de grandes visions sans réussir à les retranscrire à l’écran, et c’est ici que les metteurs en scène triomphent. Leur film est d’une magnificence plastique sans égale, la perfection d’une époque qui semble aujourd’hui révolue et c’est très dommage. Les effets numériques ne remplaceront jamais les fabuleuses peintures sur verre de Dark crystal, il y a une magie unique dans ces décors crédibles et pourtant tellement irréels. De même pour les personnages, costumes, marionnettes, animatronique, les moyens sont énormes, la technique de l’époque est utilisée à son maximum, le résultat est tétanisant. En fait ce qui réjouit tant dans Dark crystal c’est que l’on ressent durant tout le film une merveilleuse impression de jamais vu, d’originalité permanente et réjouissante. Un film-rêve que je compare souvent au Wizard of Oz (28) de Victor Fleming, dans les deux cas les moyens sont énormes et les œuvres sont uniques grâce à leur univers et à leur ambiance...
http://www.ed-wood.net/dark_crystal.htm
(28) http://www.citebd.org/spip.php?film210

(...) L’ambiance magique du film vient aussi du fait que, dans certaines scènes, le directeur de la photographie mettait un dispositif devant la caméra pour atténuer les couleurs (light flex), permettant ainsi de faire ressembler les images aux dessins originaux féeriques de Brian Froud (5). Concernant les voix des personnages, il est étonnant de voir à quel point les voix françaises sont proches des voix originales (mention spéciale aux comédiens Vincent Ropion et Dorothée Jemma, qui font les voix de Jen et Kira). La poésie est intacte. Seule curiosité, les Skeksis deviennent les Skeksès (9) en français.
A la sortie, cela n’a pas été un grand succès. Ce n’est pas un film paisible réservé aux enfants, l’histoire est sombre et regorge de passages tragiques, de mort, de destruction. Les Skeksis (29), ces saligauds, font capturer les Podlings par les Garthims afin de les réduire en esclavage après leur avoir volé leur essence de vie. Kira manque de peu ce funeste sort... Au fil des années, le film a trouvé son public et résiste magnifiquement à l’épreuve du temps, l’émotion reste intacte, les effets spéciaux et l’animation traditionnelle conservent un charme que ne peuvent pas remplacer les avancées techniques en la matière. On peut encore trouver dans le commerce de charmantes poupées à l’effigie des Gelflings, qui ressemblent fidèlement aux originaux. La légende du Dark crystal est toujours vive, c’est tant mieux !
http://www.filmdeculte.com/cinema/film/Dark-Crystal-2019.html
(29) https://en.wikipedia.org/wiki/Skeksis

(...) On ne peut pas parler de Dark crystal sans évoquer en premier lieu les personnes qui en sont à l’origine. En tête de file, on trouve donc Jim Henson. Un marionnettiste américain très célèbre puisque c’est lui qui a créé le Muppet show (2), diffusé entre 1976 et 1981 à la télévision, avant de poursuivre sa carrière avec de nombreux films. Le Muppet show, tout le monde connait, puisque c’est de là que viennent des personnages aussi célèbres que Kermit la grenouille ou Peggy la cochonne. Pourtant, à la fin des années 70, Jim Henson a envie de se confronter à un nouveau défi, le cinéma, avec ce qu’il fait de mieux, les marionnettes.
L’idée est donc de réaliser un premier long-métrage intégralement avec cette technologie et sans comédien. Un défi gigantesque puisque, on le rappelle, à l’époque on ne peut pas encore utiliser d’images de synthèse. Le procédé est très récent et extrêmement coûteux, en plus d’être encore très aléatoire dans son rendu. Le but de Jim Henson est de nous faire croire à l’existence d’un vrai monde, qui aurait sa propre histoire et qui donnerait l’impression d’avoir déjà vécu des millénaires avant le film et de survivre encore après la projection...
https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1017341-un-doigt-dans-le-culte-dark-crystal

(...) Niveau visuel, nous sommes face à une véritable merveille. L’ensemble des personnages est constitué de marionnettes, sauf sur quelques plans larges où des acteurs ont endossé des costumes. Techniquement, le film est donc une tuerie qui démontre avec éclat toute la mesure du talent des animateurs impliqués. L’esthétique si particulière, tout en contrastes et en ombres maîtrisées, est le fait de Brian Froud (5), un artiste anglais spécialiste des univers féeriques. On se trouve face à une profusion de détails que l’on ne s’attend pas à voir dans un film de marionnettes (animations des yeux, effets de respiration…mais ils ont combien de mains au juste ?) et les décors ne sont pas en reste entre fonds peints tout à fait convaincants et petites constructions en carton patte des plus crédibles (mention spéciale au cabinet d’Augrha). Toute cette maîtrise artistique n’est pas là pour nous montrer que l’on a affaire à des maîtres dans leurs domaines respectifs, mais se met au service de l’univers du métrage, créant une poésie singulière. Car si ils sont réellement aux commandes de leur bébé, Henson et Oz restent dans l’ombre de leur théâtre merveilleux, nous laissant apprécier toute l’ampleur de leur vision. Car les films de marionnettes sont extrêmement rares, mais ceux de ce genre sont uniques. À aucun moment on ne doute ou on ne se pose de questions, on s’attache aux personnages qui nous paraissent tout à fait réels et vivants, tout fonctionne à merveille, comme une mécanique parfaitement huilée et, hormis deux trois effets d’incrustation qui accusent le poids des ans, le tout a merveilleusement bien vieilli...
http://www.onrembobine.fr/star-video-club/critique-dark-crystal/

