Jour de fête - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Jour de fête

Jour de fête

ciné môme - ciné répertoire
France - 1949 - 1h15
sorti en France le 11 mai 1949
Prix du meilleur scénario Biennale de Venise 1949 - Grand prix du cinéma français 1950
accessible aux enfants à partir de 5 ans
film - film francophone
de

Jacques Tati

scénario : Jacques Tati, Henri Marquet, René Wheeler
direction de la photographie : Jacques Mercanton, Camille Sauvageot
musique ou chansons : Jean Yatove
avec : Jacques Tati (François), Paul Frankeur (Marcel), Guy Decomble (Roger), Santa Relli (la femme de Roger), Maine Vallee (Jeannette), Roger Rafal (le coiffeur), Jacques Beauvais (le cafetier), Delcassan (la commère))... et les habitants de Sainte-Sévère (Indre).
séances : semaine du mercredi 3 mars 2010
mercredi 3 jeudi 4 vendredi 5 samedi 6 dimanche 7 lundi 8 mardi 9
20:30*
séance spéciale :
* Ciné répertoire. Film au programme du dispositif Ecole et Cinéma. Tarif unique : 2.50 €
séances : semaine du mercredi 21 mars 2012
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
21:00*
séance spéciale :
* Ciné mardi : "faites la fête" soirée organisée en partenariat avec le Pôle régional d’éducation à l’image, les amis des Modillons, Trafic image tarif préférentiel 2 films (La Frairie + Jour de fête) = 7 €
séances : semaine du mercredi 15 avril 2015
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
14:00*
14:00
14:00
séance spéciale :
* film inscrit au dispositif "Ecole et cinéma" - tarif unique 3,50 €

synopsis

Dans un petit bourg français, par une belle journée d'été, a lieu la fête de l'endroit, prétexte pour nous faire vivre, pendant quelques minutes, avec le facteur François, nous faire rire de sa naïveté et nous faire partager son enthousiasme postal provoqué par deux forains farceurs...

notes de production

Jacques Tati et son ami et collaborateur Henri Marquet se réfugient dans une ferme aux environs de Sainte-Sévère-sur-Indre (1), vers 1943 où ils y passeront plusieurs mois. C’est dans cette localité qu’il connaît donc bien que Tati tournera Jour de fête en 1947.
(1) Un scènovision ouvert depuis le 4 avril 2009, dédié à l’œuvre de Jacques Tati, est proposé aux visiteurs.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-S%C3%A9v%C3%A8re-sur-Indre

C’est dans le court métrage L’École des facteurs (2) que Tati crée le personnage de François le facteur, qui sera repris dans Jour de fête.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%89cole_des_facteurs

Jour de Fête fut produit par des techniciens et des interprètes réunis en coopérative. On utilisa un nouveau procédé de couleurs (le Thomsoncolor) (3) qui se révéla, malheureusement, inutilisable et le film fut projeté en noir et blanc (il faut noter que, par la suite, Tati présenta une copie dont certains éléments étaient coloriés au pochoir : drapeaux, lampions, etc...).
Tourné en extérieurs naturels à Sainte Sévère, du 13 mai au 15 novembre 1947, refusé par les distributeurs, Jour de fête ne fut présenté au public que le 7 avril 1949. Il remporta un succès immédiat auprès de tous les spectateurs et de la critique pour devenir rapidement un classique.
Images et loisirs
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomsoncolor

Plus que le personnage du facteur, c’est le village, la fête, l’observation des des êtres et des choses qui fait l’originalité de Jour de fête. Toutes les silhouettes sont admirablement saisies et sans que la caricature déforme la vérité des habitudes, ruine la spontanéité des réflexes. Ainsi à travers la farce, c’est le néo-réalisme qui s’installait en France.
Pierre Marcabru in Allons au cinéma

Jour de fête aurait dû être un des premiers films français en couleur de l’après-guerre, avec Le Mariage de Ramuntcho (4) de Max de Vaucorbeil, tourné avec des stocks d’Agfacolor (5) récupérés après la Libération, et La Belle meunière (6) de Marcel Pagnol (procédé additif Rouxcolor (7)). La société Thomson-Houston avait proposé à Tati d’utiliser un nouveau procédé, baptisé Thomsoncolor, pour lequel elle fournissait pellicule et assistance technique. À l’époque, le procédé Technicolor n’était pas encore utilisé en France, le seul laboratoire européen se trouvait en Grande-Bretagne, et le coût élevé du procédé était très au-delà des possibilités financières des productions françaises dans la pénurie de l’après-guerre.
Tati et son producteur Fred Orain (8) acceptèrent donc l’offre de Thomson, mais sur les conseils du chef opérateur Jacques Mercanton, les prises de vue en couleur furent doublées avec des prises simultanées en noir et blanc, ce qui sauva le film, puisque Thomson s’avéra incapable de tirer des copies couleur d’après le matériel original. Ce procédé additif utilisait une pellicule gaufrée, l’optique de la caméra était équipée d’un filtre rouge-vert-bleu qui assurait une sélection trichrome sous forme d’un réseau ligné derrière le gaufrage.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mariage_de_Ramuntcho
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Agfacolor
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Belle_Meuni%C3%A8re_%28film%29
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronochrome
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Fred_Orain

