ma famille afghane - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Facebook Twitter YouTube instagram familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > ma famille afghane

ma famille afghane

My Sunny Maad
République Tchèque, Slovaquie, France - 2021 - 1h20
sorti en France le 27 avril 2022
Prix du jury Festival du film d'animation d'Annecy 2021
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Michaela Pavlatova

séances : semaine du mercredi 27 avril 2022
mercredi 27 jeudi 28 vendredi 29 samedi 30 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
14:00
19:15
11:00
14:00
13:45
19:15
19:15
séances : semaine du mercredi 4 mai 2022
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
14:00
16:30
11:00
14:30
16:15
18:15
séances : semaine du mercredi 11 mai 2022
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
14:00
15:45
14:30
11:00*
séance spéciale :
* dernière séance le dimanche 15 Mai à 11h

synopsis

Kaboul, Afghanistan, 2001. Herra est une jeune femme d’origine tchèque qui, par amour, décide de tout quitter pour suivre celui qui deviendra son mari, Nazir. Elle devient alors la témoin et l’actrice des bouleversements que sa nouvelle famille afghane vit au quotidien. En prêtant son regard de femme européenne, sur fond de différences culturelles et générationnelles, elle voit, dans le même temps son quotidien ébranlé par l’arrivée de Maad, un orphelin peu ordinaire qui deviendra son fils...

notes de production

Adaptation de roman
Ma famille afghane est adapté du roman Freshta de Petra Procházkova. Une oeuvre profondément humaine selon Michaela Pavlatova, dans laquelle l’auteure, en s’inspirant de son propre parcours, a su transposer avec empathie les efforts des femmes afghanes pour vivre libres dans l’Afghanistan post-Talibans. La cinéaste explique :
"Je condamne, tout comme Petra, les violences infligées aux femmes derrière les murs de leurs foyers et toute violation de leurs droits. Cette situation initiale des femmes afghanes, décrites dans le roman me met mal à l’aise, en tant qu’européenne, et me semble inacceptable et condamnable. Grâce à son regard singulier, Petra envisage ce monde de l’intérieur et témoigne d’une sensibilité palpable."
"Il s’agit d’êtres humains, de chair et de sang, tous différents et singuliers, qui vivent en Afghanistan. Même dans un enfer aussi banal soit-il, les femmes peuvent vivre un véritable et grand amour, de petites joies et de grands chagrins qui méritent notre attention."
Choc des cultures
La protagoniste, Herra, est une femme européenne qui s’installe à Kaboul par amour pour Nazir, qui est afghan. Michaela Pavlatova développe : "Ce n’est pas facile pour elle d’accepter les privations de liberté qui pèsent sur les femmes à Kaboul, et elle a du mal à s’habituer à la jalousie dont elle fait l’objet et à la manière dont elle – et les femmes en général – sont traitées par les hommes."
"Au sein de la famille, néanmoins, elle trouve la force d’aller de l’avant grâce à son amour pour Nazir, au grand-père bienveillant, et à sa volonté de venir en aide à sa belle-sœur, victime de mauvais traitements. Herra est stérile, et c’est donc un changement inattendu pour elle, comme pour la famille, lorsqu’elle décide, avec Nazir, d’adopter Maad, enfant handicapé : avec son humour, ses propos d’adulte et ses bêtises hors normes, celui-ci remet en question les conventions familiales et fait avancer l’intrigue."
Humour tendre
Selon Michaela Pavlatova, la grande force du roman repose sur un humour tendre et un sens de l’observation du quotidien de la famille. La réalisatrice précise : "Il s’agit ainsi d’une histoire universelle parlant de couples, d’amants et d’amis, tous en quête de bonheur et de reconnaissance, face à des événements inattendus qui se déroulent autour d’eux. À travers le regard d’une femme tchèque, Herra, notre héroïne, le film évoque différents points de vue sur le monde dans un pays déchiré par la guerre."
Au plus proche des personnages
L’animation s’est immédiatement imposée aux yeux de Michaela Pavlatova pour cette adaptation. Avec son équipe, la cinéaste a voulu développer un graphisme et un style d’animation qui permettent au spectateur d’être au plus près des personnages et de leur milieu : de les comprendre et même de partager leur quotidien. Elle explique :
"Grâce à l’animation, il était également possible de saisir des émotions fortes et l’humour doux-amer du récit. L’animation rend l’histoire plus accessible et plus limpide. Dans le même temps, l’élégance des images, la possibilité de dépouiller les plans et d’aller à l’essentiel ont resserré l’intrigue et donné plus de force aux situations les plus cruciales."
"Je n’ai pas cherché à styliser l’image outre-mesure, comme l’animation peut y inciter, mais j’ai utilisé les outils de ce moyen d’expression de manière naturelle, toujours au service de l’atmosphère et du récit. Je ne voulais surtout pas mettre en avant l’esthétique, mais, bien au contraire, faire en sorte que le spectateur oublie la forme pour s’attacher à l’histoire et aux personnages."
Réalisatrice d’animation
Michaela Pavlatova est une réalisatrice d’animation née en République tchèque. Ses films ont reçu de nombreux prix à travers des festivals internationaux, incluant une nomination aux Oscars pour Reci, reci, reci.... Repete a également gagné une série de prix comme le Grand Prix au festival international d’animation d’Hiroshima et a été sélectionné pour l’Ours d’or à Berlin.
Tram a fait l’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et a remporté le Cristal d’Annecy en 2012. En parallèle de l’animation, elle a réalisé deux longs-métrages en prise de vue réelle : Nevěrné Hry et Děti Noci en 2008 et a participé en 1999 au film collectif Praha Očima / Prague Stories Depuis 2016, elle est à la tête du département d’Animation au FAMU, Académie des Arts Performatifs de Prague.