(...) L’équipe ne cesse de créer, d’inventer, de rêver, dans ces studios devenus laboratoires. Ainsi, lorsque l’un des artistes à l’essai fait une démonstration sur ses échasses, l’idée du Landstrider, cette créature aux jambes démesurées, germe immédiatement ! Devant cette ébullition, Henson bâtit, dès 1979, son célèbre Creature shop, studio d’effets spéciaux. Il a pour objectif de donner à ses créations une expressivité jamais vue encore. Dans le cas présent, il accorde une grande importance aux yeux, confectionnés en verre par une entreprise spécialisée. Pour lui, les marionnettes n’ont plus besoin de la parole pour transmettre des émotions. Au départ, les Skeksès (9) ne poussaient que des cris inintelligibles, qui n’étaient pas sous-titrés. Leurs actions, leurs gestes, leurs regards devaient suffire à faire comprendre un message. Une projection-test condamnera cette idée, puisqu’il s’avère que l’attention des enfants est détournée. Les essais ne sont peut-être pas toujours payants, mais ils témoignent de la recherche permanente dans laquelle a baigné la production.
Difficile de présenter Dark crystal sans se répandre sur sa conception. Même si ce choix accuse logiquement le coup aujourd’hui, sa puissance visuelle reste intacte. Film unique dans l’histoire du cinéma, il a grandement contribué à la légende Jim Henson (à côté du Muppet show (2)). Mais au-delà de la simple performance technique, il nous invite à un voyage merveilleux dans un univers féérique, tel qu’on n’est pas prêt d’en revoir.
http://cinemafantastique.net/Dark-Crystal.html

Frank Oz
Né Frank Richard Oznowicz le 25 mai 1944 à Hereford.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Oz

Jim Henson
Né James Maury Henson à Greenville le 24 septembre 1936, décédé à New York le 16 mai 1990.
C’est l’un des plus importants marionnettistes de l’histoire de la télévision moderne...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jim_Henson

Gary Kurtz
Né le 27 juillet 1940 à Los Angeles, décédé le 23 septembre 2018 à North London.
Fait partie du club très fermé des producteurs qui comptent plusieurs immenses succès à leur palmarès. Sa carrière a notamment été marquée par sa collaboration avec George Lucas...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gary_Kurtz_(producteur)

David Odell
https://www.imdb.com/name/nm0643973/

Oswald Morris
Né le 22 novembre 1915 à Ruislip, décédé dans le Dorset le 17 mars 2014.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Oswald_Morris

Trevor Jones
Né le 23 mars 1949 au Cap.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Trevor_Jones_(compositeur)

Kathryn Mullen
https://www.imdb.com/name/nm0612020/

Brian Muehl
https://www.imdb.com/name/nm0610970/

Dave Goelz
https://www.imdb.com/name/nm0324397/

Mike Quinn
https://www.imdb.com/name/nm0703934/

Steve Whitmire
https://fr.wikipedia.org/wiki/Steve_Whitmire

extrait(s) de presse

Krinein - Dark Crys­tal, c'est avant tout un uni­vers à part et réel­le­ment ma­gique...
aVoir-aLire - Le film se savoure comme un songe naïf et fabuleux qui oscille entre Alice au pays des merveilles et Le Seigneur des anneaux...
Film de culte - Au fil des années, le film a trouvé son public et résiste magnifiquement à l'épreuve du temps...
Ed Wood.net - Dark Crystal est une œuvre parfaite, d'une finesse phénoménale, d'une magie indescriptible...
Scifi-universe - Dark Crystal est un film intemporel qui ne s’oublie pas et qui reste à jamais enfoui dans notre cœur.
Télérama - Dark Crystal est un étonnant croisement entre les Muppets et Le Seigneur des anneaux...
Eighties - Personnellement, ce film m’a touché et la poésie qui s’en dégage est toujours présente près de 25 ans après !
Horreur - Dark Crystal est une pièce matrice du monde de l’Heroic Fantasy...