Le film sortit à Paris en 1949 et rencontra le succès. Mais Tati regretta toujours de ne pas pouvoir présenter son œuvre en couleurs. Il avait pris soin lors du tournage de faire peindre les portes des maisons en gris et d’habiller les villageois de couleurs sombres. Il comptait ainsi mettre en évidence l’arrivée des forains, qui apportaient gaieté et couleur dans le village. C’est probablement cet échec technique qui le poussa à imaginer une autre solution. En 1961, à la demande de Bruno Coquatrix (9), il monte Jour de Fête à l’Olympia (10), un spectacle combinant des scènes de music-hall et la projection d’extraits de son film. À cette occasion, certaines scènes sont partiellement coloriées par un procédé connu sous le nom de pochoir.
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Coquatrix
(10) http://www.ina.fr/video/CAF89036090

Cette expérience l’encourage à ressortir une nouvelle version du film, avec des inserts en couleurs, qui est présentée au public au cinéma l’Arlequin (11) en 1964. Des scènes sont retournées comportant un nouveau personnage : un peintre qui fait office de narrateur, et justifie l’arrivée de la couleur dans le film. La bande sonore est entièrement réenregistrée sur pellicule magnétique.
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Arlequin

L’histoire ne s’arrête pas là. En 1988, Sophie Tatischeff, monteuse et fille de Jacques Tati, et Francois Ede, chef opérateur, entament un minutieux travail de restauration et de montage à partir du matériel original qui avait été conservé. Le système optique qui permet d’obtenir la restitution des couleurs est reconstitué, et permet plus de quarante ans après le tour-nage de retrouver les couleurs d’origine. La restauration de cette version inédite est présentée au public le 11 janvier 1995, en ouverture de la célébration du centenaire du cinéma.
Un peu plus : certains plans ont été tournés à Charleval de Provence. Tati était de passage avec son équipe, certains anciens là-bas s’en sou-viennent encore, il a tourné là : la scène du plongeon dans le canal (de Marseille en fait), les débats avec le mulet autour de la carriole, la livraison des pâtisseries ...

Dans le film Les Triplettes de Belleville (12), les Triplettes regardent Jour de fête dans leur lit. Une façon pour le réalisateur de rendre hommage à Jacques Tati.
Un clin d’œil est fait à Jacques Tati à la 38ème minute du film Les Vacances de Mr. Bean (13) : Mr.Bean, sur un vélo d’emprunt, dépasse un peloton de coureurs cyclistes.
(12) L’Illusionniste, le nouveau film d’animation de Sylvain Chomet est adapté d’un scénario inédit de Jacques Tati (sortie en salle : 5 mai 2010).
http://www.citebd.org/spip.php?film445
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Vacances_de_Mr_Bean

Ce n’est qu’au bout d’une vingtaine de minutes que le facteur François fait enfin son apparition et s’impose comme le point central du film. Naïf et buté, gaffeur mais doué par fulgurances d’une grande intelligence pratique, ce personnage interprété avec génie par Tati est une des plus belles créations du cinéma burlesque. Bien qu’il soit l’objet des blagues des enfants et des quolibets de ses voisins, il est bien plus qu’un cliché de l’idiot du village. Digne héritier des fonceurs inconscients et surnaturellement chanceux incarnés par Buster Keaton (14) dans ses chefs-d’œuvre des années 20, François est avant tout un corps en mouvement, une force qui traverse le film comme une tornade. S’exprimant dans un babil plus proche de l’espéranto comique que du patois, il rejoint la grande famille des figures burlesques universelles, aux côtés du vagabond de Chaplin (15) et des fous furieux incarnés par Laurel et Hardy (16)...
Emmanuel Voisin in Dvdclassik
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Buster_Keaton
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Chaplin
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurel_et_Hardy

Jacques Tati
Né Jacques Tatischeff le 9 octobre 1907 au Pecq (Yvelines), près du square portant à présent son nom et décédé le 4 novembre 1982 à Paris.
D’origine franco-russo-néerlando-italienne, Jacques Tatischeff paraît avoir été un écolier médiocre...
voir fiche du programme Jacques Tati tout court
http://www.citebd.org/spip.php?film1220

Henri Marquet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Marquet

René Wheeler
Né René Alfred Wheeler le 8 février 1912 à Paris, décédé le 11 décembre 2000 à Equemauville.
Débute comme scénariste et dialoguiste en collaborant avec Noël-Noël...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Wheeler

Jacques Mercanton
Né à Neuilly-sur-Seine le 22 novembre 1909, décédé à Grasse le 27 septembre 1997.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Mercanton_%28directeur_de_la_photographie%29

Paul Frankeur
Né Paul, Louis Frankeur le 29 juin 1905 à Paris et décédé le 28 octobre 1974 à Nevers.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Frankeur

Santa Relli
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-6585/filmographie/metier/

extrait(s) de presse

Analyse filmique - L'impression qui domine est la légèreté de touche avec laquelle Tati expose son propos...
Krinein - Le film est, à l'ins­tar de bien d'autres de ses oeuvres, une réus­site to­tale...
Ed wood.net - Bourré de personnages caricaturaux mais attachants, le film est bien sûr dominé par Tati, acteur formidable, qui campe ici un postier à l'ancienne qui essaie de rivaliser avec la modernité américaine...
Laterna magica - Jour de fête recèle de petite trouvaille et est déjà emblématique des oeuvres à venir du cinéaste...
La Cinémathèque française - Jour de Fête est un film de copains, financé en coopérative par quelques amoureux du cinéma...
Le Point - Comme Diva , de Beineix, Jour de fête fut un film sauvé des eaux...
Les Inrocks - Un univers très particulier et patiemment installé...
Ecole et cinéma - Comédie burlesque, parfois cruelle, Jour de fête est un formidable film de renouveau, qui fait preuve d’un optimisme à toute épreuve, tranchant ainsi avec le désespoir de l’après-guerre...